Covid 19-Soirée artistique à Oran: 5 personnes sous contrôle judiciaire    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    EHS EL EULMA : 4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'infrangible lien…    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une révolution dans la prise en charge de l'hépatite C
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 12 - 2015

Sofos 400 mg, un traitement innovant dont l'efficacité est avérée à hauteur de près de 100% et destiné aux malades atteints d'hépatite de type C est disponible sur le marché algérien avec une production 100% locale et avec plein d'avantage.
Le président-directeur général des laboratoires Beker, Rachid Kerrar, a annoncé hier, lors d'une conférence de presse, la disponibilité sur le marché du nouveau médicament Sofos 400 mg. «Le sofosbuvir, molécule révolutionnaire dans le traitement de l'hépatite C va renforcer significativement l'arsenal thérapeutique de l'Algérie par le biais du Sofos. Le sofosbuvir représente une avancée majeure dans la prise en charge de l'hépatite C», a-t-il souligné. Rachid Kerrar a indiqué, toutefois, que cette molécule a démontré sa supériorité d'action par une efficacité prouvée à plus de 95% pour une durée de traitement relativement courte de 12 semaines. Le sofosbuvir inverse ainsi les résultats des traitements actuels dons l'efficacité ne dépasse pas les 50% sur une période de 48 semaines, voire davantage. Sofos est ainsi une révolution thérapeutique menant vers la guérison totale. «L'hépatite C affecte près de 150 millions d'êtres humains dans le monde. En Algérie, la prévalence de cette infection qui est estimée à 1% de la population, est un problème de santé publique majeur. Le développement de Sofos par le laboratoire Beker et son autorisation de mise sur le marché permis par le soutien constant des pouvoirs publics, avec la participationde la communauté scientifique, constituent une double victoire pour notre pays. Le patient algérien peut enfin accéder à un traitement curatif novateur et performant à un coût très réduit», a signalé le même responsable. Concernant l'exportation de ce produit, Rachid Kerrar a déclaré que «nous sommes en discussion avec différents pays pour essayer d'enregistrer ce nouveau produit». De son côté, le professeur Nabil Debzi, chef du service hépatologie au CHU Mustapha, a rappelé que ce traitement a été produit en Amérique et en Europe en 2013, et aujourd'hui nous lançons un médicament local qui lutte contre cette infection. «Pour que ce traitement soit efficace, il doit être toujours associé à d'autres médicament», a-t-il noté. Toutefois, il a fait savoir que la prise en charge des patients porteurs de l'hépatite C est toujours faite gratuitement par l'Etat. En marge de la conférence, le président de l'association SOS hépatites,Abdelhamid Bouallag, a indiqué que les traitements existants déjà sur le marché étaient des traitements pénibles pour les patients et insupportables. Avec cette nouvelle révolution effectuée après des recherches d'une dizaine d'années à travers le monde entier, les chercheurs étrangers ont découvert que cette molécule développée et produite par des laboratoires algériens, est une nouvelle que nous devons soutenir. «Nos patients ont souffert, il y a même ceux qui ont abandonné leur traitement. Actuellement nous les rassurons que ce traitement est à la portée de tout le monde avec des prix très abordables et sans effets secondaires», a-t-il ajouté. Concernant la disponibilité du traitement au niveau des officines, le même responsable a indiqué que «le traitement se trouve uniquement dans les hôpitaux. Par ailleurs, nous comptons, aujourd'hui, demander à la Cnas intervenir pour le remboursement du médicament, et aussi pour qu'il soit disponible au niveau des pharmacies». En outre, Abdelhamid Bouallag, a insisté sur le dépistage, disant qu'il faudrait recourir à un proverbe : «Se faire dépister, c'est se faire traiter», ceci pour rendre compte de la nécessité d'un dépistage. Dépister entre dans la politique d'évitement de la transmission. Il appartient autant à l'individu qu'aux pouvoirs publics et aux personnels de la santé d'œuvrer au dépistage et à l'arrêt des transmissions. «Il appartient d'abord à l'individu d'utiliser des moyens personnels à travers l'hygiène sanitaire, soit veiller à ce que la brosse à dents, le rasoir soient d'usage exclusivement personnel, veiller à ce que le coiffeur change de lame, que le chirurgien-dentiste stérilise les instruments de travail...», a-t-il souligné. Selon lui, le contrôle devrait s'effectuer sur les populations à risque, à savoir les professionnels de la santé, les insuffisants rénaux, les transfusés sanguins...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.