Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Non sérieux s'abstenir...!
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 07 - 2018

Afin de se marier ou de se rencontrer, beaucoup d'Algériens fréquentent, chaque jour, les sites de rencontres sur Internet. Hommes, femmes, jeunes, vieux, : tous privilégient ces rencontres à l'accès facile et à un coût abordable.
En effet, Internet est pour beaucoup de célibataires, la solution idéale pour trouver la personne avec qui fonder une relation durable et épanouie. Selma a 32 ans. Elle est pharmacienne à Alger. Elle se dit qu'elle s'est mariée depuis 3 ans et elle n'a pas d'enfants: «J'ai un problème avec mon mari, je suis tout le temps déprimée, je n'apprécie pas la vie avec lui», affirme-t-elle encore.
Et d'ajouter : «Je suis jeune et j'ai besoin de trouver quelqu'un qui me fasse vibrer, avec qui, je verrais la vie en rose ; ils m'ont conseillé de chater sur un site de rencontres afin de trouver mon âme sœur», a t-elle précisé. «Moi, j'ai rencontré mon homme via un site Internet», témoigne Ilhem, 29 ans, une jeune vétérinaire habitant Alger, révélant ainsi que : «Je trouve que ces contacts via Internet est une chose normale pour se rencontrer et se marier, et je connais pleins de personnes de mon entourage qui se sont mariées par le biais d'Internet.» Pour sa part, Fouad, 46 ans, marié et divorcé, habite à Draria (Alger) : «J'ai une copine marocaine de 26 ans que j'ai connu par Internet; je suis avec elle depuis pas mal de temps et on compte se marier.»
Meriem, quant à elle voyait que : «Mariée il y a une année avec quelqu'un que j'ai rencontré sur Internet et, actuellement on vit une vie normale et nous sommes très heureux», s'explique-t-elle encore. Et de poursuivre : «Ma cousine a rencontré son mari sur Internet rencontré aussi sur Facebook.»
Des femmes jeunes et moins jeunes, des hommes mariés et non mariés, des étudiants, tous se connectent pour dialoguer des heures entières dans l'espoir de se marier. Certains trouvent que ces sites de rencontres pour le mariage ne sont pas fiable, c'est risqué !
De même, certaines personnes interrogées sur place, estiment que le chat joue un rôle plus important que le téléphone dans des relations futures : «Oui, c'est vrai, le Net te permet de connaître bien la personne avant de la voir, et je trouve que le mariage via Internet est une très bonne chose», nous dira Imad, 18 ans, rencontré dans un cybercafé à Staouéli. Ce dernier ajoutera, toutefois : «Je dois dire, aussi que grâce à l'Internet, les timides peuvent oser avouer leur sentiment à la personne qu'ils désirent.»
De son côté, Abderrahmane, un jeune de 28 ans, résidant à Alger, se contente de dire que dans la vie avec Internet, on apprend à se connaître puis on se rencontre. Pour lui, les sites de rencontres sont le ciment de son mariage et ces sites connaissent, actuellement, un succès considérable par les jeunes ; la navigation est très facile et non coûteuse, a-t-il conclu. En effet, avec le développement de l'Internet, la rencontre sur les sites de chat est maintenant une réalité et une solution, tout à fait estimée par de nombreux jeunes Algériens pour trouver une épouse ou un époux, trouver l'âme-sœur sur un site de rencontre en Algérie est devenu aussi possible : «Ce genre de rencontres n'est pas nouveau, c'est même ce qui fait la motivation de nombreux abonnés aux réseaux», a souligné, Riadh, un gérant d'un cybercafé à Chéraga.
Ce responsable a, estimé, par ailleurs que ce phénomène est en pleine explosion. Tout comme pour d'autres, les sites de rencontres présentent quelques inconvénients. A ce propos, Badr Eddine, un gérant d'une entreprise à El Biar estime qu'il faut vraiment faire très attention à ce genre de liens en lignes : «C'est vrai que ce type de site n'a pas une super réputation, mais il y a du bon et du mauvais, juste qu'il faut faire attention», a-t-il poursuivi, soutenant, par la même occasion que : «Franchement, épouser une femme par le biais du Net est fantastique ! Plus tard, tes enfants te demande comment tu as rencontré ta femme, tu leur dit par le net, c'est dingue !»
Selon Djawad, un jeune passionné estime que : «C'est vrai que le Net te permet de découvrir bien la personne avant de la voir en réel, mais j'ai peur du fait que si jamais cela ne réussit pas...», nous a-t-il avoué, avant d'enchaîner : «Je trouve que le mariage par Internet n'est pas une très bonne idée car on pourrait donner des fausses identités et je peux vous avouer, également que la plupart des personnes que j'ai rencontré, soit ne sont pas sérieux, soit ils ont peur de se marier de cette façon.»
Questionné à ce sujet, Baheidja, une jeune étudiante, habitant Dely Ibrahim révèle que : «Moi, par contre, j'ai expérimenté plusieurs sites Internet et je n'ai pas encore trouvé mon prince charmant, mais quand-même, j'ai fais des rencontres intéressantes sur le Net», a-t-elle tenu à ajouter. Cette jeune étudiante considère, aussi que «Le mariage c'est la stabilité, c'est d'avoir un conjoint qui te comprennne et qui t'apportes une certaine assurance, c'est, en fait la fondation d'une famille et c'est la liaison «Halal» et la moitié de la religion.»
A leur tour, Saber, Imane, Moussa et Abdeldjallil soulignent que c'est pendant cette période de mariage qu'on mûri et qu'on se construit notre personnalité sur tout les plans, sentiments, finance, précisant, encore que la rencontre sur le Net permet de s'exprimer plus sereinement et de pouvoir réfléchir calmement à ce que l'on va dire.
Les sites de rencontres feraient-ils des mariages plus heureux ?
Les sites de rencontres sur Internet sont de plus en plus nombreux. Mais est ce que ces derniers offrent-ils un moyen fiable de trouver l'âme-sœur? Et pour avoir plus de précision sur ce sujet, nous avons, immédiatement pris contact avec Rabah, un jeune entrepreneur, résidant à Draria. Ce jeune homme nous dira, à ce titre, que les profils ne partagent pas beaucoup d'informations sur la véritable nature des usagers. Mais pour connaître les qualités, les défauts et le tempérament de ces personnes, c'est toute une autre histoire.
En effet, la rencontre en ligne en Algérie paraît aujourd'hui normale. Des femmes jeunes et moins jeunes, des hommes mariés et non mariés, des étudiants, tous se connectent pour dialoguer des heures entières dans l'espoir de se marier. Certains trouvent que ces sites de rencontres ne sont pas fiables, c'est risqué ! «Il n'y a sur Internet que des ringards et des tordus, ils veulent à tout prix te séduire», nous raconte Fella, une employée dans une entreprise d'assurance à Baba Hassan. Et elle révélera, d'autre part que : «Chercher un amoureux derrière son écran est une chose difficile.»
Pour sa part, Bachir, gérant dans une entreprise privée à Alger-centre et expert en télécommunication, trouve que les arnaques les plus communes sur Internet sont sur les sites de rencontres qui vous promettent de vous faire rencontrer la femme de votre vie rapidement, ou de vous mettre en relation avec les plus beaux garçons de la Terre : «Mais, en fin de compte, c'est de l'arnaque», fera-t-il encore remarquer. De même, a-t-il ajouté, ces sites peuvent aussi être plus ou moins fiable, en fonction de l'affluence des utilisateurs et particulièrement des utilisatrices.
Abdelkader, marié, divorcé ayant deux enfants à charge : «Il y a une année, je me suis inscrit sur un site de rencontres, plus par curiosité que pour trouver l'amour», explique notre interlocuteur. Avant d'ajouter: «Et ce qui m'a séduit le plus, c'est l'aspect rassurant, la protection ; l'ordinateur était pour moi une protection qui permet de se protéger de l'inconnu», reconnaît, le jeune homme.
Salima, la quarantaine notera, dans un autre contexte que : «Cela, fait un mois et demi que je me suis inscrite sur une site de rencontres ; j'ai envoyé pas mal de messages à plusieurs personnes, je n'ai reçu qu'une seule réponse malgré que j'ai tout mis sur mon profil et je me suis vite posé la question : «Pourquoi ces personnes mettent-ils du temps à répondre ?
En outre, certaines personnes considèrent que la rencontre sur Internet peut être fiable et constitue un véritable révélateur de personnalité si l'on reste sincère, bien entendu.
Pour dénicher l'âme-sœur, le Web a quelques avantages, estime Abdelkader, marié, divorcé ayant deux enfants à charge : «Il y a une année, je me suis inscrit sur un site de rencontres, plus par curiosité que pour trouver l'amour», explique notre interlocuteur. Et d'ajouter : «Et ce qui m'a séduit le plus, c'est l'aspect rassurant, la protection, l'ordinateur était pour moi une protection qui permet de se protéger de l'inconnu», reconnaît, le jeune homme, expliquant, par ailleurs que l'Internet permet de dépasser les frontières géographiques, le Web permet aussi d'élargir la recherche : «A Alger-centre où j'habite, je croise beaucoup de gens mais je garde peu de contact», explique, par ailleurs, Nacéra, une jeune journaliste qui a rencontré son ami via un site.
Pour Lyes, un avocat rencontré à Alger, estime que les rencontres sur la toile ne sont pas à bannir. «Mais je dirais qu'une relation, même amoureuse se construit pas à pas, ce n'est pas par chat, e.mail ou texto qu'elle se construit car, l'amour aussi naît souvent à un moment où on ne l'attend pas», nous explique-t-il l'air sérieux. «Et iI est très important de poser les bonnes questions à la personne en face et de vérifier que l'on a les mêmes objectifs», soutient, son ami Kader.
Ce dernier voit que des milliers de célibataires se bousculent chaque jour sur les sites à la recherche de l'amour et du meilleur conjoint. Dans cette même optique, Merouane, un jeune marié confirme en revanche que ce genre de rencontres n'est pas nouveau pour les jeunes Algériens et que les histoires d'amour ne commencent pas sur Internet en général, et tous ceux qui se promènent sur la toile ne sont pas aussi directs et francs. Il a, d'autre part expliqué que les sites dédiés aux rencontres sont même de plus en plus présents dans le monde entier. «Oui, c'est vrai que l'Internet est pour beaucoup de célibataires, la solution adéquate pour trouver la bonne personne avec qui fonder une relation durable, mais ce n'est pas toujours le cas, car on peut tomber, parfois sur des faux profils», a-t-il ajouté.
Le même constat a été partagé par Lounès, 28 ans étudiant en mathématique à l'Université d'Alger. Selon lui, plusieurs couples mettent fin à leur union via Facebook : «C'est une triste réalité», a-t-il confirmé.
«De même, de nombreux mariages sont détruits suite à des conversations affectives avec le sexe opposé sur Facebook », expliquera t-il encore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.