Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Retard du mariage chez les jeunes Algériens : Quelles en sont les causes ?
Publié dans Sétif Info le 03 - 10 - 2008

es derniers chiffres officiels font état de 800 000 célibataires, hommes et femmes confondus, pour la seule ville d'Alger qui compte 2,8 millions d'habitants. Pour Sétif, à l'est, et Oran, à l'ouest, c'est à peu près kif-kif : les deux villes abriteraient presque 1 million d'âmes esseulées. La moitié des Algériens de plus de 15 ans sont célibataires et ces derniers repoussent toujours un peu plus l'âge du mariage. Aujourd'hui, les Algériens se marient en moyenne à 33 ans et les Algériennes à 30 (l'âge moyen au mariage était de 18 ans pour les filles en 1966).
Pas de logement, pas de travail
« La vie des jeunes est difficile en Algérie », explique la responsable de la rubrique « Le Club de l'Amitié » du quotidien Le Soir d'Algérie. « Le premier problème qui empêche les jeunes de se marier, c'est la pénurie de logements, le deuxième problème, c'est le chômage dont ils sont victimes. Les jeunes hommes, notamment, sont incapables de devenir responsables d'un foyer. Ils sont en proie à l'ennui, à l'angoisse, ils sont stressés, nerveux. En Algérie, vous êtes encore mal considéré lorsque vous n'êtes pas marié, mais comment faire lorsqu'on ne peut pas se marier ? » plaide-t-elle.
Sa rubrique, qui existe depuis 1991, permet à la jeunesse algérienne de nouer contact. On y parle beaucoup d'amour et de mariage. Souvent de façon pessimiste ou désespérée. « Je suis un homme âgé de 36 ans qui a beaucoup souffert », précise ainsi l'un des lecteurs. « Possédant un diplôme d'ingénieur d'Etat, j'ai bricolé plusieurs années dans l'enseignement mais aussi dans le commerce, la maçonnerie… en vain. Je n'arrive pas à avoir un poste de travail convenable, actuellement je suis au chômage. Dans une situation pareille, mes amis me poussent au mariage en disant de le considérer comme un projet. En d'autres termes, chercher une femme compréhensive qui travaille, c'est mieux que de rester célibataire éternellement ! Moi, je préfère souffrir seul en silence plutôt que de faire souffrir une femme. »
D'abord les études
Le recul de l'âge au mariage s'explique également par l'amélioration du niveau d'instruction des femmes. Celles-ci sont plus nombreuses à faire des études supérieures et, chose nouvelle, les font passer avant leur vie personnelle. Anissa, 25 ans, veut devenir gynécologue. Il lui reste deux ans de spécialisation et elle n'envisage pas de se marier avant cela. « J'ai un fiancé qui est lui aussi en médecine et nous sommes d'accord pour ne pas nous marier tout de suite. Il faut d'abord que nous gagnions de quoi louer un appartement. Nos deux familles sont plutôt modestes. Je vis actuellement avec mes 5 frères et sœurs et mes parents dans 40m2 ! C'est compliqué et il est hors de question qu'une fois mariée, je m'installe avec eux. Chez mon fiancé, c'est pareil », explique-t-elle. « Et puis, je préfère miser sur mon avenir professionnel… un mariage, ça peut finir en divorce, alors qu'un vrai travail, ça n'a pas de prix ! »
Les femmes instruites attendent aussi le « meilleur parti » avant de se faire passer la bague au doigt, quitte à repousser l'union. D'autres ne trouvent même pas le temps pour la bagatelle. Ce qui donne des situations parfois surréalistes. Younès, universitaire de 33 ans, en a fait les frais l'année dernière. « Mes parents m'ont fait rencontrer une jeune femme de mon âge, médecin. Nous avons pris un café, elle m'a expliqué que ses horaires de travail ne lui permettaient pas de flirter mais qu'elle aimerait pourtant se marier car le célibat lui pesait. Une semaine plus tard, elle me téléphonait pour me dire qu'elle acceptait de se marier avec moi parce-qu'elle m'avait trouvé sympathique ! On ne se connaît pas, on ne ressent rien l'un pour l'autre… j'ai refusé bien sûr. » Younès, qui vit encore avec ses parents et ses trois sœurs dans le centre d'Alger, se dit qu'il sera bientôt trop vieux pour se marier. Il n'ose même plus tomber amoureux. La dernière fois que cela lui est arrivé, ses parents ont refusé son union car la jeune fille ne leur convenait pas…
Mariages d'amour
« Les mariages d'amour sont rares, se lamente Sarah, une internaute du Club de l'Amitié. « Certains parents empêchent leur fils ou leur fille de se marier avec l'être aimé. Ils ne se rendent pas compte qu'ils détruisent ainsi leur enfant, font de lui un être haineux et tuent toutes ses ambitions. Quel gâchis ! » Alors, pour vivre leurs amours heureux, les jeunes Algérois préfèrent les vivre cachés. C'est le cas de Mohamed, ingénieur de 29 ans au chômage. Au choix : une salle de cinéma, un jardin ou l'un des bancs de Notre-Dame-d'Afrique, accueillent ses rencontres avec Saïda, sa fiancée, étudiante de 25 ans. « Pour nous voir, l'hôtel coûte trop cher et en plus, il faut présenter son livret de famille pour partager une chambre ! Je n'ai pas de logement et pas d'argent, je ne peux pas lui proposer le mariage. La cérémonie coûte trop cher », indique-t-il.
Pour aider les jeunes couples qui, malgré la crise ambiante, choisissent tout de même de convoler, certaines associations caritatives musulmanes organisent des mariages collectifs. Des dizaines de couples assistent alors à la même cérémonie. Et l'honneur est sauf.
D'après de la nouvelle république
D'après vous, ces points soulevés ci-dessous sont t-ils réellement les seuls causes de ce retard de mariage ? Est-il maintenant nécessaire de changer d'attitude vis-à-vis de ce problème ? Faut-il prendre des mesures nécessaires ? Faut-il donner plus de liberté aux jeunes si nécessaire ? La difficulté peut-il aussi provenir des coutumes des parents qui demandent une énorme dot ?
La parole est à vous !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.