Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le P-dg fait des révèlations
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 11 - 2018

Quinze laboratoires pour un même nombre de structures du Complexe Sidérurgique El Hadjar (CSEH) ont été remis en service 15 années après avoir été rebutées par l'Indien ArcelorMittal. Il était venu au CSEH dans le cadre d'un contrat de partenariat en octobre 2001. Il était resté jusqu'à août 2016.
Durant quinze années, les Indiens avaient manœuvré sans avoir versé leur participation financière de 100 millions de dollars au capital de la nouvelle entité algérienne de production sidérurgique. Pour atteindre les objectifs qu'ils s'étaient insidieusement tracés tel que s'accaparer de tout ce qui pouvait l'être, les Indiens avaient signé un pacte de trêve sociale avec le syndicat. Ce pacte avait été ponctué en 2006 par un cycle de rencontres où le syndicat en question mené par Aïssa Menadi ensuite Smaïn Kouadria avait le beau rôle. D'où la facilité des Indiens de faire ce qu'il voulait au complexe sidérurgique. Dans le lot, il y a eu les 15 laboratoires mis à l'arrêt dès 2001 malgré le bon état de leurs équipements. La démarche avait pour finalité d'imposer aux cadres gestionnaires algériens le recours au service des laboratoires ArcelorMittal à l'étranger.
Cela a duré jusqu'à août 2016 avec le départ définitif des Indiens. Il s'avère aujourd'hui, soit deux années après la prise en main du CSEH par la nouvelle équipe de cadres dirigeants algériens menés par Maatalah, qu'il a suffit d'une petite opération d'entretien des équipements pour que les 15 laboratoires soient à nouveau opérationnels. C'est, entre-autres, ce qu'a révélé lors de la conférence de presse qu'il a animée ce dernier dimanche au siège de son entreprise le P-dg Kheïreddine Maatallah. Ont suivi d'autres révélations sur de graves anomalies. Si la DG actuelle du CSEH a comptabilisé sept affaires délictuelles passibles des tribunaux, du côté des éléments de la brigade d'investigations de la Gendarmerie nationale, il est question de onze dossiers de malversations s'imbriquant les uns aux autres. Elles impliquent d'anciens syndicalistes devenus plus que milliardaires.
Ceux-là même qui ont dit non à la loi présentée à l'APN portant sur l'impôt sur la fortune. Entamant une série d'opérations de contrôle au niveau de l'ensemble des unités, la nouvelle équipe dirigeante a mis au jour des dépassements dans la gestion des deniers de l'Etat. Elle en a mis certains en relief. Ce gestionnaire n'a rien laissé au hasard. Il a lancé une véritable alerte en parlant aussi des pratiques ayant été enregistrées ces deux dernières années, et préjudiciables à notre économie nationale. Il a également dénoncé celles de 2006 à 2016 commises avec la complicité des syndicalistes. Durant cette période, le partenaire indien sévissait au CSEH/Annaba. Il avait réussi à entamer la matérialisation des objectifs qu'il s'était assigné à son arrivée à El Hadjar.
C'est-à-dire faire du CSEH un tas de ferraille. Depuis le départ des Indiens, avec la complicité du député et promoteur immobilier, Tliba, d'autres syndicalistes ont tenté de poursuivre la mise à sac des produits sidérurgiques au complexe. Ils ont été mis hors d'état de nuire y compris l'ex-SG du syndicat du CSEH. qui est l'auteur de la «mise en garde» adressée au P-dg du CSEH. Ce dernier avait été menacé de licenciement par le SG du syndicat qui avait poussé l'outrecuidance jusqu'à vouloir imposer ses desiderata devant l'amener à prendre possession de toutes les activités du complexe. L'opposition claire du P-dg, des 5.000 salariés appuyés par le soutien de l'Union de wilaya Ugta et du patron de la centrale syndicale a mis un terme à cette situation.
C'est le désormais ex-SG du syndicat et son Conseil qui se sont retrouvés suspendus de leurs fonctions et menacés de licenciement. Ce qui a permis à la DG confortée dans ses missions de relancer différentes affaires de malversations. Elle dispose de sept dossiers. Ils ont été enrichis de quatre autres actuellement entre les mains des éléments de la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale. Plusieurs de ces dossiers laissent apparaître que les ex-syndicalistes ayant activé de 2006 à 2016 sont pour beaucoup dans des actes tendant à faire du complexe un tas de ferraille. C'est que simulé par la complicité des syndicalistes et la passivité des responsables algériens, l'Indien ArcelorMittal avait étalé ses tentacules. Après la cokerie rebutée, il avait réussi à effacer la centrale à oxygène de la liste des unités de production. Tout ceci a été revu par des bureaux d'étude. Sollicités par l'actuelle DG, ceux-ci ont mis en relief les possibilités existantes en termes de récupération de la cokerie et de la centrale à oxygène dans le cadre de la 2ème phase du programme de réhabilitation.
Ce dernier qui nécessiterait 60 milliards DA, concerne le laminoir, à chaud, 2 aciéries, 3 laminoirs de produits plats, 1 laminoir de produits longs ainsi que la réorganisation du matériel de transport et de maintenance. Facteurs en puissance de l'amélioration de la production, les 15 laboratoires déjà réhabilités sont opérationnels. Face aux représentants de la presse, le P-dg de l'entreprise n'a pas été avare en révélation. «Un bel avenir attend le complexe sidérurgique. Avec la qualité ISO 9001 décroché en 2010 qui confirme le label de nos produits, nous prévoyons atteindre 650.000 tonnes en acier liquide brut et 739.000 tonnes en fonte». Le même responsable a ajouté que de 2018 à 2021 la production des produits finis passera à 1,1 million de tonnes/an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.