Real Madrid-Valence : Les compositions d'équipes    LA FRANCE COINCEE PAR LE NOUVEAU PRESIDENT ALGERIEN : Les temps de Papon sont révolus !    La préservation du mausolée royal Imedghassèn, responsabilité de tous    «Aucune violence contre les manifestants du hirak à Oran»    Liban : consultations parlementaires lundi pour choisir un nouveau Premier ministre    Saisie de 7.215 comprimés psychotropes    SIRAT (MOSTAGANEM) : Une unité de transformation de plastique ravagée par le feu    LA WILAYA A ECHAPPE A UNE FORTE PRESSION DURANT L'ETE GRACE AU MAO : Gaspillage d'eau potable à Mascara    SOVAC dément avoir été suspendu par Volkswagen    LOGEMENTS LPA A ORAN : La longue attente des souscripteurs    SIDI BEL ABBES : 942 infractions et retrait de 492 permis de conduire    GAID SALAH AFFIRME : Tebboune est apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Tunisie: difficulté à former un nouveau gouvernement, les partis divisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Quel sort pour le FLN ?    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Peu de progrès, mais l'espoir reste de mise
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

Les pourparlers inter-yéménites entamés jeudi dernier à Rimbo, en Suède, sous l'égide du médiateur de l'ONU, Martin Griffiths, pour renouer le dialogue et tenter de mettre fin au conflit n'ont pas connu de progrès, en raison des exigences avancées par les deux parties, mais «l'espoir» d'alléger les tensions et les souffrances des Yéménites est maintenu, ont rapporté des médias.
Trois jours après le début des consultations, arrachées par l'Envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, qui agit comme médiateur, les deux parties campent sur leurs positions et menacent de reprendre les combats, alors la crise humanitaire s'accentue et touche plus de 20 millions de personnes, selon un rapport de l'ONU diffusé samedi. Dans un communiqué commun, les agences de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, le Fonds pour l'enfance (Unicef) et le Programme alimentaire mondial (PAM), ont alerté la communauté internationale sur le fait que 20 millions de Yéménites sont en situation d'insécurité alimentaire, évoquant «la pire crise humanitaire au monde».
Dans ce contexte, le négociateur en chef du mouvement «Ansarullah» (Houthis), Mohamed Abdulsalam, s'est dit, samedi, favorable pour la formation d'un gouvernement de «transition» avec la participation de «tous les partis politiques» au Yémen.
S'exprimant en marge des pourparlers de paix en cours en Suède, le négociateur en chef des Houthis a ajouté que la ville côtière de Hodeidah devrait être déclarée «zone neutre». Les Houthis contrôlent, depuis 2015, les principales villes du pays, notamment la capitale Sanaa et le port de Hodeidah, surplombant la mer Rouge. «Les Houthis acceptent l'idée que les Nations unies jouent un rôle à l'aéroport international de Sanaa dans le cadre des efforts pour sa réouverture», a souligné Mohamed Abdulsalam, cité par les mêmes sources. Toutefois, une représentante du gouvernement yéménite a accusé les éléments Houthis de «ne pas être sérieux» dans la recherche d'un règlement politique au conflit.
«L'expérience définit les attentes et d'expérience je dirais que non, ils ne sont pas sérieux», a déclaré à la presse Rana Ghanem, une membre de la délégation yéménite, assurant toutefois que «l'espoir est d'aider à alléger les tensions et les souffrances des Yéménites». Mme Ghanem a indiqué, en outre, que les délégations ne s'étaient pas encore rencontrées directement, mais avaient pu échanger de façon «informelle» dans les salons du centre de conférences où se tiennent les pourparlers. Parmi les dossiers à l'étude figurent la situation sociale et économique catastrophique du pays, l'ouverture de corridors humanitaires, l'application d'un accord sur l'échange de prisonniers conclu cette semaine, la réouverture de l'aéroport de la capitale Sanaa et le contrôle de la ville portuaire de Hodeida (ouest) par où transite l'essentiel de l'aide humanitaire.
Le gouvernement yéménite a exigé, quant à lui, le «retrait intégral» des forces du mouvement Houthis du port de Hodeida, accusant les éléments d'Ansarullah d'utiliser cette infrastructure pour «importer des armes».
«Le port doit retourner sous le contrôle de l'administration qui le dirigeait en 2014», a indiqué le ministre des Affaires étrangères yéménite, Khaled al-Yémani, alors que les Houthis ont insisté, quant à eux, sur la réouverture de l'aéroport de la capitale Sanaa au trafic civil et la levée de l'embargo aérien décrété par l'Arabie saoudite, assurant le commandement de la coalition arabe qui intervient au Yémen. Toutes les tentatives pour mettre fin au conflit yéménite qui dure depuis quatre ans ont jusqu'ici échoué, tandis que la communauté internationale s'attend à des progrès à l'occasion des consultations en Suède saluant jeudi un début «promoteur».
Griffiths salue un début «prometteur»
Les parties en conflit au Yémen ont décidé jeudi de libérer des milliers de prisonniers à l'occasion de leurs pourparlers organisés à Stockholm, sous l'égide de l'ONU, ont rapporté des médias locaux. Les pourparlers de paix entre le gouvernement yéménite et les représentants du mouvement houthis ont été entamés jeudi en Suède sous les auspices de l'ONU. Salut un début «prometteur», l'Envoyé spécial des Nations Unies au Yémen, Martin Griffiths, a déclaré lors d'une conférence de presse que la réunion des délégations yéménites en Suède était déjà une «étape importante» dans le processus de résolution du conflit.
M. Griffiths a ajouté que l'échange de prisonniers convenu par les deux parties au début des pourparlers permettrait à des milliers de familles d'être réunies, alors que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé la libération d'au moins 5000 prisonniers.
Une source des Nations unies, citée par la presse, a déclaré que les diplomates onusiens devraient organiser prochainement d'autres rencontres entre les parties en conflit pour discuter de nouvelles mesures à prendre pour renforcer la «confiance» et former «un organe de transition» au Yémen. La Suède a appelé, de son côté, à des pourparlers «constructifs» pour mettre fin, à ce que la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallstrom, a qualifié d'une «catastrophe humanitaire» au Yémen. Selon des sources médiatiques, l'Envoyé spécial de l'ONU tente aujourd'hui de rouvrir l'aéroport international de Sanaa, de soutenir la reprises des activités de la banque centrale et d'instaurer une trêve durable dans le port de Hodeidah, contrôlé par les Houthis.
L'objectif de l'ONU à travers ses pourparlers est celui de parvenir également à un accord sur un cessez-le-feu «plus large» et à "un arrêt des frappes aériennes de la coalition", dans le but de préserver des milliers de civils et de répondre aux besoins alimentaires «urgents» de quelques 20 millions de yéménites qui souffrent de la malnutrition. «Le peuple yéménite, tout particulièrement les enfants, attendent ces pourparlers de paix depuis longtemps déjà», a souligné, dans ce contexte, la ministre suédoise des Affaires étrangères. Les pourparlers devraient durer une semaine, a indiqué Hanane El badaoui, porte-parole de l'Envoyé spécial des Nations Unies au Yémen, Martin Griffiths.
La délégation houthie, accompagnée de M. Griffiths, était arrivée mardi soir à Stockholm, selon la chaîne suédoise SVT, précédant d'un jour la délégation du gouvernement yéménite. Confiant son espoir de voir des progrès «sérieux» accomplis lors de ces pourparlers, M. Griffiths a ajouté : «nous devons agir aujourd'hui avant de perdre le contrôle du Yémen. N'abandonnons pas en dépit des défis qui nous font face».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.