Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les cours du pétrole stables en Asie
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 01 - 2019

Hier, vers 04H40 GMT, le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en mars, gagnait trois cents à 60,67 dollars en Asie. Le baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en février, prenait deux cents à 52,13 dollars dans les échanges électroniques.
Les cours de l'or noir sont restés stables grâce aux efforts de l'Opep pour rééquilibrer le marché, combinés aux inquiétudes sur l'offre qui se faisaient sentir en ce qui concerne le pétrole iranien, frappé de sanctions américaines mais dont ont été exemptés certains pays importateurs de brut iranien comme la Chine et l'Inde. Les acteurs du marché étaient dans l'attente des données hebdomadaires sur les réserves et la production aux Etats-Unis, qui devaient être publiées mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA). Pour la semaine achevée le 11 janvier, les analystes tablent sur une baisse de 2,5 millions de barils des stocks de brut mais sur une hausse de 3 millions de barils de ceux d'essence et de 1,5 million de barils de ceux d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par Bloomberg.
Mardi, le Brent a gagné 1,65 dollar sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, pour terminer à 60,64 dollars. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le WTI s'est apprécié de 1,60 dollar pour clôturer à 52,11 dollars. Si une nouvelle crise mondiale se profile à l'horizon, comme de nombreux économistes le prédisent depuis quelque temps, sur la base des indices d'un ralentissement qui leur apparaît tellement évidents qu'il est inutile, selon eux, de le contester, alors le pessimisme aurait une bonne raison de s'installer. Un des meilleurs exemples de ces indices est fourni, à leurs yeux, par l'Allemagne où la plus grande économie européenne réussit par miracle à éviter une réduction de son PIB.
Pour 2019, la plupart des experts du secteur prédisent un rebond du marché avec une remontée des prix d'environ 10 ou 12 dollars. Pour leur part, les ministres de pays de l'Opep ont déjà eu à exprimer leur optimisme quant aux effets attendus de la baisse de la production visant à enrayer le recul des prix du baril, d'autant plus qu'il existe un consensus entre les producteurs membres et non membres de l'Opep pour respecter le nouvel accord de réduction de la production pour stabiliser le marché. Ils estimaient que l'excédent sur le marché était plus faible que ce qu'il était en 2017 et qu'il devrait se résorber en un ou deux mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.