Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risques politiques et deccélération des économies
Publié dans La Nouvelle République le 07 - 02 - 2019

Les sanctions économiques imposées par Washington vis-à-vis du Venezuela vont contribuer à augmenter les prix du pétrole, notamment lourd, après la chute des stocks américains. Les renouvellements des réserves des USA les obligeront à demander à l'Arabie saoudite de couvrir les insuffisances en pétrole lourd pour reconstituer les sauvegardes de l'indispensable matière première à leur économie.
L'Arabie saoudite se trouve devant un dilemme en raison de son engagement avec les autres producteurs à limiter les extractions de pétrole, pour respecter le dernier accord conclu en décembre dernier. La défection sur le marché du Venezuela expliquerait les prévisions de la Coface, la compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur, qui table dans son analyse sur l'évaluation de l'économie mondiale, à un prix du pétrole à 75 $ US durant l'année 2019. Dans son «Guide Risques Pays & Sectoriels 2019», présenté mardi à Paris lors de son 23ème forum, la Coface reconnaît cependant que l'exercice de prévision est «d'autant plus difficile» au moment où la volatilité des cours a nettement augmenté depuis le début du 4ème trimestre 2018.
Pour la Coface, le niveau d'un prix à 75 dollars est «suffisant» pour éviter à de nombreux pays exportateurs de pétrole de «devoir couper dans leurs dépenses publiques afin de compenser de moindres recettes liées aux matières premières», relevant que l'accord de l'OPEP sur la réduction de la production pour contenir les prix a été respecté par la Russie et l'Arabie saoudite.
Par ailleurs, la Coface a estimé que l'environnement mondial de l'économie, dans lequel l'industrie «marque le pas», a des effets «contrastés» sur les économies émergentes, et déduit que «le ralentissement de la croissance en zone euro (+1,6 % prévu en 2019) et aux Etats-Unis (+2,3 %) exposent les marchés émergents à des effets de contagion, en premier lieu à travers les flux commerciaux», a-t-elle expliqué, avertissant que, dans ce contexte, la croissance du commerce mondial devrait continuer de ralentir cette année (+2.3% seulement attendu cette année).
La croissance des économies émergentes était, en décembre, au plus bas depuis avril 2016, d'après l'indicateur avancé de l'Institut de Finance Internationale. Sur un autre plan, la Coface attire l'attention sur de «nombreux risques politiques» qu'on devra surveiller cette année dans le monde émergent, «en particulier en Afrique, où les populations ont désormais davantage de moyens d'exprimer leurs frustrations (triplement du taux d'accès à internet depuis 2010) dans un contexte de calendrier électoral chargé (Nigeria, Afrique du Sud et Algérie notamment)».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.