Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risques politiques et deccélération des économies
Publié dans La Nouvelle République le 07 - 02 - 2019

Les sanctions économiques imposées par Washington vis-à-vis du Venezuela vont contribuer à augmenter les prix du pétrole, notamment lourd, après la chute des stocks américains. Les renouvellements des réserves des USA les obligeront à demander à l'Arabie saoudite de couvrir les insuffisances en pétrole lourd pour reconstituer les sauvegardes de l'indispensable matière première à leur économie.
L'Arabie saoudite se trouve devant un dilemme en raison de son engagement avec les autres producteurs à limiter les extractions de pétrole, pour respecter le dernier accord conclu en décembre dernier. La défection sur le marché du Venezuela expliquerait les prévisions de la Coface, la compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur, qui table dans son analyse sur l'évaluation de l'économie mondiale, à un prix du pétrole à 75 $ US durant l'année 2019. Dans son «Guide Risques Pays & Sectoriels 2019», présenté mardi à Paris lors de son 23ème forum, la Coface reconnaît cependant que l'exercice de prévision est «d'autant plus difficile» au moment où la volatilité des cours a nettement augmenté depuis le début du 4ème trimestre 2018.
Pour la Coface, le niveau d'un prix à 75 dollars est «suffisant» pour éviter à de nombreux pays exportateurs de pétrole de «devoir couper dans leurs dépenses publiques afin de compenser de moindres recettes liées aux matières premières», relevant que l'accord de l'OPEP sur la réduction de la production pour contenir les prix a été respecté par la Russie et l'Arabie saoudite.
Par ailleurs, la Coface a estimé que l'environnement mondial de l'économie, dans lequel l'industrie «marque le pas», a des effets «contrastés» sur les économies émergentes, et déduit que «le ralentissement de la croissance en zone euro (+1,6 % prévu en 2019) et aux Etats-Unis (+2,3 %) exposent les marchés émergents à des effets de contagion, en premier lieu à travers les flux commerciaux», a-t-elle expliqué, avertissant que, dans ce contexte, la croissance du commerce mondial devrait continuer de ralentir cette année (+2.3% seulement attendu cette année).
La croissance des économies émergentes était, en décembre, au plus bas depuis avril 2016, d'après l'indicateur avancé de l'Institut de Finance Internationale. Sur un autre plan, la Coface attire l'attention sur de «nombreux risques politiques» qu'on devra surveiller cette année dans le monde émergent, «en particulier en Afrique, où les populations ont désormais davantage de moyens d'exprimer leurs frustrations (triplement du taux d'accès à internet depuis 2010) dans un contexte de calendrier électoral chargé (Nigeria, Afrique du Sud et Algérie notamment)».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.