Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestation du 1er mars
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 03 - 2019

La manifestation de vendredi 1er mars à Alger a clairement montré que l'initiative de faire sortir dans la rue des dizaines de milliers d'Algériens, non seulement échappe aux partis d'opposition mais, de toute évidence, selon les échos convergents, ceux-ci ne sont pas du tout les bienvenus, même si leurs tentatives de récupération du mouvement ont été camouflées derrière le caractère citoyen, avancé pour justifier la présence au milieu de la foule des contestataires, de dirigeants politiques connus (et du patronat aussi).
Cela ne signifie pas que la marche à Alger a été spontanée et anonyme. Les drapeaux algériens déployés et les banderoles brandies, indiquent qu'elle a été minutieusement préparée. D'un autre côté, la diversité des slogans scandés par les manifestants et des mots d'ordre écrits sur les banderoles, a parfaitement révélé qu'il y a une multitude de groupes et associations à l'origine des manifestations. Ces groupes et associations, plus ou moins affiliés à des courants politiques et idéologiques, mais non intégrés dans la classe politique, ont certainement mis à profit la manifestation du 1er mars pour faire une revue de leurs troupes sur le terrain, dans un contexte démocratique inédit encouragé par l'absence de climat répressif et l'attitude de la police qui a laissé faire, tant que les «lignes rouges» tracées autour des bâtiments institutionnels et des biens privés et publics, ne sont pas franchies, et également, tant que les forces de police, elles-mêmes, ne font l'objet d'aucune agression ou provocation.
D'ailleurs vendredi dernier, c'est lors d'une opération de rétablissement de l'ordre public suite à des actes de violence et de vandalisme, survenus en fin de journée et ayant ciblé des biens publics et privés, que quelque 56 policiers et 7 citoyens ont été blessés, par des jets de pierres, selon un communiqué de la Direction Générale de la Sûreté nationale (DGSN). La police a assuré, ce jour-là, une véritable mission de protection des manifestants face aux actes de violence et de vandalisme commis par des individus sous l'emprise de psychotropes, sachant que 45 d'entre eux ont été interpellés. Malheureusement, la marche de vendredi a enregistré le décès de Hassen Benkheda, 56 ans, fils du Moudjahid feu Benyoucef Benkheda.
A Alger, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, qui a rendu visite vendredi soir, au CHU Mustapha Pacha et à l'hôpital central de la Sûreté Nationale, aux citoyens et aux policiers blessés lors des manifestations, à Alger, a présenté ses sincères condoléances à la famille de Hassen Benkheda, ordonnant qu'une autopsie soit faite, pour déterminer les causes du décès, selon les procédures judiciaires en cours. Au niveau national, selon le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, 183 blessés ont été admis au niveau des différents établissements hospitaliers. Jeudi dernier, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, cité par l'APS, avait appelé à la vigilance durant les marches, surtout quant elles répondent à des appels anonymes, «notamment face aux tentatives de certains milieux étrangers de s'incruster dans ces manifestations pacifiques pour faire sombrer le pays dans le chaos».
Le caractère pacifique et le comportement civique des citoyens lors de ces marches, combiné au professionnalisme des policiers, dans leur gestion de ces manifestations, a fait que tout s'est déroulé dans le calme, à l'exception de quelques escarmouches qui ont vu les forces de l'ordre recourir à l'usage du gaz lacrymogène et des canons à eau pour disperser les manifestants.
Que vont faire maintenant les opposants au 5ème mandat pour le président en exercice?
Dans une dépêche datée d'hier, l'APS rappelle que Abdelmalek Sellal, directeur de campagne, a annoncé que le président Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un nouveau mandat, déposera son dossier de candidature le 3 mars, c'est-à-dire aujourd'hui. Trois postulants devaient effectuer cette procédure, hier : Belaid Abdelaziz, du Front El-Moustakbel, Abdelkader Bengrina, du Mouvement El Binaâ, et Adoul Mahfoudh, du Parti de la victoire nationale (PVN). Le Parti des travailleurs (PT) a décidé, samedi à Alger, de ne pas participer à cette présidentielle et de ne pas déposer ainsi le dossier de candidature auprès du Conseil Constitutionnel. Quant au parti Talaie El Hourriyet d'Ali Benflis, il doit trancher la question de sa participation, aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.