Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UNOP veut une hausse des prix du médicament
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 03 - 2019

Les enjeux sont déterminants pour une bonne politique de santé publique. La fixation des prix des médicaments pour un meilleur accès aux soins est donc capitale, pour les caisses de sécurité sociales qui sont tenues d'assurer les remboursements, même partiellement aux assurés sociaux.
La politique de l'Etat en matière de santé publique est basée sur la gratuité des soins et des médicaments pour une certaine frange de la population défavorisée, donc ces coûts sont essentiellement supportés par l'Etat, les Caisses d'assurance sociale et les malades.
Sachant que l'Algérie produit 50% de ses besoins en médicaments, et qu'un médicament produit localement devrait en principe revenir en termes de coûts de production moins cher, d'autant qu'il s'agit de générique et non de remèdes obtenus à partir de la molécule mère, il est pour le moins surprenant que pour encourager le développement de l'Industrie pharmaceutique, à ce que l'Union nationale des opérateurs de pharmacie en abréviation UNOP, estime qu'il faut au préalable «nécessairement une révision des prix à la vente».
C'est le président de l'Union nationale des opérateurs en pharmacie qui a proposé ces augmentations pour lever, selon lui, «les obstacles à l'investissement», estimant que «les prix appliqués sont actuellement bas par rapport à ceux de certains pays européens et méditerranéens», ce qui peut modeler un «obstacle» à l'investissement, a précisé M. Abdelouahed Kerrar, à l'occasion de la présentation d'une étude couverte par l'APS sur les prix des médicaments pratiqués en Algérie. Selon lui, l'absence de prix rémunérateurs des médicaments empêche l'accès à la technologie de fabrication des produits innovants ou des produits de biotechnologie.
Les prix actuels vont à terme «casser la dynamique de croissance et surtout le développement de la production locale, indispensable à la réalisation des objectifs de la politique nationale de santé publique», a-t-il mis en garde. Il a, toutefois, avancé qu'il était possible de concilier entre l'objectif consistant à assurer un accès élargit aux soins, avec celui, non moins important, de rémunérer correctement les producteurs et leur permettre ainsi de se développer. La modification du cadre juridique relatif aux prix des médicaments demeure la «seule solution» pour permettre une bonne croissance de l'industrie pharmaceutique en Algérie au bénéfice de l'économie nationale, a estimé le président de l'UNOP.
Réalisée par un cabinet international, cette étude relève que le marché des médicaments algérien est un marché «attrayant» occupant la troisième place dans la région Mena, ajoutant que le pays «maintient une croissance régulière de 6,6 % pour atteindre 4.1 milliards de dollars en 2021». Cependant, cette étude relève que «l'application des prix les plus bas pourrait affecter le potentiel d'exportation et décourager dans le même sillage les investisseurs». Elle indique également que cette tarification à la baisse «va inévitablement retarder le lancement de nouveaux produits dans le pays». Ce que les représentants de l'UNOP oublient de préciser, c'est que les investisseurs nationaux, à notre connaissance, ne participent nullement à subventionner la recherche et l'innovation, ce qui amortie considérablement les montants des investissements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.