Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UNOP veut une hausse des prix du médicament
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 03 - 2019

Les enjeux sont déterminants pour une bonne politique de santé publique. La fixation des prix des médicaments pour un meilleur accès aux soins est donc capitale, pour les caisses de sécurité sociales qui sont tenues d'assurer les remboursements, même partiellement aux assurés sociaux.
La politique de l'Etat en matière de santé publique est basée sur la gratuité des soins et des médicaments pour une certaine frange de la population défavorisée, donc ces coûts sont essentiellement supportés par l'Etat, les Caisses d'assurance sociale et les malades.
Sachant que l'Algérie produit 50% de ses besoins en médicaments, et qu'un médicament produit localement devrait en principe revenir en termes de coûts de production moins cher, d'autant qu'il s'agit de générique et non de remèdes obtenus à partir de la molécule mère, il est pour le moins surprenant que pour encourager le développement de l'Industrie pharmaceutique, à ce que l'Union nationale des opérateurs de pharmacie en abréviation UNOP, estime qu'il faut au préalable «nécessairement une révision des prix à la vente».
C'est le président de l'Union nationale des opérateurs en pharmacie qui a proposé ces augmentations pour lever, selon lui, «les obstacles à l'investissement», estimant que «les prix appliqués sont actuellement bas par rapport à ceux de certains pays européens et méditerranéens», ce qui peut modeler un «obstacle» à l'investissement, a précisé M. Abdelouahed Kerrar, à l'occasion de la présentation d'une étude couverte par l'APS sur les prix des médicaments pratiqués en Algérie. Selon lui, l'absence de prix rémunérateurs des médicaments empêche l'accès à la technologie de fabrication des produits innovants ou des produits de biotechnologie.
Les prix actuels vont à terme «casser la dynamique de croissance et surtout le développement de la production locale, indispensable à la réalisation des objectifs de la politique nationale de santé publique», a-t-il mis en garde. Il a, toutefois, avancé qu'il était possible de concilier entre l'objectif consistant à assurer un accès élargit aux soins, avec celui, non moins important, de rémunérer correctement les producteurs et leur permettre ainsi de se développer. La modification du cadre juridique relatif aux prix des médicaments demeure la «seule solution» pour permettre une bonne croissance de l'industrie pharmaceutique en Algérie au bénéfice de l'économie nationale, a estimé le président de l'UNOP.
Réalisée par un cabinet international, cette étude relève que le marché des médicaments algérien est un marché «attrayant» occupant la troisième place dans la région Mena, ajoutant que le pays «maintient une croissance régulière de 6,6 % pour atteindre 4.1 milliards de dollars en 2021». Cependant, cette étude relève que «l'application des prix les plus bas pourrait affecter le potentiel d'exportation et décourager dans le même sillage les investisseurs». Elle indique également que cette tarification à la baisse «va inévitablement retarder le lancement de nouveaux produits dans le pays». Ce que les représentants de l'UNOP oublient de préciser, c'est que les investisseurs nationaux, à notre connaissance, ne participent nullement à subventionner la recherche et l'innovation, ce qui amortie considérablement les montants des investissements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.