Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le dialogue est une urgence»
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 03 - 2019

Pour sa deuxième sortie sur des médias publics, Lakhdar Brahimi ancien ministre des Affaires étrangères, s'est efforcé d'expliquer le sens de sa démarche qui ne correspond, insiste-t-il, à aucune mission consistant à «vendre la feuille de route du Président». Hier matin, sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale dont il était l'invité de la rédaction, Lakhdar Brahimi a fait constater que, dans la situation actuelle, il y a un blocage et non une impasse, espère-t-il, en soulignant la nécessité du dialogue, qu'il ne cesse de répéter, dit-il.
C'est une urgence, plutôt on commence à parler, mieux ça vaut, selon lui. Il estime qu'il est absolument certain que le dialogue est "indispensable et urgent". Il trouve compréhensible que la rue tienne la position qui est la sienne, mais, pour lui, ce qui est moins compréhensible, c'est que ceux qui se disent des leaders, des cadres, des meneurs, suivent la rue au lieu d'essayer de diriger ce mouvement qui a commencé, rappelle-t-il, il y a bientôt un mois. Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères, la revendication du changement prônée par la population est parfaitement légitime, compréhensible et, ajoute-t-il, même attendue. Il estime qu'il y a unanimité dans le pays quand la rue a scandé ses premiers slogans : non au 5ème mandat, pour le changement, pour la 2ème République. Il a ajouté néanmoins que le changement «ne se fait pas tout seul», et la deuxième République incarnant ce changement «est une aspiration légitime», qui passe par un programme «complexe et compliqué» et le premier pas est d'une importance capitale qui ne doit pas se faire dans «le désordre». Ce premier pas, explique-t-il, se fait dans l'organisation.
Il appelle à un dialogue «organisé et structuré», c'est ce dont on a besoin, selon lui, et pour cela, ajoute-t-il, il faut commencer à parler dans un premier face à face et pas le dos tourné les uns aux autres. Lakhdar Brahimi fait remarquer que la voix de «la rue a été entendue» (par le pouvoir) et «il faut mettre au point ce qui a été décidé». Il ajoute qu'à partir des interventions du président Bouteflika, de ce qu'il a entendu lui-même, de la part des responsables qu'il a rencontrés, il lui semble que «le message est arrivé cinq sur cinq». Se défendant d'avoir été mandaté «pour vendre la feuille de route du président», «c'est impensable», dit-il, l'ancien diplomate croit déceler une mauvaise volonté de la part de ceux qui lui posent, chaque fois, cette question. Il rappelle qu'il est à la retraite depuis 1993, que l'Algérie est son pays et qu'il a des liens de toutes sortes, familiaux, amicaux et aussi avec des gens avec lesquels il a travaillé jusqu'en 1993. «Ni le président, ni le gouvernement, répond-il, ne m'ont donné de mandat».
Pour le diplomate algérien, ce qui se passe dans la rue est «très enthousiasmant, encourageant» mais d'un autre côté, «ça ne peut pas continuer indéfiniment». Il a relevé que la rue avait des slogans «très simples que tout le monde a compris et donné son accord» pour le changement «rapide et immédiat», rappelant que le président de la République avait «répondu favorablement en renonçant au 5ème mandat et le report des élections. D'accord aussi, ajoute-t-il, pour une deuxième République «Il faut maintenant que les gens s'assoient pour mettre un programme pour effectuer le changement en vue de l'avènement de la 2ème République», a-t-il dit. C'est ce qui manque en ce moment, fait-il constater. Il rappelle que les responsables sont disposés au dialogue mais, précise-t-il, ce sont ceux qui se sont désignés porte parole du mouvement qui disent «Non, partez tous !». Il insiste sur le risque de ce «partez, tous !» en citant l'exemple de la situation pénible dans laquelle s'était retrouvée l'Irak, sans vouloir faire peur, insiste-t-il.
Il s'adresse aux manifestants pour leur conseiller d'être conscients des dangers et d'avancer les yeux ouverts. Par ailleurs, Lakhdar Brahimi estime que l'on n'a pas su opérer cette évolution d'une génération à l'autre. Il a fait savoir que depuis 1962, plusieurs «tournants très importants» n'avaient jamais été «négociés de la bonne manière», ce qui, constate-t-il, «nous a chaque fois précipité dans le fossé», mettant en garde pour ne pas refaire les mêmes erreurs en saisissant cette «opportunité historique» de mettre le pays sur les rails «pour longtemps». A propos des jeunes, Lakhdar Brahimi reconnaît qu'on n'a pas su les mobiliser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.