Le prix du masque ne "doit pas dépasser 15 dinars"    Débats sur fond de crise politico-sanitaire    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    8 nouveaux décés, les contaminations en hausse    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mouvement est plus soucieux de son avenir
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 05 - 2019

La manifestation de la détermination. Des milliers d'Algériens sont sortis pour le 13 vendredi d'affilée depuis le lancement du mouvement le 22 février dernier, lors de lequel le peuple a exigé le départ du pouvoir en place. Pour le deuxième vendredi de mobilisation de mois de ramadan, les Algériens ont occupé les rues de la capitale, Alger et de plusieurs autres villes du pays pour réclamer le départ des résidus du système politique, refusant ainsi la confiscation de leur droits civiques.
Marche de la dignité, de la liberté et surtout de la résistance des familles algériennes pour le 13 ème vendredi consécutif sous la haute surveillance des policiers, dépêches tôt le matin aux lieux habituels des rassemblements populaires, bloquant ainsi l'accès au parvis de la Grande Poste. Ce qui n'a pas duré longtemps. Le cordon des forces de l'ordre a cédé à la pression des marcheurs qui se sont réappropriés leur espace d'expression. A peine 11h00 les premiers manifestants se préparaient à marcher et sillonner comme à l'accoutumée les rues du centre d'Alger. Un rituel hebdomadaire auquel s'adonnent les Algériens, hommes et femmes et même enfants. Intrigués et déroutés par les évènements politiques et judiciaires qui ne s'arrêtent pas depuis des semaines, le peuple maintient sa position et insiste sur sa revendication du départ inéluctable des tenants du pouvoir, tenaces qui s'agrippent au système en dépit de la contestation. L'effet dissuasif qu'a voulu provoqué le chef de corps d'armée, Gaid Salah, semble déstabiliser timidement le mouvement populaire. Certains avis divergent sur la solution constitutionnelle portée par le chef de l'institution militaire. Depuis une semaine, le mouvement commence à se scinder entre opposants et adhérents à la proposition controversée de Gaid Salah qui a promis de restituer au pays son argents volé et de sanctionner tous ceux qui sont impliqués dans des dossiers de corruption présumée. Plusieurs slogans hostiles à Gaid ont été scandés en ce 13 ème vendredi. « Que la malédiction du vendredi 13 les emporte avec elle », ironise Wassim, un trentenaire handicapé, mais qui a toujours participé à ce rendez-vous populaire. « Le temps presse et le verdict pourrait se prononcer par défaut », explique Rachid, le parrain du jeune Wassim qui pousse sa chaise roulante, en plein mouvement de foule, sous chaleur ardente et la sueur. Essoufflés, et même déshydratés, mais pas démotivés, les manifestants affluent en nombre à Alger centre pour renforcer de leur présence cette nouvelle mobilisation. Certains criaient à la liberté, à la démocratie et à la justice et d'autres appelaient à rendre le pouvoir au peuple et à une assemblée constituante pour régler la crise politique. Tel était le message brandi par el hadja Fatoum, qui se dit honorée de participer à une deuxième marche historique pour l'indépendance d l'Algérie. Du haut de son âge de 79 ans et de sa maladie cette vieille drapée du drapeau algérien, accompagnée de sa fille, lève une pancarte sur laquelle est placardée la photo de son petit fils porté disparu durant la décennie noire. Hanté par les souvenirs douloureux de cette période, Kader dit craindre les heures qui suivent. « On navigue à vue et les moments qui suivent peuvent revêtir plusieurs formes de dangers», s'exclame-t-il. Plusieurs personnes partagent son avis et certaines accusent certains médias de « machiavélisme » en profitant de la conjoncture actuelle pour m'attaquer l'opinion publique et propager la haine et le régionalisme. Répondant à cette question, Radjaa, scandalisée par cette « méthode radicale » produite par certains medias qui « visent à casser le mouvement », selon elle en parachutant au devant de la scène politique des personnes déguisées en éclaireurs de peuple. « Faut et faut » crie cette jeune maman qui craint pour l'avenir de sa fille, encore nourrisson. Elle était parmi les femmes qui ont forcé le bouclier policier pour accéder aux escaliers de la Grande Poste. Un espace fermé sur ordre de la wilaya d'Alger qui a prétexté dans son communiqué la fragilité des escaliers qui risquent de s'écrouler. « Nous voulons protéger les manifestants », écrit-elle dans sa note. La vie du protestataire semble, également, préoccuper les services de la gendarmerie qui ont bloqué tous les axes extérieur menant vers Alger. Eux par crainte de suffocation de la capitale qui ne peut supporter le poids de la foule. Bien qu'ils soient soucieux de l'avenir de leur action, les protestataires renouvelle leur promesse d'aller au bout de leur lutte pour la dignité et la liberté. « Adviendra que pourra », apostrophe Anas, avec ses amis qui à chaque fin du mouvement procèdent au nettoyage des rues de la capitale. 15h00, la foule se disperse, laissant place à la routine ramadanesques reprendre sa place.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.