4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Alger surprise par la liste de l'UE    Carences ou actes de sabotage ?    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un mythe, des voyages hors du commun
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 07 - 2019

Ce moyen de locomotion en mer est entré dans le quotidien de la société algérienne vers le 19e siècle pour devenir, au fil du temps une obsession, celle d'un exil forcé et à vie.
«C'est le bateau qui l'a emporté et depuis il n'est jamais revenu», dit un poème ancien chanté par une voix féminine dont le timbre porte les signes de tristesse. Beaucoup de chansons ont été consacrées au bateau qui vogue sur l'eau, avec beaucoup de connotations fortes sur des familles qui ont laissé l'être cher partir vers l'inconnu, un autre monde d'adoption.
L'exil forcé ou volontaire par la voie maritime
Cela a commencé au temps où l'avion était inconnu, et pour arriver à une destination choisie, si elle est située au-delà de la mer ou de l'océan, il fallait prendre le bateau. Les Algériens qui avaient participé aux différentes insurrections contre l'occupation étrangère, ont suivi l'Emir Abdelkader au prix d'un exil définitif en Syrie. Et l'occupant étranger au lendemain de la conquête, mais surtout du soulèvement de 1870, alors qu'elle était en guerre contre son ennemi naturel l'Allemagne, la France a préféré revenir en Algérie, après avoir signé sa défaite en cédant l'Alsace et la Lorraine à l'adversaire. Elle ne voulait pas perdre notre pays devenu sa colonie, mais cela ne s'est pas fait sans affrontements armés.
Et pour briser l'élan des Algériens, l'armée coloniale a choisi le bateau pour envoyer au loin, à des milliers de kilomètres, nos chefs de guerre, en Nouvelle-Calédonie, considérée comme une prison à ciel ouvert. De l'océan Pacifique situé à l'autre bout du monde et par la mer, deux combattants sont revenus avec l'intention de régler des comptes avec leurs ennemis. Ils font partie des héros nationaux. Le bateau qui s'apprête à jeter l'ancre pour prendre la direction d'un autre continent est objet non pas d'admiration mais de tristesse angoissante pour les victimes. Ils n'en ont gardé que de mauvais souvenirs. On maudit le bateau qui a pris nos enfants. Ceux qui ont eu l'opportunité d'accompagner un des leurs jusqu'au lieu d'embarquement pour de lointains rivages, ont suivi des yeux le bateau s'éloignant de plus en plus jusqu'à sa disparition à l'horizon.
On en revient malade, et les plus sensibles à la douleur versent des larmes. La plupart de ceux qui ont pris le bateau ont fait un voyage sans retour ; la mer les a pris à vie. «Ah ! si les maudits bateaux n'avaient pas existé, on ne serait pas tombé dans le malheur», paroles que des femmes ont chantées. Quelquefois, elles chantent pour demander au bateau de ramener l'enfant, le plus cher de la famille.
Une histoire et des histoires
C'est par bateau comparable à celui des animaux que les Noirs ont été transportés vers l'Amérique pour servir d'esclaves, après avoir été arrachés de force à leur terre ancestrale puis vendus aux enchères publiques. Que de mouvements de populations ont été possibles grâce à des embarcations parfois de fortune comme les radeaux qui ont permis aux Indiens de traverser le détroit de Behring séparant l'Asie de l'Amérique, il y a de cela plus de 26 000 ans. On dit que le premier bateau a été construit par Sidna Nouh, (QSSSL) en prévision d'un déluge par lequel devaient être condamnés les mécréants à mourir par Dieu, pour leur méchanceté.
Quant aux Mayas, Incas, Aztèques et autres tribus indiennes, ils avaient créé des civilisations. En cherchant bien, dans tous les continents, on trouverait des tribus, familles, ethnies installées depuis des siècles ou des générations après être venues d'ailleurs. Quelquefois, c'est un artiste qui choisit d'aller vivre à des milliers de kilomètres de chez eux, ou pour s'y faire enterrer, à la manière du chanteur Jacques Brel, qui a exigé des siens que sa tombe se trouve à côté de celle du peintre Gauguin, aux îles Marquises. Le chanteur comme le poète ou le peintre ont des comportements et des choix singuliers qu'on a du mal à expliquer.
Le chanteur El Hasnaoui adulé de son vivant et après sa mort, reste d'actualité pour son genre musical populaire et comparable à celui de Dahmane El Harachi, El Anka a choisi d'aller vivre à l'île de la Réunion. Il fut un temps, qui remonte à des siècles en arrière où des hommes qui avaient été bannis pour avoir commis des fautes impardonnables, disparaissaient de leur pays et pour le restant de leur vie ; ils s'exilaient vers des pays inconnus. Beaucoup sont allés se réfugier en Tunis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.