Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 07 - 2019

Dans le cadre de la lutte contre la corruption et le blanchiment d'argent, l'ex-ministre de l'Industrie et des Mines, Mahdjoub Bedda, a été placé hier mercredi sous contrôle judiciaire après sa comparution devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême à Alger. Il rejoint à la prison les sept autres cadres et fonctionnaires impliqués dans la même affaire.
Comme on le sait Mahdjoub Bedda est accusé d'avoir accordé des privilèges indus à des constructeurs automobiles, notamment dans l'affaire du propriétaire de la marque "KIA", Hacène Arbaoui. Il est à rappeler, que 17 individus impliqués dans des faits à caractère pénal avaient été présentés, le 20 juin dernier, devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'Hamed, dans le cadre de cette affaire. Après avoir été entendus sur les faits qui leur sont imputés, «une enquête judiciaire a été ouverte à l'encontre de 14 personnes physiques» pour des crimes liés au «blanchiment d'argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption», et «bénéfice du pouvoir et de l'influence des agents de l'Etat durant l'établissement de contrats et de marchés» et «dilapidation des deniers publics», précisait un communiqué de cette juridiction.
Ces crimes portent également sur «la participation à la dilapidation et à l'utilisation de fonds de banque», «abus de fonction intentionnel à l'effet d'accorder d'indus privilèges à autrui», et «exercice d'une activité professionnelle par un agent public dans une entreprise qu'il est chargé de contrôler et conclusion de marchés avec la même entreprise dans un délai inférieur à deux (2) ans». Les personnes poursuivies pénalement sont: «l'homme d'affaires Hacène Arbaoui et deux de ses frères, cinq (5) fonctionnaires relevant du ministère de l'Industrie et des Mines, le directeur général de la Banque nationale d'Algérie (BNA), deux anciens directeurs de deux entreprises publiques, un chef de département au sein d'une entreprise publique et le président actuel d'une APC ainsi qu'un commerçant».
Deux personnes morales ont été également accusées, à savoir deux entreprises commerciales en rapport avec l'activité du principal mis en cause. Notifié du dossier de l'affaire, le juge d'instruction, après avoir entendu les prévenus lors de la première comparution, a décidé de placer sept personnes en détention provisoire. Il s'agit de «l'homme d'affaires Hacène Arbaoui, de deux cadres actuels relevant du ministère de l'Industrie et des Mines, de deux fonctionnaires du même ministère, de l'actuel directeur général de la BNA, et d'un ex-directeur d'une entreprise économique publique». Par ailleurs, «le juge d'instruction a placé trois personnes sous contrôle judiciaire.
Il s'agit de l'ex-directeur général de la promotion de l'investissement au ministère de l'Industrie et des Mines ainsi que les deux frères de l'accusé principal et remis quatre autres en liberté». Concernant les personnes restantes et compte tenu de leurs fonctions à la date des faits, il a été décidé de transmettre le volet de leur dossier au Procureur général près la cour d'Alger «pour prendre les mesures nécessaires à leur encontre». Il s'agit de l'ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia et deux anciens ministres de l'Industrie et des Mines, Mahdjoub Bedda et Youcef Yousfi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.