"Combattre, avec moi, la mafia du commerce ou descendre du train"    Flappy Bird : le petit oiseau jaune de retour en mode battle royale    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Les explications des experts    Décès d'une femme asphyxiée au monoxyde de carbone    Le coronavirus au menu    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Arzew obtient l'accord des autorités locales pour accueillir la compétition    Finale Tuniso-égyptienne    Comme l'ombre d'un doute…    Amina Belkadi confirme sa suprématie    Les autorités appellent à la vigilance et à la prudence    Près de 95% des accidents causé par le facteur humain    Le bras de fer synidcat-gouvernement se poursuit    Le MSP partie prenante du dialogue politique    Les autorités prévoient la mise en place d'un dispositif d'alerte et de riposte    Hommage à la mémoire de Matoub Lounes    Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Le réflexe de Chitour    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    «Nous devons respecter nos adversaires»    Alger implique les voisins de la Libye    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Tebboune, à coeur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du Kenya au Sénégal, retour sur la belle épopée des Verts
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 07 - 2019

Marchant sur les traces de la génération de 1990, la sélection algérienne de football a amorcé sa renaissance par la plus belle des manières, en remportant brillamment la CAN-2019 en Egypte, grâce à sa victoire en finale face au Sénégal (1-0), vendredi soir au Caire.
Pourtant, personne ne s'attendait à un tel exploit en terres égyptiennes, celui de soulever le trophée tant convoité, 29 ans après l'unique sacre remporté à domicile en 1990. La traversée du désert a été longue pour les Verts, qui se sont souvent heurtés à la réalité du terrain en Afrique subsaharienne, jusqu'à cette quatrième place décrochée en Angola en 2010, dans ce qui avait été le meilleur résultat depuis le trophée de 1990. Les joueurs de Djamel Belmadi ont pu relever le défi et réaliser un parcours digne d'un champion, pour déjouer tous les pronostics et surtout imposer le respect. Après plusieurs années de disette, l'équipe nationale est parvenue non seulement à réhabiliter son image, mais surtout se réconcilier définitivement avec son peuple. Retour sur la belle épopée des Verts en Egypte.
Un premier tour «pharaonique»
Solide défensivement et réaliste sur le plan offensif, l'équipe nationale a survolé le premier tour de la CAN-2019, alignant trois victoires en autant de matches, ce qui n'était plus arrivé depuis l'édition 1990. Qualifié avec brio à la tête du groupe C, l'Algérie a entamé sa belle aventure en dominant le Kenya (2-0), avant de s'offrir le Sénégal (1-0), dans ce qui a été un succès de prestige face à l'un des favoris en puissance pour succéder au Cameroun, éliminé par la suite en 1/8e de finale. Pour le dernier match de la phase de poules, l'équipe nationale, avec un Onze largement remanié, n'a pas fait dans la dentelle en corrigeant la Tanzanie (3-0), grâce notamment à un doublé d'Adam Ounas.
Avec six buts marqués et aucun encaissé au premier tour, les Verts se sont positionnés idéalement, se mettant dans la peau d'un favori. «Il y a de multitudes d'éléments qui nous ont permis de bien démarrer cette CAN. Rien n'arrive au hasard, il y a eu un travail de fond qui a été fait», a tenu à expliquer Belmadi, principal artisan du renouveau amorcé par la sélection. Rien ne semblait arrêter cette sélection dans la quête d'une deuxième étoile. Après avoir passé le cap des 1/8es de finale en s'imposant facilement face à la Guinée (3-0), les choses sérieuses ont commencé pour les «Verts» avec deux adversaires redoutables au menu : la Côte d'Ivoire et le Nigeria.
Le titre s'est dessiné à Suez
C'est à partir des quarts de finale que l'équipe nationale a pointé son bout du nez et affiché clairement ses ambitions de jouer le titre, en s'imposant face à la Côte d'Ivoire au stade de Suez devant plus de 5 000 supporters algériens qui se sont déplacés pour soutenir les Verts. Au bout d'un match intense, l'Algérie est parvenue à passer l'écueil ivoirien au terme de la fatidique séance des tirs au but (1-1, aux t.a.b :4-3), un succès qui a dessiné les contours d'un titre qui tendait les bras aux joueurs algériens. Le rendez-vous face aux «Eléphants» était de loin le match le plus intense, fort en émotions, disputé par l'équipe nationale en Egypte. Grâce à leur « grinta» et leur détermination à aller jusqu'au bout, les coéquipiers d'Ismaël Bennacer venaient tout simplement de se rapprocher un peu plus de leur rêve. Dernier obstacle avant la finale : le Nigeria d'Odion Ighalo, meilleur buteur de la compétition avec 5 réalisations.
Comme il fallait s'y attendre, le match a été très disputé de part et d'autre. Au moment où l'arbitre gambien Bakary Papa Gassama s'apprêtait à siffler la fin des 90 minutes pour envoyer les deux équipes en prolongation, le capitaine providentiel Riyad Mahrez a dit son mot, bottant un coup-franc direct magistral du pied gauche dans le temps additionnel pour offrir à l'Algérie sa qualification en finale. En terminant meilleure attaque avec 13 buts contre 2 encaissés, l'équipe nationale mérite amplement sa consécration, même si en finale, les Verts n'ont pas étalé leurs grandes qualités techniques et individuelles, se contentant de gérer le match et surtout préserver leur maigre avantage acquis dès la 2e minute de jeu, face à une équipe sénégalaise qui manquait de lucidité devant les buts.
Sur le plan individuel, le milieu offensif Ismaël Bennacer (21 ans) a été élu meilleur joueur du tournoi, lui qui avait été appelé en renfort à la dernière minute, deux années plus tôt, pour remplacer Saphir Taïder, forfait sur blessure pour la CAN-2017 au Gabon. Raïs M'bolhi, égal à lui-même, a été élu meilleur gardien de but de la compétition. Une juste récompense pour un portier qui entre de plain-pied dans la légende du football national. Confrontée à une crise il y a juste une année, l'équipe nationale a montré en Egypte qu'elle avait des ressources qui lui ont permis de se surpasser et réaliser cet exploit, une épopée qui restera à jamais gravée dans la mémoire d'un peuple, désormais fier de sa sélection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.