USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants entre résistance et persévérence
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 07 - 2019

Les étudiants ont envahi, hier, les rues d'Alger, pour la 22ème fois consécutive, avec toujours la même détermination pour réclamer le départ du système et réitérer leurs revendications constituantes.
Comme durant leurs rendez-vous précédents, à la place des martyrs à Alger, à peine 10h45, les étudiants ont entamé leur marche tous déterminés et unis, pancartes à la main sous des slogans hostiles au pouvoir. Le point de départ de leur marche a été changé, en raison de la fermeture de l'esplanade de la Grande poste, ainsi que le tunnel des facultés par les forces de l'ordre. Depuis 22 semaines, ils ne songent pas à lâcher prise. Ils réitèrent leurs revendications constituantes, appelant le gouvernement à procéder à des changements politiques profonds, sans oublier d'améliorer les conditions précaires que vit l'universitaire algérien aujourd'hui. Ils appellent toujours à une «nouvelle République indépendante et démocratique», et au changement du système politique algérien.
Ils réitèrent depuis plusieurs semaines leurs revendications constituantes, appelant le gouvernement à procéder à des changements politiques profonds, sans oublier d'améliorer les conditions précaires que vit l'universitaire algérien. «Le pessimisme gagne nos émotions de jours en jours. Nous redoutons d'aller vers une crise sans issue», estime le même jeune, qui brandissait des pancartes sur lesquelles, nous pouvons lire «Algérie, libre et démocratique», «La jeunesse se réveille et prend son avenir en main»… Les milliers de jeunes manifestants ont exprimé de manière pacifique leur attachement à l'unité du peuple, mais aussi au "lien fraternel" qui lie le peuple à l'armée, scandant les slogans habituels : "Yetnehaw ga3" (Qu'ils partent tous), «Djeich chaab khawa khawa» (armée etpeuple, frères) et silmiya silmiya» (pacifique, pacifique).
Les étudiants affichaient des slogans comme : «exiger des comptes aux corrompus» et «yatnahaou gaâ» (qu'ils partent tous). Les manifestants, dont la plupart brandissaient le drapeau national, hissaient des banderoles appelant au départ de tous les symboles du système de Bouteflika et scandaient des slogans à l'instar de: «Pouvoir au peuple» et «Nous voulons une Algérie démocratique». Les étudiants réclament également la poursuite en justice des têtes de la corruption et des responsables du pillage de l'argent public, tout en exigeant une justice libre et autonome dans cette mission.
A noter que, depuis l'organisation de leur première manifestation (le 3 mars dernier), les étudiants semblent toujours déterminés, et n'ont manqué à aucun ordre d'appel lancé via les réseaux sociaux. La réorganisation des ces manifestation, selon un étudiant, se poursuit parce que les responsables du gouvernement n'ont exprimé aucune réaction positive. «On appelle au changement de tout le système politique Algérien», a-t-il scandé. Comme ce mouvement de protestation est devenu habituel, l'appel à l'action ou à la présence via les réseaux sociaux devient facultatif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.