Présidentielle : le président de l'ANIE accomplit son devoir électoral    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    Atal opéré avec succès    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Une enveloppe pour la chaufferie et les cantines scolaires    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Fin de la phase aller le 21 décembre    Cinq morts dans une attaque des shebab    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    Reconduction d'un programme algéro-américain    Un boycott inédit en perspective    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Présidentielle du 12 décembre : ouverture des bureaux de vote    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Géant du théâtre et brillant second rôle au cinéma
Publié dans La Nouvelle République le 31 - 08 - 2019

Sociétaire honoraire de la comédie française, l'acteur avait également excellé dans des seconds rôles au cinéma. Il est décédé ce jeudi 29 août à l'âge de 82 ans. «Je ne suis pas devenu tar, hein ! Mais à mon petit niveau, j'ai plutôt réussi», confiait Michel Aumont à L'Express. Si le cinéma ne lui a pas donné de rôles de jeune premier, l'acteur, décédé ce mercredi à 82 ans, a été un géant du théâtre à partir des années 1960.
Il incarna à merveille L'Avare de Molière pendant 20 ans au sein de la comédie française, dont il était sociétaire honoraire depuis 1994. «Probablement le plus exceptionnel des «Avare» jamais vu à la comédie française. «Au revoir l'Artiste», a commenté sur Twitter l'acteur Christian Clavier. Né le 15 octobre 1936 à Paris d'un père régisseur du Théâtre-Français et d'une mère comédienne, Hélène Gerber, Michel Aumont entre à 18 ans au Conservatoire national d'art dramatique. Il obtient deux ans plus tard un premier prix de comédie moderne avant d'être engagé à la comédie française. Commissaire de police, homme de loi ou politicien sur grand écran comme sur scène, il sait laisser filtrer des émotions contradictoires et donne une touche profondément humaine à ses personnages.
Au cinéma surtout, il joue une cascade de seconds rôles, souvent comme commissaire de police, homme de loi ou politicien. Récompensé de plusieurs Molières, son plus beau souvenir sur scène est Richard III, à Avignon en 1972, où il triomphe en reprenant le rôle tenu par Robert Hirsch : «Mon plus beau souvenir et ma plus grande peur», dira-t-il. Il tourne aussi pour la télévision (Les dames de la côte) et se lancera à partir de 35 ans dans le cinéma, avec La Femme en bleu (1973) de Michel Deville, Nada de Claude Chabrol (1974), Des enfants gâtés (1977) et Un dimanche à la campagne (1984) de Bertrand Tavernier ou encore Edith et Marcel de Claude Lelouch (1983). Hilarant chef du protocole dans Palais Royal !
Il exprime sa fibre comique en incarnant un commissaire dans le réjouissant Ripoux contre ripoux, ou devant la caméra de Francis Veber, avec lequel il aura une longue collaboration (Les Compères en 1983, Le Placard en 2001, Tais-toi ! en 2003, La Doublure en 2006 et L'Emmerdeur en 2008). Son rôle hilarant de chef du protocole dans Palais Royal ! (2005) de Valérie Lemercier marquera également les esprits. Au total, Michel Aumont a tourné dans plus de 150 films et feuilletons et une centaine de pièces de théâtre. «Immense comédien populaire, incarnant des personnages aussi bien goguenards qu'humanistes, le 7ème art perd l'un de ses irremplaçables talents», a résumé Alain Terzian, le président de l'académie des César, qui lui a rendu hommage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.