Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Géant du théâtre et brillant second rôle au cinéma
Publié dans La Nouvelle République le 31 - 08 - 2019

Sociétaire honoraire de la comédie française, l'acteur avait également excellé dans des seconds rôles au cinéma. Il est décédé ce jeudi 29 août à l'âge de 82 ans. «Je ne suis pas devenu tar, hein ! Mais à mon petit niveau, j'ai plutôt réussi», confiait Michel Aumont à L'Express. Si le cinéma ne lui a pas donné de rôles de jeune premier, l'acteur, décédé ce mercredi à 82 ans, a été un géant du théâtre à partir des années 1960.
Il incarna à merveille L'Avare de Molière pendant 20 ans au sein de la comédie française, dont il était sociétaire honoraire depuis 1994. «Probablement le plus exceptionnel des «Avare» jamais vu à la comédie française. «Au revoir l'Artiste», a commenté sur Twitter l'acteur Christian Clavier. Né le 15 octobre 1936 à Paris d'un père régisseur du Théâtre-Français et d'une mère comédienne, Hélène Gerber, Michel Aumont entre à 18 ans au Conservatoire national d'art dramatique. Il obtient deux ans plus tard un premier prix de comédie moderne avant d'être engagé à la comédie française. Commissaire de police, homme de loi ou politicien sur grand écran comme sur scène, il sait laisser filtrer des émotions contradictoires et donne une touche profondément humaine à ses personnages.
Au cinéma surtout, il joue une cascade de seconds rôles, souvent comme commissaire de police, homme de loi ou politicien. Récompensé de plusieurs Molières, son plus beau souvenir sur scène est Richard III, à Avignon en 1972, où il triomphe en reprenant le rôle tenu par Robert Hirsch : «Mon plus beau souvenir et ma plus grande peur», dira-t-il. Il tourne aussi pour la télévision (Les dames de la côte) et se lancera à partir de 35 ans dans le cinéma, avec La Femme en bleu (1973) de Michel Deville, Nada de Claude Chabrol (1974), Des enfants gâtés (1977) et Un dimanche à la campagne (1984) de Bertrand Tavernier ou encore Edith et Marcel de Claude Lelouch (1983). Hilarant chef du protocole dans Palais Royal !
Il exprime sa fibre comique en incarnant un commissaire dans le réjouissant Ripoux contre ripoux, ou devant la caméra de Francis Veber, avec lequel il aura une longue collaboration (Les Compères en 1983, Le Placard en 2001, Tais-toi ! en 2003, La Doublure en 2006 et L'Emmerdeur en 2008). Son rôle hilarant de chef du protocole dans Palais Royal ! (2005) de Valérie Lemercier marquera également les esprits. Au total, Michel Aumont a tourné dans plus de 150 films et feuilletons et une centaine de pièces de théâtre. «Immense comédien populaire, incarnant des personnages aussi bien goguenards qu'humanistes, le 7ème art perd l'un de ses irremplaçables talents», a résumé Alain Terzian, le président de l'académie des César, qui lui a rendu hommage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.