Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Covid-19: Les assurances de Tebboune    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    Naftal dément et rassure    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    Ben Arfa rend hommage à Pape Diouf    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    Le confinement partiel étendu à quatre wilayas    Algérie : procès d'un système militaire.    Covid-19: le groupe public "Getex" compte se lancer dans la confection des masques de protection    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Prime exceptionnelle pour les personnels de la santé publique    Naftal réaffirme le maintien de l'ouverture des stations-service et la disponibilité du carburant    Pandémie COVID-19 et devenir du football algérien    Il n'y a personne à la barre du navire    L'heure est plus que jamais à la sérénité, à la lucidité, à la mobilisation…..    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    Ce que préconise Touring de Belgique pour les conducteurs    Le jour où Bouteflika a capitulé    Le wali de Mascara contrôlé positif    RSF : "C'est une atteinte aux droits fondamentaux et une mise en danger"    L'autre visage des Ultras du MCO    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    "La Maison indigène" revisitée par Leon Claro    ASO Chlef : Une aide de 3 mds accordée par l'ECDE    Syrie : Troubles dans une prison des détenus de Daesch    Tchad : Offensive militaire contre Boko Haram    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Jeux méditerranéens 2021: Les JM d'Oran officiellement reportés à 2022    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontres photographiques de Bamako
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 09 - 2019

Plus que deux mois et demi avant le coup d'envoi des Rencontres photographiques de Bamako. À l'approche de cette 12e Biennale, prévue du 30 novembre au 31 janvier 2020 dans la capitale malienne, Igo Diarra bat le rappel.
Le nouveau délégué général de la Biennale donnait jeudi 12 septembre une conférence de presse à Paris, après être passé par Ouagadougou ou Conakry. Il voit les choses en grand pour fêter les 25 ans de cette manifestation, devenue au fil du temps le plus grand rendez-vous panafricain de la photo. 85 photographes d'Afrique et de la diaspora sont invités à Bamako, deux fois plus que lors des éditions précédentes. Doublés aussi les sites d'expositions : ils seront 12, du Musée national au Palais de la culture, en passant par le Conservatoire, ou des lieux inédits comme le lycée de jeunes filles Aminata Ba et le Cinéma El Ilal. Le nouveau délégué général fourmille d'idées pour célébrer les 25 ans de ces Rencontres photographiques. Faire venir les grands noms des éditions précédentes, créer un catalogue en trois langues, dont le bambara. Directeur de la Galerie Medina et des Editions Balani's, Igo Diarra rêve aussi de donner à l'événement une dimension pluridisciplinaire, avec, pourquoi pas, un grand concert au stade Modibo-Keïta. Reste à trouver des fonds à la mesure de ces ambitions. Dans l'idéal, Igo Diarra aimerait doubler le budget initial, de 500 000 euros, financé pour moitié par l'Institut français. « On est en train de frapper à plusieurs portes justement, en diversifiant les partenaires. C'est le plus bel outil dont le Mali dispose, c'est le plus grand événement africain en termes de photos et de vidéos. Donc il est important que les collectionneurs, les mécènes africains se positionnent et mettent la cagnotte sur la table. » Quant à l'organisation, elle revient cette année entièrement à l'Etat malien, l'Institut français n'est plus co-organisateur. Conséquence concrète : l'impression des photos se fait désormais au Mali, et plus à Paris. Les équipes du Centre de formation en photographie et de la Maison africaine de la photo sont donc à pied d'œuvre pour fournir les quelque 1 500 clichés à exposer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.