Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le rendez-vous de Benflis    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontres photographiques de Bamako
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 09 - 2019

Plus que deux mois et demi avant le coup d'envoi des Rencontres photographiques de Bamako. À l'approche de cette 12e Biennale, prévue du 30 novembre au 31 janvier 2020 dans la capitale malienne, Igo Diarra bat le rappel.
Le nouveau délégué général de la Biennale donnait jeudi 12 septembre une conférence de presse à Paris, après être passé par Ouagadougou ou Conakry. Il voit les choses en grand pour fêter les 25 ans de cette manifestation, devenue au fil du temps le plus grand rendez-vous panafricain de la photo. 85 photographes d'Afrique et de la diaspora sont invités à Bamako, deux fois plus que lors des éditions précédentes. Doublés aussi les sites d'expositions : ils seront 12, du Musée national au Palais de la culture, en passant par le Conservatoire, ou des lieux inédits comme le lycée de jeunes filles Aminata Ba et le Cinéma El Ilal. Le nouveau délégué général fourmille d'idées pour célébrer les 25 ans de ces Rencontres photographiques. Faire venir les grands noms des éditions précédentes, créer un catalogue en trois langues, dont le bambara. Directeur de la Galerie Medina et des Editions Balani's, Igo Diarra rêve aussi de donner à l'événement une dimension pluridisciplinaire, avec, pourquoi pas, un grand concert au stade Modibo-Keïta. Reste à trouver des fonds à la mesure de ces ambitions. Dans l'idéal, Igo Diarra aimerait doubler le budget initial, de 500 000 euros, financé pour moitié par l'Institut français. « On est en train de frapper à plusieurs portes justement, en diversifiant les partenaires. C'est le plus bel outil dont le Mali dispose, c'est le plus grand événement africain en termes de photos et de vidéos. Donc il est important que les collectionneurs, les mécènes africains se positionnent et mettent la cagnotte sur la table. » Quant à l'organisation, elle revient cette année entièrement à l'Etat malien, l'Institut français n'est plus co-organisateur. Conséquence concrète : l'impression des photos se fait désormais au Mali, et plus à Paris. Les équipes du Centre de formation en photographie et de la Maison africaine de la photo sont donc à pied d'œuvre pour fournir les quelque 1 500 clichés à exposer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.