Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A pied d'œuvre, Abdelmadjid Tebboune nourrit déjà le suspens
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 12 - 2019

Il reste maintenant le plus dur à faire pour le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, reconstruire un pays dans l'unité et la concertation, et surtout régler les questions les plus urgentes, dont figure en particulier la mise en place de ses promesses électorales à la carte de ses engagements pour placer des jeunes à la tête des postes de responsabilité.
En effet, pour la première fois de son histoire, l'Algérie organise une présidentielle entourée de suspens, d'interrogations et d'enthousiasme. A n'en pas en douter, les premières décisions prises par le nouveau Président aspirent à apaiser la situation et tenter, tant bien que mal, de «plier la page et s'ouvrir sur un avenir meilleur ». Après son intronisation officielle, les quelques décisions prises par Abdelmadjid Tebboune s'annoncent comme un prélude de la mise en œuvre d'une nouvelle politique plus persuasive visant à apaiser la situation. Egalement perçues comme le début des préparatifs de l'organisation du dialogue national inclusif, considéré comme le travail principal du nouveau président auquel il avait appelé le jour même de l'annonce de son élection à la tête de la présidence du pays. L'acceptation de la démission du désormais ex-Premier ministre, Noureddine Bédoui et le limogeage du ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune expriment sa détermination de concrétiser ses propositions électorales et de répondre aux besoins de la conjoncture actuelle. Les deux décisions ont été prises quelques heures après qu'Abdelmadjid Tebboune ait prêté serment jeudi dernier en qualité de Président de la République élu, lui permettant en tant que chef de l'Etat de prendre ses fonctions et d'entamer ses missions et chantiers en attente. C'est suite à la prise de ses fonctions que le président de la République a commencé à mettre en œuvre des procédures rigoureuses afin de traiter dans l'urgence et sans perdre du temps les dossiers impératifs en suspend après plusieurs mois de crise profonde qui a paralysé l'activité politique et économique du pays, et ce, en dépit des efforts du chef d'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah pour remédier à la situation. Jugée comme une priorité, Abdelmadjid Tebboune a procédé à la nomination du ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum, Premier ministre par intérim et chargé les membres de l'actuel Gouvernement de poursuivre leurs missions de gestion des affaires courantes, après la démission du désormais ex-chef du gouvernement, Noureddine Bedoui, suivie par une autre action décisive celle du limogeage de Salah Eddine Dahmoune en sa qualité de ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, selon un communiqué de la présidence de la République. Ce n'est que le début car le nouveau magistrat suprême devra nommer et constituer prochainement le nouveau gouvernement, qui sera selon lui composé de nouvelles têtes, jeunes technocrates et compétentes. Une promesse qu'il a réitérée lors de son discours qui a suivi son investiture. Une annonce qui tient en haleine plus d'un, notamment, des politiques qui ont l'habitude de connaitre ou de supposer bien à l'avance les noms des hauts cadres de l'Etat. Un privilège qui semble ne plus leur appartenir. Le nouveau chef de l'Etat maintient ainsi le suspens et prévoit, selon les temps et rumeurs qui courent des surprises. Ce qui traduirait et refléterait l'attente des Algériens en quête de changements et de représentations politiques intègres prêtes à servir le peuple et le pays. Une étape décisive pour maintenir une certaine stabilité politique avant d'ouvrir les chantiers « «sensibles et décisifs » pour sortir de la crise afin de régler les conflits internes. Une évidence au niveau national et international. A la croisée des chemin, Abdelmadjid Tebboune pondéré, charismatique qu'il soit devra relever un défi de taille, remettre le pays sur les rails.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.