Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un sanctuaire pour des livres à paraître en 2114
Future Library
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 06 - 2022

Depuis 2014, l'artiste écossaise Katie Paterson a lancé un projet peu commun, et c'est un euphémisme : la Future Library. Le concept : façonner une collection de cent titres rédigés par autant d'auteurs, et ce au rythme d'un par an, pour une publication générale en… 2114.Huit auteurs ont déjà rendu une œuvre pour les générations futures, en commençant par Margaret Atwood qui avait inauguré l'entreprise. Pour entreposer les manuscrits, une salle dédiée a été construite.
Le dimanche 12 juin à Oslo, Future Library, le projet imaginé par l'artiste écossaise a été, pour la première fois, ouvert au public. Après huit ans, les huit manuscrits rédigés par certains des auteurs vivants les plus renommés au niveau mondial ont pu entrer dans la « La salle silencieuse », installée dans la Bibliothèque Deichman inaugurée en 2020, où ils resteront pendant les 92 prochaines années.
Cette enceinte particulière a été construite à partir de 100 couches de bois sculpté ondulé, où 100 tiroirs en verre ont été aménagés pour accueillir ces livres d'un futur espéré.
La journée de la cérémonie, dit « Le jour de passation », a débuté avec plusieurs centaines de curieux, nous apprend le Guardian, accompagnant les auteurs, des artistes et les responsables de la ville, lors d'une randonnée à travers la forêt de la ville d'Oslo jusqu'à une plaine élevée de la ville. En 2014, cette zone a été amputée d'un grand nombre d'arbres, afin de construire la salle silencieuse, avant d'y planter plus de 1000 jeunes pousses. Dans 100 ans, ces arbres seront abattus pour fabriquer le papier sur lequel seront imprimées les 100 oeuvres en dormition.
Un projet d'espérance…
Si l'auteure de la Servante écarlate (Trad. Sylviane Rué) a été la première participante au projet, elle n'a pas pu être présente à la journée dédiée à ce foyer pour les précieux textes. En revanche, les écrivains David Mitchell, Sjón, Tsitsi Dangarembga et Karl Ove Knausgård se sont joints à la cérémonie, l'occasion d'installer eux-mêmes leur manuscrit dans l'un des tiroirs, « en attendant les cosaques et le Saint Esprit… » (Ou simplement le siècle suivant).
Outre les écrivains précédemment cités, les autres participants à ce projet de l'espoir en les livres, les lecteurs futurs et les forêts de 2114, sont Elif Shafak, Han Kang et Ocean Vuong. L'artiste norvégienne a demandé aux huit auteurs, en attendant les prochains, d'écrire un texte de n'importe quelle longueur ou genre, mais de ne rien révéler à leur sujet, mise à part le titre.
Pour David Mitchell, qui fait sensation en ce moment en France après la sortie de son roman sur les Sweet Sixties, Utopia Avenue (Trad. Nicolas Richard), paru aux éditions de l'Olivier, loue le projet de l'artiste danoise : « J'ai trouvé que c'était visionnaire, un acte d'optimisme obstiné et très beau. Si quelqu'un avait commencé cela en 1914 au lieu de 2014, pensez aux personnes qui auraient pu y contribuer – James Joyce, James Baldwin, Eudora Welty ! ... »
Et d'ajouter : « En nous rassemblant ainsi, nous créons quelque chose de nouveau, une véritable plantation. » A l'occasion de l'inauguration, il en a également profité pour révéler le titre de son ouvrage, Blind Book (Le livre aveugle).
… autant que visionnaire
Pensé dès 2014 dans une approche écologique, huit années plus tard, ce projet aussi symbolique qu'original, résonne plus que jamais, considérant l'aggravation de la crise climatique. Un constat que dresse les rapports annuels du GIEC. Ainsi, maintenant plus que jamais, le concept optimiste et rempli d'espoir de la Future Library, s'avère pertinent.
L'auteur islandais, Sjón, s'appuie sur cette nature norvégienne pour filer la métaphore : la forêt d'Oslo refléterait pour lui le fonctionnement de la littérature. Pour ce dernier, elle est l'œuvre de générations, où chaque écrivain travaille littéralement sur les traces des auteurs qui les ont précédés – « et c'est la magie du travail de Katie : elle rend visibles et compréhensibles d'énormes concepts comme le temps et l'univers. »
Sjón conclut ensuite, avec philosophie : « Vous devez être un auteur de votre temps et si votre travail est lisible dans 100 ans, tant mieux pour vous ; sinon, vous avez fait de votre mieux, et peut-être feriez-vous mieux de ne pas savoir que vous serez lu dans 100 ans ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.