Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marge b?n?ficiaire suscite le m?contentement du Snapo
Le spectre de la gr?ve des pharmaciens d?officine plane
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 02 - 2009

Le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo) menace d'entamer un mouvement de contestation national dans deux mois dans le cas où leurs recommandations ne seront pas prises en considération par les secteurs concernés, a annoncé hier M. Abed Fayçal, président du Snapo, lors d'une conférence de presse qu'il a animée au siège du syndicat.
Sans indiquer la nature de cette contestation, le président du Snapo indiquera que ce mouvement de contestation est motivé par des dysfonctionnements qui régissent leur profession dont dans le projet de décret sur la marge bénéficiaire. «La marge de 17% concernant les produits de plus de 600 DA est une mesure qui ne peut être acceptée ni appliquée par les pharmaciens», indique-t-il. Et d ajouter : «La marge bénéficiaire doit être de 20% au lieu de 17%.»
Le décret en question stipule que plus le coût du produit est réduit et plus la marge de bénéfice du pharmacien ou du distributeur est importante et inversement. Il a aussi déploré l'augmentation du service honoraire pharmacien qui était de 0,50 centime. Cette mesure, selon le président du Snapo, est insignifiante au vu de toutes les inflations et augmentations des prix subies par le médicament depuis une dizaine d'années.
Le projet en question ne prévoit aucune mesure spécifique au générique, ce qui est en totale contradiction avec la politique nationale du médicament.
Le Snapo avait déjà avancé un certain nombre de propositions universelles, qui allaient à coup sûr garantir la réussite de la politique du médicament générique en Algérie. Le président du Snapo dira : «Le discours officiel est en contradiction avec la réalité. Aucune mesure incitative du médicament générique n'a été promulguée à ce jour. Les pouvoirs publics doivent intervenir pour réguler le marché et casser le monopole de l'importation de certains produits. Le conférencier affirmera :
«C'est important pour mettre le pays à l'abri d'une pénurie qui peut intervenir à n'importe quel moment. Il y a lieu aussi d'encourager la production nationale et le pharmacien à travers l'amélioration de la marge bénéficiaire et des mesures concrètes. L'Algérie a les compétences et les moyens nécessaires pour répondre aux besoins et pour relever les défis.
Le syndicat appelle aussi dans le même contexte, les secteurs concernés à intervenir pour mettre un terme aux nombreux dépassements enregistrés en matière d'exercice officinal dont souffrent de nombreux pharmaciens à travers le pays. Plusieurs officines disposant de toutes les autorisations administratives pour leurs ouvertures ont été injustement fermées, selon le président du Snapo.
M. Abed a, d'autre part, dénoncé la concentration des officines dans la capitale et leur répartition anarchique.
Il a aussi déploré la situation des nouveaux pharmaciens qui se retrouvent au chômage après de longues études.
Cette situation est due à l'absence de stratégie de la part des responsables qui limitent l'exercice du pharmacien à l'officine seulement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.