La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    L'Union africaine se penche sur le Tchad    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La nouvelle gare routière tarde à venir !
Guelma
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 12 - 2010

, La seule gare routière de la wilaya de Guelma est en voie de réhabilitation intégrale. Les travaux devant éradiquer les diverses carences de l'ancienne station, lancés depuis sa mise en activité dans les années 80, battent leur plein. Cette opération de grande envergure résulte d'un constat amer des lieux et la volonté de venir à bout de toutes les anomalies.
En effet, la wilaya de Guelma consacre à ce projet d'étude et de réalisation d'une nouvelle gare routière une enveloppe de plus de 200 millions de dinars. Bien que livraison de l'infrastructure d'accueil ait été avancée pour septembre 2009, cette dernière n'a pas encore vu le jour. Ce projet, sur 2 ha, devait être «le projet vitrine du chef-lieu de wilaya Guelma». «Il n'y aura pas de nouvelle gare routière dans cette wilaya de plus de 500 000 âmes ou du moins ce n'est pas pour demain.» C'est ce que nous a déclaré un membre de l'APW chargé du dossier. Ce projet de déménagement de l'ancienne gare routière vers la nouvelle juste demeure au centre des débats dans les différentes réunions de l'APW. Selon notre interlocuteur, ce projet est d'une extrême importance vu l'exiguïté de l'actuelle gare routière sise au faubourg Mebarki-Saïd, en bas de la ville, très connu par l'anarchie qui y règne.
Cette gare provisoire subit la forte pression des wilayas limitrophes comme Sétif, Batna, Constantine, Skikda, Annaba, El Tarf, Tébessa, Souk Ahras et Oum El Bouaghi et reçoit plus de 1 000 bus/jour. En effet, un chantier existe bel et bien à proximité de la pseudo- gare de Guelma. Il s'agit, nous dit-on, d'une gare routière de type A qui sera dotée de 26 quais et d'une structure d'accueil. «Mais pour quand ?» s'interrogent les voyageurs, d'autant plus que les travaux du chantier ont démarré le 10 juillet 2008. Quoi qu'il en soit, les autorités locales s'empressent d'annoncer, vaguement, des projets, mais font profil bas, comme d'habitude, lorsque ceux-ci n'aboutissent pas dans les délais impartis. L'anarchie et l'absence de commodités au niveau de l'ancienne gare routière suscitent le mécontentement des citoyens et des voyageurs de cette wilaya. Au niveau de cette gare, de petits cratères se forment sur le sol déjà jonché de saletés.
Un spectacle de désolation s'offre ainsi aux voyageurs transitant par cette gare routière, qui constitue pourtant un point stratégique pour le réseau du transport régional des voyageurs. En dépit de nombreuses réunions regroupant les responsables locaux, le statu quo persiste au grand dam des populations. L'inexistence d'un minimum de commodités dans cette infrastructure du secteur des transports est particulièrement décriée par les voyageurs, notamment les familles qui y prennent le bus. «Nous vivons un vrai calvaire dans cette gare routière, que ce soit pendant la saison estivale qu'hivernale», nous déclare ainsi un père de famille. Pourtant la presse en parle souvent. Mais c'est tout à fait normal car le dernier de nos responsables dispose d'un véhicule de service et d'une voiture personnelle de luxe. Ils (les responsables, ndlr) ne mettent jamais les pieds à la gare routière», s'indigne un voyageur rencontré à l'ancienne gare routière de Guelma. Les transporteurs, quant à eux, se révoltent contre l'inertie et l'indifférence des pouvoirs publics face à cette situation. «A quoi sert-il de payer les impôts si les allées des gares routières ne sont même pas bitumées ?» s'interroge un transporteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.