POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental: Torture, assassinats et procès expéditifs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 11 - 2010

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, hier samedi, dans plusieurs capitales européennes pour dénoncer la violence inouïe déclenchée par les forces d'occupation marocaines contre la population sahraouie à Laâyoune occupée, notamment des cas avérés de torture. Des militants des droits de l'Homme, à Madrid, Rome et Florence notamment, ont défilé par dizaines de milliers pour dénoncer la répression des forces de sécurité marocaines contre les Sahraouis qui s'étaient retranchés dans un camp de toile, près de Laâyoune.
A Madrid, des milliers de personnes ont manifesté contre les violences enregistrées ces derniers jours au Sahara Occidental et contre l'occupation de ce territoire par le Maroc. Cette manifestation a rassemblé les leaders des deux grands syndicats espagnols, Candido Mendez de l'UGT et Ignacio Fernandez Toxo de CCOO, ainsi que l'acteur espagnol Javier Bardem qui milite pour l'indépendance du Sahara Occidental. Ce rassemblement visait à condamner la «répression marocaine» dans cette ancienne colonie espagnole, occupée en 1975 par Rabat, et réclamer son indépendance, selon l'organisateur d'une «Coordination nationale d'associations solidaires avec le Sahara».
Lors de cette manifestation, plusieurs drapeaux marocains ont été brûlés et des slogans officiels étaient: «Maroc coupable, Espagne responsable», «Sahara libre maintenant!» ou encore «Maroc dehors, 35 ans d'occupation cela suffit». Les organisateurs souhaitaient notamment dénoncer l'attitude du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero qui «regarde de l'autre côté» et «ne dénonce pas les crimes du Maroc».
Les mêmes manifestations ont été organisées dans d'autres villes européennes, alors qu'à Paris, une grande manifestation de soutien au peuple sahraoui et de dénonciation de l'occupation marocaine du Sahara Occidental est prévue aujourd'hui dimanche. Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme, dont le MRAP, ont appelé à la tenue de cette manifestation, qui intervient quelques jours après l'assaut sauvage donné par les forces de sécurité marocaines contre le camp de Gdiem Izik, érigé par les Sahraouis de Laâyoune pour sensibiliser la communauté internationale sur la nécessité d'organiser un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental.
Les graves événements qui se sont déroulés, ces derniers jours à Laâyoune occupée, dont des affrontements sanglants entre forces de sécurité d'occupation et manifestants sahraouis, qui ont fait plusieurs morts et des centaines de blessés, ont conduit fatalement le Conseil de sécurité de l'ONU à manifester son inquiétude. Une séance spéciale sera tenue mardi prochain, par le Conseil sur ces événements, qualifiés de «graves» par plusieurs pays, dont l'Espagne et la Grande-Bretagne. Le Front Polisario, qui a accusé les autorités marocaines d'avoir tué des «dizaines» de personnes, d'en avoir blessé plus de 4.500 et emprisonné plus de 2.000, depuis le démantèlement le 8 novembre, du camp de Gdiem Izik, parle par ailleurs, de plusieurs Sahraouis découverts morts et portant les signes de torture autant à Laâyoune qu'à Smara, l'autre ville du Sahara Occidental et où de violentes manifestations contre l'occupation marocaine ont été organisées.
Dans les villes du Sahara Occidental, occupé depuis 1975 par le Maroc, la situation est par ailleurs, assez confuse, et peu d'informations filtrent, du fait du quasi bouclage du territoire par les forces de sécurité marocaines. Aucun journaliste ni observateur étranger ne peut entrer au Sahara Occidental, déclaré zone interdite par les autorités marocaines, alors que les manifestations indépendantistes se poursuivent, selon des militants sahraouis des droits de l'Homme à Laâyoune occupée. Par ailleurs, les arrestations continuent dans les rangs des militants sahraouis, alors que des jugements expéditifs sont attendus de la part de la justice marocaine, des militants et manifestants sahraouis. La séance spéciale de mardi du Conseil de sécurité de l'Onu, est par ailleurs très attendue par les observateurs, qui estiment qu'une résolution ferme condamnant le Maroc pour les atrocités commises au Sahara Occidental soit prise et votée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.