Le «modèle» économique suivi à ce jour est «arrivé à son terme»    Commerce: Baisse des échanges avec la Zone «euro» et hausse avec la Zone arabe    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    L'Afrique fait l'autruche !    Le refus de soins, de dépistage ou de confinement conduit en prison    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    511 cas contrôlés "positifs" et 31 décès    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg mis sur le marché    PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Les cygnes blancs de 2020    L'ESPRIT ET LE CŒUR    30e nouveau membre de l'Otan    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental: Torture, assassinats et procès expéditifs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 11 - 2010

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, hier samedi, dans plusieurs capitales européennes pour dénoncer la violence inouïe déclenchée par les forces d'occupation marocaines contre la population sahraouie à Laâyoune occupée, notamment des cas avérés de torture. Des militants des droits de l'Homme, à Madrid, Rome et Florence notamment, ont défilé par dizaines de milliers pour dénoncer la répression des forces de sécurité marocaines contre les Sahraouis qui s'étaient retranchés dans un camp de toile, près de Laâyoune.
A Madrid, des milliers de personnes ont manifesté contre les violences enregistrées ces derniers jours au Sahara Occidental et contre l'occupation de ce territoire par le Maroc. Cette manifestation a rassemblé les leaders des deux grands syndicats espagnols, Candido Mendez de l'UGT et Ignacio Fernandez Toxo de CCOO, ainsi que l'acteur espagnol Javier Bardem qui milite pour l'indépendance du Sahara Occidental. Ce rassemblement visait à condamner la «répression marocaine» dans cette ancienne colonie espagnole, occupée en 1975 par Rabat, et réclamer son indépendance, selon l'organisateur d'une «Coordination nationale d'associations solidaires avec le Sahara».
Lors de cette manifestation, plusieurs drapeaux marocains ont été brûlés et des slogans officiels étaient: «Maroc coupable, Espagne responsable», «Sahara libre maintenant!» ou encore «Maroc dehors, 35 ans d'occupation cela suffit». Les organisateurs souhaitaient notamment dénoncer l'attitude du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero qui «regarde de l'autre côté» et «ne dénonce pas les crimes du Maroc».
Les mêmes manifestations ont été organisées dans d'autres villes européennes, alors qu'à Paris, une grande manifestation de soutien au peuple sahraoui et de dénonciation de l'occupation marocaine du Sahara Occidental est prévue aujourd'hui dimanche. Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme, dont le MRAP, ont appelé à la tenue de cette manifestation, qui intervient quelques jours après l'assaut sauvage donné par les forces de sécurité marocaines contre le camp de Gdiem Izik, érigé par les Sahraouis de Laâyoune pour sensibiliser la communauté internationale sur la nécessité d'organiser un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental.
Les graves événements qui se sont déroulés, ces derniers jours à Laâyoune occupée, dont des affrontements sanglants entre forces de sécurité d'occupation et manifestants sahraouis, qui ont fait plusieurs morts et des centaines de blessés, ont conduit fatalement le Conseil de sécurité de l'ONU à manifester son inquiétude. Une séance spéciale sera tenue mardi prochain, par le Conseil sur ces événements, qualifiés de «graves» par plusieurs pays, dont l'Espagne et la Grande-Bretagne. Le Front Polisario, qui a accusé les autorités marocaines d'avoir tué des «dizaines» de personnes, d'en avoir blessé plus de 4.500 et emprisonné plus de 2.000, depuis le démantèlement le 8 novembre, du camp de Gdiem Izik, parle par ailleurs, de plusieurs Sahraouis découverts morts et portant les signes de torture autant à Laâyoune qu'à Smara, l'autre ville du Sahara Occidental et où de violentes manifestations contre l'occupation marocaine ont été organisées.
Dans les villes du Sahara Occidental, occupé depuis 1975 par le Maroc, la situation est par ailleurs, assez confuse, et peu d'informations filtrent, du fait du quasi bouclage du territoire par les forces de sécurité marocaines. Aucun journaliste ni observateur étranger ne peut entrer au Sahara Occidental, déclaré zone interdite par les autorités marocaines, alors que les manifestations indépendantistes se poursuivent, selon des militants sahraouis des droits de l'Homme à Laâyoune occupée. Par ailleurs, les arrestations continuent dans les rangs des militants sahraouis, alors que des jugements expéditifs sont attendus de la part de la justice marocaine, des militants et manifestants sahraouis. La séance spéciale de mardi du Conseil de sécurité de l'Onu, est par ailleurs très attendue par les observateurs, qui estiment qu'une résolution ferme condamnant le Maroc pour les atrocités commises au Sahara Occidental soit prise et votée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.