Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen : Le Dr Benzerdjeb, le médecin, le militant, l'intellectuel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 01 - 2011

C'est à la faculté de médecine éponyme qu'est revenu l'honneur d'abriter, lundi dernier, la commémoration du 54ème anniversaire de la mort du premier médecin martyr, le Dr Benaouda Benzerdjeb (1957-2011).
Lors de son allocution d'ouverture, le président de l'Ecolymet le Pr Boumediene Benyoucef soulignera que «fidèle à ses objectifs, notre association œuvre pour la préservation de la mémoire collective, afin que nul n'oublie (devise de l'Ecolymet, ndlr)». C'est à M. Réda Benmansour, cousin du Dr Benzerdjeb, par ailleurs cadre à la CAM du Mechouar, que reviendra l'honneur de retracer, le premier, le parcours du médecin martyr. Son enfance au quartier de Bab El Hdid, sa scolarité au collège de Slane, son baccalauréat, ses études à Paris, son installation à la rue Clauzel, ses activités clandestines (soins, affaire de la ronéo), son arrestation, son exécution ainsi que les manifestations du 16 janvier 1957, seront relatés dans le détail. L'orateur ne manquera pas de rendre hommage à sa grand-mère qui a su «protéger l'intégrité de son fils pour qu'il garde intacts les bénéfices de son istichhad» (en refusant les divers privilèges proposés). Dans son intervention, le Pr Mohammed Negadi, universitaire, fera une analyse pertinente de «l'après Benzerdjeb», soit les répercussions sociales, politiques et militaires des manifestations des 16, 17 et 18 janvier 1957 (changement radical des comportements vis-à-vis des colons français, actions subversives, «levée» de la décision du FLN pour la wilaya V, internationalisation de la question algérienne, mobilisation de la classe intellectuelle)… Pour sa part, le Dr Hamidou, ancien militant (interné au camp de concentration de Bossuet), fera part de souvenirs personnels de ses contacts avec le Dr Benaouda Benzerdjeb.
A Tlemcen, lors d'un mariage chez les Mansouri (juillet 1955), à l'occasion de ses noces à la rue Ferdinand de Lesseps (décembre 1955), à l'hôtel du Quartier latin, au cercle du Bd Saint Michel à Paris, au Louvre, au château de Versailles, à l'Opéra (palais Garnier). C'était un intellectuel, un amoureux des arts et des lettres, témoignera le doyen des médecins qui précisera que le Dr Benaouda Benzerdjeb était président de l'association des étudiants musulmans nord-africains. «Ce patriote plein d'énergie a su mettre en accord ses idées avec ses actes, il a donné sa vie pour le bonheur des autres et envers qui la mémoire collective a été ingrate, à mon sens», soulignera le rescapé de Bossuet. Le Pr Boumediene Hamidou (malade), transmettra d'Oran un message via sa fille le Dr Hamidou Tabet Derraz, dans lequel il brosse le portrait militant du Dr Benaouda Benzerdjeb : «Ses idées nationalistes l'amenèrent à militer au sein du MTD et à gérer l'association des étudiants musulmans nord-africains, dans le local historique du 115 Bd St Michel (resto U) qui vit croître politiquement et «nutritivement» les élites maghrébines…». M. Abdelkrim Berber, ancien DSP d'Oran, citant son frère aîné Mohammed, abondera dans le même sens, lorsqu'il appellera à casser le cliché du «médecin militant» (qui soignait les moudjahidine, les approvisionnait en matériel de duplication…). «Il faudrait qu'on considère le Dr Benzerdjeb comme un acteur de la Révolution», invitant par la même les historiens à retracer authentiquement le parcours nationaliste du Chahid. Clôturant la série de témoignages, Mme Choumissa Boudghène Stambouli, ancienne éducatrice, axera son intervention (qui coïncidera avec l'entrée du ministre Djamel Ouled Abbès dans l'auditorium), sur les qualités morales et intellectuelles du chahid. Elle lancera, dans ce cadre, un appel pressant aux jeunes (absents dans la salle) pour s'imprégner de l'épopée de leurs aînés et apprendre l'histoire de leur pays. En outre, le Pr Amine Damerdji, agronome, frère du chahid Dr Tidjani Damerdji, ancien voisin du Dr Benaouda Benzerdjeb, regrettera que la commémoration du médecin martyr, ne fut plus célébrée, à Tlemcen, depuis 2002, en signalant que d'autres villes avaient pris le relais, comme Alger, Constantine, Sidi Bel- Abbès. Quant à M. Abdesslem Tabet Aouel, frère du chahid Touhami, co-auteur de «La bataille de Tlemcen» (Ecolymet), il reviendra sur les manifestations de 1957 qui ont suivi l'assassinat du Dr Benzerdjeb. A noter que lors du débat, la question des circonstances de la mort du chahid Benzerdjeb restera «en suspens». A-t-il été abattu par balles au douar Hlima (Sebdou), version coloniale, ou bien est-il mort des suites des tortures dans une ferme à Saf Saf (Tlemcen) ? Le bilan des trois manifestations de Tlemcen ne sera pas connu, sauf que «les bijoux qui jonchaient la chaussée, suite à la casse des vitrines des joailliers juifs, n'ont pas été pillés» (ne pas confondre manifestation politique avec émeute sociale, semblait-on suggérer, actualité oblige).
Pour information, le Dr Benaouda Benzerdjeb est né le 9 janvier 1921 à Tlemcen, dans le quartier de Bab El Hdid (rue de Paris). Il est mort, assassiné par la soldatesque française, un 17 janvier 1956 (le gardien du cimetière Sidi Senouci informa les parents du chahid qu'il avait été enterré par l'armée vers 5 h du matin, ce jour-là).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.