14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen : Le Dr Benzerdjeb, le médecin, le militant, l'intellectuel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 01 - 2011

C'est à la faculté de médecine éponyme qu'est revenu l'honneur d'abriter, lundi dernier, la commémoration du 54ème anniversaire de la mort du premier médecin martyr, le Dr Benaouda Benzerdjeb (1957-2011).
Lors de son allocution d'ouverture, le président de l'Ecolymet le Pr Boumediene Benyoucef soulignera que «fidèle à ses objectifs, notre association œuvre pour la préservation de la mémoire collective, afin que nul n'oublie (devise de l'Ecolymet, ndlr)». C'est à M. Réda Benmansour, cousin du Dr Benzerdjeb, par ailleurs cadre à la CAM du Mechouar, que reviendra l'honneur de retracer, le premier, le parcours du médecin martyr. Son enfance au quartier de Bab El Hdid, sa scolarité au collège de Slane, son baccalauréat, ses études à Paris, son installation à la rue Clauzel, ses activités clandestines (soins, affaire de la ronéo), son arrestation, son exécution ainsi que les manifestations du 16 janvier 1957, seront relatés dans le détail. L'orateur ne manquera pas de rendre hommage à sa grand-mère qui a su «protéger l'intégrité de son fils pour qu'il garde intacts les bénéfices de son istichhad» (en refusant les divers privilèges proposés). Dans son intervention, le Pr Mohammed Negadi, universitaire, fera une analyse pertinente de «l'après Benzerdjeb», soit les répercussions sociales, politiques et militaires des manifestations des 16, 17 et 18 janvier 1957 (changement radical des comportements vis-à-vis des colons français, actions subversives, «levée» de la décision du FLN pour la wilaya V, internationalisation de la question algérienne, mobilisation de la classe intellectuelle)… Pour sa part, le Dr Hamidou, ancien militant (interné au camp de concentration de Bossuet), fera part de souvenirs personnels de ses contacts avec le Dr Benaouda Benzerdjeb.
A Tlemcen, lors d'un mariage chez les Mansouri (juillet 1955), à l'occasion de ses noces à la rue Ferdinand de Lesseps (décembre 1955), à l'hôtel du Quartier latin, au cercle du Bd Saint Michel à Paris, au Louvre, au château de Versailles, à l'Opéra (palais Garnier). C'était un intellectuel, un amoureux des arts et des lettres, témoignera le doyen des médecins qui précisera que le Dr Benaouda Benzerdjeb était président de l'association des étudiants musulmans nord-africains. «Ce patriote plein d'énergie a su mettre en accord ses idées avec ses actes, il a donné sa vie pour le bonheur des autres et envers qui la mémoire collective a été ingrate, à mon sens», soulignera le rescapé de Bossuet. Le Pr Boumediene Hamidou (malade), transmettra d'Oran un message via sa fille le Dr Hamidou Tabet Derraz, dans lequel il brosse le portrait militant du Dr Benaouda Benzerdjeb : «Ses idées nationalistes l'amenèrent à militer au sein du MTD et à gérer l'association des étudiants musulmans nord-africains, dans le local historique du 115 Bd St Michel (resto U) qui vit croître politiquement et «nutritivement» les élites maghrébines…». M. Abdelkrim Berber, ancien DSP d'Oran, citant son frère aîné Mohammed, abondera dans le même sens, lorsqu'il appellera à casser le cliché du «médecin militant» (qui soignait les moudjahidine, les approvisionnait en matériel de duplication…). «Il faudrait qu'on considère le Dr Benzerdjeb comme un acteur de la Révolution», invitant par la même les historiens à retracer authentiquement le parcours nationaliste du Chahid. Clôturant la série de témoignages, Mme Choumissa Boudghène Stambouli, ancienne éducatrice, axera son intervention (qui coïncidera avec l'entrée du ministre Djamel Ouled Abbès dans l'auditorium), sur les qualités morales et intellectuelles du chahid. Elle lancera, dans ce cadre, un appel pressant aux jeunes (absents dans la salle) pour s'imprégner de l'épopée de leurs aînés et apprendre l'histoire de leur pays. En outre, le Pr Amine Damerdji, agronome, frère du chahid Dr Tidjani Damerdji, ancien voisin du Dr Benaouda Benzerdjeb, regrettera que la commémoration du médecin martyr, ne fut plus célébrée, à Tlemcen, depuis 2002, en signalant que d'autres villes avaient pris le relais, comme Alger, Constantine, Sidi Bel- Abbès. Quant à M. Abdesslem Tabet Aouel, frère du chahid Touhami, co-auteur de «La bataille de Tlemcen» (Ecolymet), il reviendra sur les manifestations de 1957 qui ont suivi l'assassinat du Dr Benzerdjeb. A noter que lors du débat, la question des circonstances de la mort du chahid Benzerdjeb restera «en suspens». A-t-il été abattu par balles au douar Hlima (Sebdou), version coloniale, ou bien est-il mort des suites des tortures dans une ferme à Saf Saf (Tlemcen) ? Le bilan des trois manifestations de Tlemcen ne sera pas connu, sauf que «les bijoux qui jonchaient la chaussée, suite à la casse des vitrines des joailliers juifs, n'ont pas été pillés» (ne pas confondre manifestation politique avec émeute sociale, semblait-on suggérer, actualité oblige).
Pour information, le Dr Benaouda Benzerdjeb est né le 9 janvier 1921 à Tlemcen, dans le quartier de Bab El Hdid (rue de Paris). Il est mort, assassiné par la soldatesque française, un 17 janvier 1956 (le gardien du cimetière Sidi Senouci informa les parents du chahid qu'il avait été enterré par l'armée vers 5 h du matin, ce jour-là).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.