PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des spécialistes américains sensibilisent à la biosécurité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 12 - 2011

Biorisque et biosécurité, qui sont des concepts nouveaux nécessitant des définitions, des explications et, surtout, une formation déstinée aux chercheurs, ont été, jeudi dernier, à l'ordre du jour d'une journée d'étude organisée à Constantine.
Le biorisque est défini comme étant «le danger potentiel que représente un micro-organisme, ou le produit d'un micro-organisme, dans les cultures cellulaires, les spécimens anatomiques (le sang, l'urine ou tissu) humains et animaux». Le concept de biosécurité a été défini, lui, comme étant «l'ensemble des mesures utilisées lors de la manipulation de matériel à biorisque pour éviter de s'infecter soi-même, d'infecter les autres et l'environnement».
A ce propos, les spécialistes du domaine insistent pour dire que la formation est obligatoire en biosécurité où tous les employés, étudiants et stagiaires du centre de recherche qui manipulent ou sont en présence de matériel à biorisque. C'est dans ce cadre que la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en collaboration avec le centre de recherche en biotechnologie de Constantine et le laboratoire américain Sandia, basé dans l'Etat du Nouveau-Mexique, a organisé le jeudi matin, au centre de recherche en biotechnologie sis à l'UV N°3 à la nouvelle ville Ali Mendjeli, une journée d'étude sur l'initiation sur la gestion des biorisques. Il s'agit, en clair, de former les chercheurs du centre à détecter les risques biologiques qu'on peut rencontrer dans les domaines de la santé, de l'agroalimentaire ou de l'environnement, et la manière de les gérer. «Quant on est en contact avec des pathogènes ou des bactéries, dans le cadre de la santé par exemple, explique Djilali Hasna, chercheuse universitaire au niveau du centre, il faut prendre des précautions, se mettre aux normes internationales, il faut avoir un matériel adéquat et, surtout, il faut être formé sur la gestion des risques, en respectant notamment les étapes de manipulation de ces pathogènes». Encadrée par deux spécialistes américains venus de l'Etat du Nouveau-Mexique, cette initiative qui constitue une première en Algérie, a indiqué la responsable de la communication du centre, a été axée sur le risque biologique. Demain dimanche, le centre accueillera un autre groupe de spécialistes américains pour une autre journée d'étude sur le risque chimique.
Rappelons que ce centre a été inauguré par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbas, lors de sa dernière visite à Constantine l'été dernier. Construit en partenariat avec les Etats-Unis d'Amérique, le centre de recherche en biotechnologie de Constantine a pour mission d'épauler la fabrication du médicament en Algérie et sera associé à la future réalisation du pôle de biotechnologie d'Alger. L'activité du centre de recherche de Constantine, qui devra atteindre sa vitesse de croisière avec plus de 300 chercheurs, n'en compte actuellement que 18.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.