GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Corps communs: Grèves annoncées dans les écoles
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2011

L'avortement par les forces de sécurité du sit-in national, programmé par le syndicat des corps communs pour le jeudi 8 décembre 2011 devant le Palais du gouvernement, a été la «goutte de trop» pour cette organisation syndicale.
Le SNCCOPEN, tout en dénonçant le traitement réservé à des milliers de ses adhérents venus de plusieurs wilayas du pays par les services d'ordre, promet un durcissement de la contestation dans les semaines à avenir.
Une AG extraordinaire du conseil national du SNCCOPEN est annoncée pour les tout prochains jours afin de décider des actions à entreprendre pour satisfaire les revendications des corps communs, affirme, dans un communiqué de presse, le bureau national de cette organisation syndicale, fortement représentée dans les écoles.
Le syndicat a, par ailleurs, adressé une lettre au Premier ministre pour dénoncer l'«injustice» subie par les corps communs, tout en appelant à une décision politique en faveur de cette frange. «(…) Nous sommes convaincus que l'éducation est le métier le plus noble qui soit, et que cette tâche ne peut être accomplie qu'avec la conjugaison des efforts de tous les acteurs de la famille de l'éducation, y compris les corps communs et les ouvriers professionnels. Tout le monde est d'accord sur ce point quand il s'agit de mobiliser la famille de l'éducation pour le travail seulement, mais lorsqu'il s'agit de négocier les salaires et autres avantages, nous sommes purement et simplement oubliés, ou tout au mieux considérés comme des parents pauvres de la famille de l'éducation», lit-on dans cette lettre.
Les syndicalistes regrettent que les salaires des corps communs restent «dérisoires» devant la flambée spectaculaire et soutenue du coût de la vie. Ils donnent plusieurs exemples pour justifier l'«injustice» subie par les corps communs. «Les laborantins (ATL et ATS) suivent une formation dans des instituts spécialisés pendant une année au même titre que les sous-intendants, mais un gouffre sépare les statuts des deux fonctions, alors que leur travail est intimement lié à celui des enseignants, avec un volet purement pédagogique ; mais on les oublie quand on institue une prime pédagogique». Autre exemple soulevé par les syndicalistes : les secrétaires de direction, qui sont qualifiés de «véritables chevilles ouvrières» de tout le travail de l'administration dans le secteur de l'éducation. «Cette catégorie de fonctionnaires effectue son travail à un rythme effarant, entre la direction (et la sous-direction des études dans les lycées), l'intendance et les conseillers d'éducation. Leur nombre étant insuffisant dans les établissements, ils sont souvent à cheval entre plusieurs services sans aucune compensation. Quant aux agents des services, ils sont au plus bas de l'échelle : certains ne touchent même pas le SNMG ! Que dire de plus.
Pour les agents de sécurité, les établissements scolaires de tous les paliers n'ont jamais eu besoin de cette catégorie autant que ces dernières années. Sans leur concours, ni les enseignants ni les fonctionnaires de l'administration ne peuvent vaquer à leur devoir dans les bonnes conditions : ils sont les premiers à s'exposer aux dangers qui vont de la banale chasse aux étrangers à la surveillance des éventuels voleurs…», signale-t-on dans cette lettre.
Le SNCCOPEN a aussi dénoncé «la lenteur bureaucratique du ministère du Travail pour la délivrance du récépissé d'enregistrement du dossier de création du SNCCOPEN». Le dossier de création a été déposé, selon le syndicat, en 2007.
Il regrette également «le détournement des postes administratifs qui appartiennent aux corps communs au profit des enseignants». Le syndicat réclame enfin l'intégration des corps communs et ouvriers professionnels dans le décret exécutif 08/315 et l'instauration d'un statut particulier propre à cette frange.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.