Barcelone : Messi aurait lâché une bombe sur son avenir en interne !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE «COUP» DE POITIERS ET LES INQUIETANTES FRAYEURS FRANÇAISES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 10 - 2012

Une mosquée en construction à Poitiers a été occupée pendant quelques heures le 20 octobre dernier par un groupe de jeunes militants d'extrême droite dénommé Génération identitaire issu de Bloc identitaire, un groupe politique radical de la mouvance ultranationaliste et raciste en France. Leur «coup» de «p'tit Blanc» se sentant et se disant envahi et «agressé» par les musulmans, les Arabes, les Noirs et les métèques en tous genres, selon leurs jargon et littérature, est caractéristique des actions que mènent traditionnellement les groupuscules d'extrême droite français et européens contre les «étrangers».
Pour eux, comme pour tous les mouvements de cette obédience dans le monde occidental, l'ennemi c'est l'«autre» qui n'a pas la même origine, ni la même couleur de peau, ni la même religion. Il s'agit, donc, de le stigmatiser comme le «mouton noir», une image utilisée récemment en Suisse dans une campagne électorale d'un parti ouvertement xénophobe, et de le chasser en dehors des terres blanches, chrétiennes et «menacées» d'Europe. En particulier lorsqu'il est musulman et qu'il revendique en tant que citoyen français ou européen le droit d'avoir pour lui et ses coreligionnaires un lieu de culte décent.
Le mahométan, comme on disait jadis, est par un glissement progressif de l'histoire des peurs et des frayeurs européennes et occidentales la «tête de Turc» et la source de tous les dangers aux yeux de tous les xénophobes actifs et de ceux nombreux mais souvent discrets qui les approuvent par mimétisme gras ou par crainte de celui qui «ne leur ressemble pas». Leur comportement épidermique et raciste a pris pour nom l'islamophobie, un sentiment de peur et de haine sourdes nourri dans l'imaginaire collectif occidental par tous ces «imbéciles» qui sous nos cieux s'enflamment à la moindre provocation comme il s'est agi des dessins dénués de talent publiés par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Enraciné aussi par tous ces «fachos» verdâtres qui foulent aux pieds le moindre signe de différence et de beauté que Dieu a semées en son monde.
Néanmoins, ces intégristes «lourds» ou «passifs» ne sont pas les seuls moteurs du geste de recul que provoque chez le Français ou l'Européen de «souche» la vue du musulman. Il y a, cela a été dit et expliqué depuis longtemps, dans le comportement révulsif dont on recense tous les jours l'expression dans la rue et l'espace public en France et en Europe des traces anciennes du colonialisme et du temps où l'on ne considérait le «non Blanc» que comme un dangereux objet d'asservissement, voué à l'infériorité et dénué du droit de parole et d'exister.
Ce qui s'est passé à Poitiers et sur le toit de cette mosquée où des fanatiques ont arboré en mode «reconquista» une banderole bariolée du nom et du symbole de Charles Martel, «l'homme qui a empêché les Sarrasins d'islamiser la France» en 732, n'était donc qu'une résurgence sans doute caricaturale et minoritaire d'une vieille histoire de domination perdue de l'homme blanc sur autrui ? Le débat sur cette question ne manquerait pas d'intérêt surtout quand on se rappelle les fondements idéologiques des groupes racistes en Europe et en Occident. Mais il ne serait pas si pertinent si l'on perd de vue qu'il y a aujourd'hui en France qui poussent au jeu dangereux de la haine du musulman pour gagner de l'audience et des élections dans leur société malade de la crise et de la peur du lendemain qu'exacerbent les clichés non moins coupables renvoyés par certains médias sur les banlieues et les «différences» qui, subitement, ne riment plus avec «diversité» mais deviennent source de danger et d'instabilité. Le Bloc identitaire en est un. Et il n'est terriblement pas le seul dans un pays où le Front national de Marine Le Pen a fait 18% aux dernières présidentielles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.