Le DG du journal «Echaab» limogé    Algérie-Egypte: Donner un nouveau souffle à la coopération économique    Hydrocarbures: «Occidental Petroleum Corporation» veut faire plus en Algérie    Téléphonie mobile: L'Algérie rachète les actions de Veon dans Djezzy    Espagne : Le Parlement veut rétablir les relations avec l'Algérie    Libye: La désignation d'un représentant de l'ONU divise    Equipe nationale U18: L'urgence d'un système de développement    Un réseau de quatre individus arrêté: Plus de 25.600 comprimés psychotropes saisis    Une nouvelle stature    Tipasa: Un trafic international de cartes de paiement électronique démantelé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    9 manifestants tués à Khartoum    Fin de parcours du touriste judiciaire    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    L'Algérie dansera tout l'été    L'été en pente douce    La grande vadrouille    La rentrée scolaire se prépare en été    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De peur de se retrouver sous les décombres : Des familles dressent leurs tentes en plein boulevard à Gambetta
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 11 - 2012

Oran continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses à un rythme inquiétant. En cette période hivernale, le spectre des effondrements est omniprésent dans les esprits des riverains, notamment dans les vieux quartiers de la ville.
A Gambetta, au niveau de l'avenue d'Arcole, six familles habitant deux immeubles menaçant ruine ont, depuis avant-hier, choisi de déserter leurs maisons pour élire domicile en pleine rue avec, en guise de rempart, des toiles en bâche et plastique. Les six familles occupaient un immeuble composé de trois étages. Un grand balcon du troisième étage s'est effrité. De crainte pour leur vie, les occupants de l'immeuble qui menace ruine ont préféré passer la nuit sous les tentes dressées au milieu de cette rue connue par son dense trafic de bus (51 et 11) et autres véhicules. Cette situation a poussé les automobilistes à faire des détours pour rejoindre le centre-ville. En effet, il ne se passe pas un jour sans qu'on entende parler d'un effondrement ou d'un effondrement partiel. La majorité des quartiers d'El Bahia est menacée par le risque des effondrements. Les dernières averses qui se sont abattues sur la ville d'Oran étaient à l'origine de nombreux effondrements et effondrements partiels. En l'espace d'une semaine, les services de la Protection civile ont enregistré une vingtaine d'effondrements et effondrements partiels. Ces effondrements ont fait huit blessés. Ils se sont produits dans les quartiers d'El-Hamri, Medina Djedida , Sidi El-Houari, au centre-ville, à Saint-Eugène, Gambetta, Médioni entre autres. Il s‘agit dans la majorité des cas de plafonds qui se sont effrités. Durant la dernière décennie, les services de la Protection civile de la wilaya d'Oran enregistrent une moyenne de 250 effondrements par an. Le pic a été atteint en 2007 où 313 effondrements et effondrements partiels et 120 risques d'effondrement ont été enregistrés. Cette année était dramatique, puisque quatre femmes sont mortes dans des effondrements dont trois de la même famille à El-Hamri et la quatrième à Kouchet El-Djir. En 2008, 301 effondrements et 143 risques d'effondrement ont été recensés. Bilan, trois morts et une vingtaine de blessés. Parmi les victimes, un enfant de 11 ans tué par un pan du plafond en plein sommeil au niveau du lieu-dit «Terrain Chabat» dans le quartier des Planteurs. La même année, une jeune femme âgée de 25 ans et son enfant âgé à peine de trois ans sont décédés, ensevelis sous les décombres de leur habitation érigée dans le bidonville «El-Oued» à Haï Bouâmama (ex-El-Hassi). Plusieurs mesures ont été entreprises par les services concernés pour faire face à ces drames à répétition, notamment le relogement des familles, l'éradication des immeubles menaçant ruine et la réhabilitation du vieux bâti. Cependant le problème du vieux bâti à Oran a de beaux jours devant lui, surtout lorsqu'on sait que quelque 55.000 habitations individuelles et 2.000 immeubles classés en zone rouge menacent ruine dans les anciens quartiers de la ville, selon un recensement des services de la daïra. Ces immeubles, classés vieux bâti, peuvent s'effondrer à tout moment. Les vieux immeubles sont éparpillés sur tous les anciens quartiers de la ville.
Pour rappel, deux personnes sont mortes dans des effondrements cette année à Oran. Les deux drames se sont produits à Aïn El-Turk et Saint-Eugène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.