Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Medina Djedida : 14 familles en danger de mort
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 12 - 2012


Oran continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses, à un rythme inquiétant, et le spectre des effondrements est omniprésent, dans les vieux quartiers de la ville. Il ne se passe pas un jour sans qu'on enregistre l'effondrement d'un immeuble ou un effondrement partiel. La majorité des quartiers d'El Bahia est menacée par le risque des effondrements, malgré les efforts des autorités locales et les opérations de relogement de centaines de familles lançant des cris de détresse. C'est le cas des 14 familles résidant dans l'immeuble N°01 à la rue Mezouar Mohamed, au quartier Medina Djédida. Cet immeuble composé d'un rez-de-chaussée et de trois étages occupé par ces familles depuis plus de 40 ans, constitue un danger imminent pour la vie des locataires. Des murs lézardés, des plafonds qui risquent de tomber à tout moment, alors que les escaliers sont compétemment effrités, sans parler des infiltrations des eaux de pluies durant cette saison hivernale.« on a peur pour nos enfants, toute la structure risque de s'effondrer à n'importe quel moment, même les piliers sont fissurés. Certains occupants on pris l'initiative de restaurer leurs appartements, mais les fissures sont réapparues», dira un locataire avant d'ajouter : «nous occupons cet immeuble, bien de l'Etat,depuis 40 ans et on a formulé plusieurs demandes de relogement, qui sont restées à ce jour sans suite». En attendant leur relogement les 14 familles de cet immeuble retiennent chaque jour leur souffle.Le cas des occupants de l'immeuble N° 1 à la rue Mezouar Mohamed n'est pas unique. De nombreuses familles résidant dans des immeubles ou des ‘'haouchs‘'datant de l'ère coloniale vivent un véritable calvaire chaque hiver. Certaines familles ont carrément décidé de quitter leur logement et installé des tentes à l'extérieur, de peur de se retrouver un jour sous les décombres. C'est le cas de familles qui ont opté pour cette solution à Gambetta, El Hamri, Boulanger Medioni, etc. Il y-a lieu de signaler que les autorités locales viennent de relancer les opérations de relogement, dans le cadre de la lutte contre l'habitat précaire. Plus de 270 familles font l'objet d'un relogement depuis quelques jours. 300 autres familles bénéficieront incessamment de logements. Toutefois, ces opérations sont loin d'éradiquer le phénomène de l'habitat précaire, puisque plus de 170 immeubles menacent de s'effondrer à tout moment.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.