L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    Se protéger pour protéger les autres    Tébessa: L'éternel problème d'eau    Bouira: Des activités des marchés à bestiaux et des centres commerciaux suspendues    Ils étaient exposés dans un musée à Paris: L'Algérie récupère les crânes de 24 de ses résistants    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    l'Algérie a honoré sa dette    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Le schiste américain dans le rouge    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines d'otages libérés mais des terroristes encore embusqués : In Amenas encore en attente du dénouement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 01 - 2013

L'opération militaire destinée à déloger les terroristes qui ont attaqué le site gazier de Tigentourine se poursuivait encore, hier vendredi. Un bilan non définitif faisait état de 573 otages algériens libérés et d'une centaine de ressortissants étrangers sur un total de 132 détenus par les terroristes.
Les forces spéciales de l'armée tentaient toujours de trouver un «dénouement pacifique» pour obtenir la reddition du groupe terroriste retranché dans la raffinerie et libérer un groupe d'otages encore entre leurs mains. Le bilan des victimes parmi les otages après l'assaut donné jeudi n'était toujours pas établi. Le seul qui circulait venait des terroristes qui ont utilisé le canal d'Al Jazira et de certains sites mauritaniens. Il faisait état de 34 otages tués ainsi que 15 ravisseurs dont le chef de groupe terroriste Abou Al Baraa. Un chiffre qualifié de « fantaisiste » par une source officielle. Mais on était encore sans bilan officiel des victimes. L'insistance sur la recherche d'un «dénouement pacifique » répond à une montée des critiques en Occident et au Japon à l'exclusion de Paris qui fait preuve de « compréhension à l'égard de la ligne de fermeté choisie par les autorités algériennes. Un choix d'ailleurs clairement annoncé,dès le début de la prise d'otages, par le ministre de l'intérieur Daho Ould Kablia, qui a exclu toute négociation avec les terroristes. Encore que les forces spéciales semblent avoir agi rapidement pour contrer une tentative des terroristes de quitter les lieux avec des otages en bouclier.
PAS DE NEGOCIATIONS
Le refus de négocier avec les terroristes a été réitéré jeudi, après l'assaut, par le ministre de la communication, M. Mohamed Saïd : «Face au terrorisme, hier, comme aujourd'hui, comme demain, il n'y aura ni négociation, ni chantage, ni répit», a-t-il déclaré. Les terroristes «ne réussiront pas à atteindre leurs objectifs». Les pertes en vies humaines ont entrainé, sans surprise, un montée des critiques dans les capitales concernées. «Je pense que nous devons nous préparer à la possibilité de mauvaises nouvelles à venir», avait averti le Premier ministre britannique David Cameron. C'est d'ailleurs, le Premier Ministre britannique qui a mis fin aux informations contradictoires qui circulaient en assurant que l'opération était toujours en cours vendredi. «Nous sommes toujours confrontés à une situation mouvante et dangereuse dans laquelle une partie des terroristes a été éliminée dans un secteur du site, mais certains représentent toujours une menace dans une autre zone», a déclaré M.Cameron. Le Japon a convoqué l'ambassadeur algérien et a même demandé à l'Algérie de «cesser immédiatement» son opération. Il est vrai que le sort de 14 Japonais restait incertain. Un responsable américain a souligné que les Etats-Unis n'avaient pas été mis au courant en avance de l'intention des autorités algériennes de mener un assaut.
UN GROUPE TERRORISTE MULTINATIONAL
Ces critiques ne sont pas surprenantes, les gouvernements en question devant tenir compte de leurs opinions publiques. Mais ils n'ignoraient pas que les autorités algériennes n'allaient pas céder et encore moins laisser le groupe terroriste partir avec des otages. Les critiques restent relativement contenues et les choses évolueront suivant le bilan. Les groupe terroriste serait composé de 32 membres de «diverses nationalités». Une source sécuritaire le décrit comme «très lourdement armé, y compris de missiles, de lance-roquettes et autres armes de guerre». Son but, selon la même source, était de « prendre en otage les travailleurs étrangers du site gazier et de les acheminer au Mali pour exercer de pressions insoutenables» sur les pays qui prennent part à l'opération de lutte contre les terroristes au Mali et sur la communauté internationale. «A défaut, ce groupe, selon la même source, a envisagé d'abattre ses otages étrangers pour maximiser l'impact sur la communauté internationale». Une source ayant la veille indiqué que 18 terroristes avaient été tués dans l'assaut des forces armées algériennes. Ce qui laisserait à penser qu'il y avait 14 terroristes embusqués dans l'usine gazière. Certaines sources parlaient de 7 à 10 terroristes encore embusqués dans l'usine. Mokhtar Belmokhtar, chef présumé des éléments qui ont attaqué le site gazier aurait proposé à la France de «négocier» la fin de la guerre au Mali et de libérer «les otages américains» contre des islamistes détenus aux Etats-Unis, selon l'agence mauritanienne ANI.
Le ministre américain de la défense Lean Panetta a déclaré de son côté que les terroristes doivent savoir «qu'ils ne trouveront aucun refuge, en Algérie, en Afrique du Nord ou nulle part ailleurs» ajoutant que ceux qui «qui attaquent gratuitement notre pays et ses ressortissants n'auront nulle part où se cacher.».
UN NUAGE NOIR SUR LE SECTEUR PETROLIER
Le groupe britannique BP a indiqué avoir évacué onze de ses employés ainsi que «plusieurs centaines» de salariés d'autres entreprises et qu'un quatrième vol était prévu vendredi. Selon nos informations, les travailleurs algériens de plusieurs pétroliers et gaziers ont reçu un « congé d'une vingtaine » de jours. L'impact de l'attaque terroriste sur le secteur pétro-gazier algérien risque d'être lourd alors qu'une nouvelle loi sur les hydrocarbures destinée à encourager l'investissement étranger doit être votée le 21 janvier prochain. L'Agence Internationale de l'énergie (AIE) a estimé que la prise d'otages « fait peser un nuage noir sur les perspectives du secteur de l'énergie du pays». L'agence souligne qu'à la suite de «l'enlèvement et du meurtre d'employés pétroliers étrangers», la production du gisement gazier d'In Amenas a été arrêtée, ce qui inclut une production de condensats «estimée à 50.000 barils par jour». Outre cet aspect économique, la question se pose sur ce que feront les autorités algériennes. L'attaque contre le site gazier d'In Amenas va-t-il entrainer une intervention des forces algériennes au nord du Mali ? Certains le craignent et considèrent que ce serait le piège qui se refermerait sur l'Algérie dans une région où des manœuvres troubles et sophistiquées sont en cours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.