Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il veut interdire les couleurs nationales en France : Un mouvement d'extrême droite s'attaque aux supporteurs algériens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 06 - 2014

Les supporteurs algériens font peur à la France de l'extrême droite et le Bloc Identitaire (BI) monte au créneau pour demander au gouvernement Valls «d'appliquer à leur encontre l'arsenal législatif existant». Sur son site électronique, le BI stigmatise les supporteurs algériens sur fond d'incidents antérieurs à l'occasion des matchs des Verts, «pratiquement chaque rencontre de l'équipe algérienne entraine des débordements violents», peut-on lire sur le document en question. Le BI est un mouvement d'extrême droite créé le 6 avril 2003 suite à la dissolution d'Unité Radicale (UR) le 6 août 2002 après la tentative d'assassinat perpétrée par Maxime Brunerie, membre du Mouvement national républicain (MNR) et sympathisant d'UR, contre le président de la République française, Jacques Chirac, lors du défilé du 14 juillet 2002. Le Bloc Identitaire, qui a fait de l'immigration et de l'islam en France sa première cible s'en prend au gouvernement socialiste qui «n'a rien prévu face à cette bombe à retardement» comparant la situation «aux émeutes de 2005». Pour rappel, les émeutes de 2005 ont éclaté dans les banlieues françaises à partir de Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005 avant de s'étendre à travers le reste du pays obligeant le gouvernement à décréter l''état d'urgence. Le BI énumère par la suite une série de demandes aux pouvoirs publics «afin de préserver la paix civile», faisant l'amalgame entre supporteurs et citoyens algériens, en demandant purement et simplement la suspension des visas et l'interdiction d'entrée sur le territoire français pendant la durée de la Coupe du monde des supporteurs algériens ou présumés tels. Le groupe radical demande également au ministère de l'Intérieur d'interdire de circulation les supporteurs algériens ou se comportant comme tels dans les zones centrales des agglomérations chaque jour de match, de zéro heure à minuit. Une sorte de couvre-feu sélectif que veut imposer le mouvement d'extrême droite. Le plus choquant dans cette liste est la demande formulée pour interdire le port des couleurs de l'Algérie, les jours de match des Fennecs, une menace directe contre les libertés individuelles. Et pour prévenir les supporteurs algériens «récidivistes», il est aussi demandé de les obliger «à venir pointer à chaque mi-temps» des matchs de l'Algérie. Le communiqué en question cite en fin l'interdiction de vente d'alcool dans les zones de rassemblement des supporteurs algériens ou se comportant comme tels. Pour appuyer ses demandes, le BI se réfère à des arrêtés préfectoraux «de cet ordre» appliqués aux supporteurs du PSG, de l'OL, de l'OGC Nice, ou d'autres clubs français et européens. Le mouvement radical prend les devants et s'étonne déjà de la position de l'Etat français au cas où ces mesures «n'étaient pas mises en œuvre à l'encontre des hooligans algériens». Le Bloc Identitaire s'appuie sur l'article 60 de la loi n° 2011-267 du 14 mars 2011 qui permet au ministre de l'Intérieur, par arrêté, d'interdire le déplacement individuel ou collectif de personnes se prévalant de la qualité de supporter d'une équipe ou se comportant comme tel sur les lieux d'une manifestation sportive et dont la présence est susceptible d'occasionner des troubles graves à l'ordre public.
Sauf que pour les supporteurs algériens, il n'est nullement question de se déplacer puisque les rencontres sportives ont lieu au Brésil. En attendant la réaction de Valls, qui pourrait être tenté de s'engouffrer dans la brèche ouverte par le parti de Fabrice Robert, un ancien élu du Front national (FN) et du MNR, le BI continue sa campagne de haine en direction de la communauté immigrée musulmane puisant sa «respectabilité» politique en se démarquant de l'antisémitisme et de l'antisionisme. Un gage de bonne volonté devenu nécessaire pour continuer à activer en toute légalité en France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.