Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du Centre anti-cancer    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia : DRS, argent sale, FLN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 01 - 2016

«L'argent sale, une triste réalité lors des élections». La déclaration n'est pas d'un opposant au régime, au gouvernement ou au chef de l'Etat. Elle émane du secrétaire général par «intérim» du RND, un parti créé dans des conditions extraordinaires en février 1997.
Qui ne se souvient pas des élections législatives du 5 juin 1997 au cours desquelles le RND a «raflé» 156 sièges sur les 380 que compte l'APN, supplantant même le FLN (62 sièges), un parti indétrônable quant il s'agit de gagner des élections grâce au «tripotage» des urnes ? Qui ne se souvient pas des séquences montrées dans une télévision étrangère à l'occasion justement des élections de 1997 montrant des agents de l'administration ouvrir les urnes et remplacer les bulletins par d'autres et ce en présence des journalistes algériens et de Khalida Toumi, quand elle était dans l'opposition ? Qui a introduit les «affairistes» de tout bord à l'intérieur des structures des partis dans un «deal» dont la finalité est de les placer aux plus hautes fonctions politiques du pays ?
Contrairement à ce qui est galvaudé dans les milieux politiques, Ahmed Ouyahia n'a pas la mémoire courte. Comme le parti qu'il dirige, le secrétaire général du RND est aussi un «homme extraordinaire». C'est le seul personnage public dans ce pays qui peut dire une chose et son contraire sans jamais sourciller. Hier encore lors de la conférence de presse organisée au siège de son parti à Hydra, Ahmed Ouyahia n'a pas dérogé à cette règle. En appelant à lutter contre le phénomène de l'argent sale utilisé notamment dans les campagnes électorales, Ahmed Ouyahia a franchi un autre pas même si, en toile de fond, ce qui était dans son viseur c'est le FLN dont les accointances avec les milieux des affaires est un secret de polichinelle.
«L'argent sale est une triste réalité. Il est une réalité sur la scène électorale. Créer des lobbies financiers est tout à fait normal (mais) qu'il y ait des gens qui achètent des voix, c'en est une autre», déplore M. Ouyahia lors de la presse organisée au terme de la 5e session du Conseil national du RND. «Il s'agit d'un problème de réglementation, laquelle triomphera de l'argent sale quand la loi sera totalement respectée, quand l'activité (économique) sera totalement régulée et quand chaque opérateur payera le fisc, ses charges sociales et j'en passe (...)», a encore asséné M. Ouyahia. Ce dernier dans le même cadre qualifie de «non-sens» les agissements des personnes qui déboursent entre 7 à 10 milliards de centimes pour «acheter un siège» au Parlement, faisant remarquer qu'un sénateur perçoit environ un milliard et demi de centimes durant son mandat de six ans.
Ahmed Ouyahia n'estime que l'argent utilisé à cette fin «se ramasse dans l'activité économique sale et la drogue».»Je ne jette de pierres à personne, c'est une réalité que nous les Algériens, les politiques, les gouvernants et la société, nous devons progressivement réparer et faire reculer en la dénonçant d'abord, en agissant ensuite et en se donnant le temps de la faire reculer jusqu'à ce qu'elle disparaisse totalement», déclare le secrétaire général du RND.
Pas de divergence avec le FLN
«Le FLN est notre allié stratégique», affirme M Ahmed Ouyahia qui souligne que «nous ne sommes pas en conflit sur des personnes ou des choix, mais nous défendons un message».
«J'ai dit maintes fois que le parti du FLN était un allié stratégique pour le RND», a-t-il ajouté, estimant qu'il était «insensé» de dire que le parti du FLN et le RND, qui soutiennent le même président et font partie du même gouvernement, sont des ennemis ou des adversaires. «Lorsque M. Amar Saadani a été élu à la tête de l'Assemblée populaire nationale en 2004, j'ai donné des instructions aux députés du RND pour le soutenir», a-t-il affirmé. «Saadani et moi sommes camarades pour ne pas dire amis, mais chacun d'entre nous a désormais sa façon de s'exprimer, ni plus ni moins», a souligné M. Ouyahia. Le secrétaire général par intérim du RND a réfuté l'existence de tout conflit entre son parti et celui du FLN au Conseil de la nation.
Ahmed Ouyahia, en infirmant l'existence de tout conflit avec le FLN et son secrétaire général, Amar Saadani, continue de souffler le chaud et le froid. Ouyahia semble parler à lui-même, sachant que le patron du FLN a assumé publiquement et à maintes reprises cette «guéguerre» entre les deux partis.
Ahmed Ouyahia est par ailleurs catégorique sur les mouvements d'opposition au pouvoir. Il n'hésitera pas à qualifier de «fascistes» le mouvement Barakat qui s'est opposé à un 4ème mandat de Bouteflika mais aussi le Mouvement de la jeunesse indépendante pour le changement (MJIC). Tous ceux qui s'attaquent au pouvoir sont manipulés par des «mains étrangères» de l'avis du secrétaire général du RND qui défend en outre le très controversé article 51 de l'avant-projet de Constitution.
Le SG du RND fera mieux que Bouteflika, en suggérant même d'interdire les binationaux d'occuper des postes dans n'importe quel département ministériel alors que le ministère de l'Energie (dont dépend toute la nation) a été occupé par un homme qui a la nationalité américaine depuis plus d'une dizaine d'années lorsque M. Ouyahia était justement chef du gouvernement.
Enfin, évoquant la restructuration du DRS, le SG du RND informe que la dissolution du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) a permis la création de trois directions générales de sécurité rattachées directement à la présidence de la République. M. Ouyahia, en sa «qualité de directeur de cabinet de la présidence de la République», a annoncé que «le DRS a été dissous» et «qu'il a été mis en place trois directions générales de sécurité rattachées directement à la présidence de la République».
M. Ouyahia a précisé qu'il s'agit de la Direction générale de la sécurité intérieure, la Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure et la Direction générale du renseignement technique. Ces trois directions générales sont des «instances de l'Armée nationale populaire (ANP) qui seront rattachées désormais directement à la présidence de la République», a-t-il expliqué. M. Athmane Tartag, qui était chef du DRS, est devenu «conseiller auprès du président de la République chargé de la coordination des services de sécurité rattachés à la présidence», a-t-il souligné.
M. Ouyahia a qualifié, à cette occasion, ces changements de «progrès pour l'Algérie qui entre dans une autre phase en matière de sécurité». «C'est une nouvelle restructuration des services de sécurité en Algérie», a encore ajouté Ahmed Ouyahia qui préfère vêtir la casquette de directeur de cabinet de la Présidence quand il s'agit du DRS ou plutôt du CSS, pour les plus introduits, car le SG du RND ne dit pas toute la vérité concernant cette «restructuration».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.