La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: Remédiation pédagogique, «recette miracle» contre l'échec scolaire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2016

L'échec scolaire est devenu patent, et menace les fondements même de l'Ecole algérienne. C'est la conclusion à laquelle sont parvenus des experts du ministère de l'Education nationale, qui ont constaté, avec effarement, une inquiétante distorsion entre les taux de réussite et d'échecs, à tous les paliers du cursus scolaire.
Farid Benramdane, conseiller auprès de la ministre de l'Education nationale et chargé de la Pédagogie, a indiqué, hier mercredi, dans une intervention à la radio nationale que sur 100 élèves qui entrent en 1re Année primaire, 4, seulement, arrivent à décrocher leur baccalauréat et 32 d'entre eux abandonnent l'école avant l'âge de 16 ans. «C'est un constat sans appel, les chiffres sont alarmants et structurels', estime-t-il, avant de relever que «le rendement de l'école pose problème.» Ce constat est le résultat d'une enquête du ministère de l'Education sur un corpus de 464.000 erreurs et mené dans 9 wilayas pilotes, a-t-il indiqué.
L'étude a été faite sur la base des copies d'examen de 5ème Année primaire, et le BEM. Sur une année, il a été recensé 464.000 erreurs pour les épreuves de langue arabe, les mathématiques et le français. «Nous avons relevé, à peu près, entre 6 à 8 erreurs pour l'arabe et 8 et 12 pour les maths» sur 27.500 copies pour l'arabe, 27.000 copies pour les maths, a précisé M. Benramdane. «Sur les 95% qui réussissent aux examens de 5ème , 25% échouent à la 1re Année moyenne. Et sur les 66% d'élèves qui réussissent à l'examen du BEM, 15% d'entre eux redoublent.» L'autre constat est que «c'est dans les matières scientifiques qu'il y a les moyennes les plus basses», résume-t-il, avec une moyenne nationale de 8,20 en 2016. Et, à partir de «ces constats, on s'est posé la question de savoir comment améliorer le système de l'éducation en Algérie, car sur les 96 élèves qui réussissent l'examen de 5ème Année, au moins 65 refont leur année, souligne M. Benramdane. Le nombre important d'erreurs dans les examens relevées dans les wilayas pilotes «nous indiquent qu'il faut une intervention sur plusieurs segments du système», explique t-il, précisant qu'il y a des «erreurs, qui relèvent du processus même de l'enseignement.» Le coût de la déperdition scolaire est estimé par M. Benramdane à 16% du budget du ministère de l'Education nationale, le second après celui de la Défense, soit 5 à 6 milliards de dollars. «Le défi est celui de la qualité qui se mesure avec des standards internationaux. Si on veut améliorer le système éducatif, il faut l'inscrire dans le système international», affirme-t-il.
Face à l'échec scolaire, «la réponse doit être pédagogique, scientifique ; un degré de technicité sur lequel on doit encadrer l'Ecole algérienne», souligne M. Benramdane, qui en veut pour preuve de cette déperdition scolaire dans le fait que le taux d'échecs est de 70%, à la 1re Année universitaire. Pour lui, «les écarts inter-cycliques sont des indicateurs de la baisse du niveau de l'Ecole algérienne. Il nous fallait une radiographie pour dégager la structure de la production réelle pour trouver des solutions.» Cette solution réside, selon lui, sur la remédiation pédagogique, «mais sans diagnostic, ça ne peut pas être efficace, le travail réalisé va être mis à la disposition des inspecteurs et des enseignants pour qu'ils fassent un retour réflexif sur leur travail.» En outre, il préconise le renforcement de «l'évaluation des enseignants. Le fait est que le système chez nous fonctionne à la sanction.» Dès lors, la réponse «qu'on donne est une réponse pédagogique à la place de la sanction, et la remédiation va remplacer la sanction pour améliorer la qualité de l'apprentissage», explique encore M. Benramdane, qui estime qu'il faut réduire les taux d'échecs à chaque cycle d'enseignement», car «l'examen n'a d'intérêt que s'il donne un diagnostic réel du niveau des élèves, et la remédiation doit se faire sur le taux des erreurs.»
C'est clair pour le ministère de l'Education nationale : il faut passer, dès lors, d'une logique d'un système privilégiant la logique quantitative dans les résultats à une logique qualitative, avec «l'abandon du système du quantitatif.» «Il faut passer à la formation sur des postures de qualité», préconise M. Benramdane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.