Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: Remédiation pédagogique, «recette miracle» contre l'échec scolaire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2016

L'échec scolaire est devenu patent, et menace les fondements même de l'Ecole algérienne. C'est la conclusion à laquelle sont parvenus des experts du ministère de l'Education nationale, qui ont constaté, avec effarement, une inquiétante distorsion entre les taux de réussite et d'échecs, à tous les paliers du cursus scolaire.
Farid Benramdane, conseiller auprès de la ministre de l'Education nationale et chargé de la Pédagogie, a indiqué, hier mercredi, dans une intervention à la radio nationale que sur 100 élèves qui entrent en 1re Année primaire, 4, seulement, arrivent à décrocher leur baccalauréat et 32 d'entre eux abandonnent l'école avant l'âge de 16 ans. «C'est un constat sans appel, les chiffres sont alarmants et structurels', estime-t-il, avant de relever que «le rendement de l'école pose problème.» Ce constat est le résultat d'une enquête du ministère de l'Education sur un corpus de 464.000 erreurs et mené dans 9 wilayas pilotes, a-t-il indiqué.
L'étude a été faite sur la base des copies d'examen de 5ème Année primaire, et le BEM. Sur une année, il a été recensé 464.000 erreurs pour les épreuves de langue arabe, les mathématiques et le français. «Nous avons relevé, à peu près, entre 6 à 8 erreurs pour l'arabe et 8 et 12 pour les maths» sur 27.500 copies pour l'arabe, 27.000 copies pour les maths, a précisé M. Benramdane. «Sur les 95% qui réussissent aux examens de 5ème , 25% échouent à la 1re Année moyenne. Et sur les 66% d'élèves qui réussissent à l'examen du BEM, 15% d'entre eux redoublent.» L'autre constat est que «c'est dans les matières scientifiques qu'il y a les moyennes les plus basses», résume-t-il, avec une moyenne nationale de 8,20 en 2016. Et, à partir de «ces constats, on s'est posé la question de savoir comment améliorer le système de l'éducation en Algérie, car sur les 96 élèves qui réussissent l'examen de 5ème Année, au moins 65 refont leur année, souligne M. Benramdane. Le nombre important d'erreurs dans les examens relevées dans les wilayas pilotes «nous indiquent qu'il faut une intervention sur plusieurs segments du système», explique t-il, précisant qu'il y a des «erreurs, qui relèvent du processus même de l'enseignement.» Le coût de la déperdition scolaire est estimé par M. Benramdane à 16% du budget du ministère de l'Education nationale, le second après celui de la Défense, soit 5 à 6 milliards de dollars. «Le défi est celui de la qualité qui se mesure avec des standards internationaux. Si on veut améliorer le système éducatif, il faut l'inscrire dans le système international», affirme-t-il.
Face à l'échec scolaire, «la réponse doit être pédagogique, scientifique ; un degré de technicité sur lequel on doit encadrer l'Ecole algérienne», souligne M. Benramdane, qui en veut pour preuve de cette déperdition scolaire dans le fait que le taux d'échecs est de 70%, à la 1re Année universitaire. Pour lui, «les écarts inter-cycliques sont des indicateurs de la baisse du niveau de l'Ecole algérienne. Il nous fallait une radiographie pour dégager la structure de la production réelle pour trouver des solutions.» Cette solution réside, selon lui, sur la remédiation pédagogique, «mais sans diagnostic, ça ne peut pas être efficace, le travail réalisé va être mis à la disposition des inspecteurs et des enseignants pour qu'ils fassent un retour réflexif sur leur travail.» En outre, il préconise le renforcement de «l'évaluation des enseignants. Le fait est que le système chez nous fonctionne à la sanction.» Dès lors, la réponse «qu'on donne est une réponse pédagogique à la place de la sanction, et la remédiation va remplacer la sanction pour améliorer la qualité de l'apprentissage», explique encore M. Benramdane, qui estime qu'il faut réduire les taux d'échecs à chaque cycle d'enseignement», car «l'examen n'a d'intérêt que s'il donne un diagnostic réel du niveau des élèves, et la remédiation doit se faire sur le taux des erreurs.»
C'est clair pour le ministère de l'Education nationale : il faut passer, dès lors, d'une logique d'un système privilégiant la logique quantitative dans les résultats à une logique qualitative, avec «l'abandon du système du quantitatif.» «Il faut passer à la formation sur des postures de qualité», préconise M. Benramdane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.