Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Agex du CSA/MCA : Les membres emboîtent le pas au GS Pétroliers    M'hamed Benredouane. médecin dermatologue, conférencier, imam : Il aimait ses patients, mais pas l'hôpital !    On vous le dit    Souk Ahras : Arrestation d'une bande de malfaiteurs    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Tlemcen: 20 communes sans eau suite à un incident à la station de dessalement de Honaine    Cours de justice: Mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Quatre avions et un navire d'aides algériennes pour le Liban    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Les feux de forêts mobilisent    Des dégâts matériels enregistrés: Deux forts séismes sèment la panique à Mila    El Tarf: Trois pistolets automatiques et des munitions saisis    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    Deux Algériens légèrement blessés    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    L'USMA refuse un arrangement à l'amiable    Ferrahi, première recrue de la JSK    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La SEOR lance une nouvelle campagne: «Easy Dettes» pour recouvrir plus de 300 milliards de créances
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2016

Malgré les facilitations accordées par les services de la société des eaux et de l'assainissement à ses clients pour régler leurs factures impayées, ce sont des milliers d'abonnés qui font la sourde oreille.
Des mises en demeure sont adressées régulièrement à ces mauvais payeurs qui continuent toutefois de faire la sourde oreille. Pour inciter les abonnés à régler leur dus, la société de l'eau et de l'assainissement d'Oran SEOR a lancé il y a quelques jours, une nouvelle campagne. La campagne «Easy Dettes» (dettes faciles) s'étale du 15 novembre au 31 décembre. Pour ce faire, ladite entreprise vient d'avaliser une série de mesures lui permettant d'engranger son dû auprès des mauvais payeurs sans pour autant porter atteinte à leur budget. Le nouveau dispositif instauré porte sur un allègement des procédures de paiement de sorte qu'il leur offre un échéancier de paiement partiel, avantageux, avec une diminution sur les frais des dossiers de recouvrement. Les abonnés peuvent donc bénéficier de ces avantages en se rapprochant des agences de la société, réparties à travers la wilaya pour régulariser leur situation et s'acquitter de leurs dus. Ces mesures de facilitation prévoient, également, une simplification des poursuites judiciaires.
Les créances impayées détenues par la SEOR auprès de ses abonnés ont atteint les 300 milliards de centimes. Presque la moitié des créances sont détenues par les ménages, alors que le reste concerne les collectivités locales et les grands consommateurs. Ces créances sont un grand handicap pour les équilibres financiers de la société qui chapeaute un grand programme de réhabilitation et de renouvellement de réseau d'alimentation en eau potable. Sur les 330.000 abonnés de la société de l'eau et de l'assainissement d'Oran, près de 40% sont des mauvais payeurs qui refusent de s'acquitter de leurs factures durant une année en moyenne. Après l'épuisement de tous les recours à l'amiable pour récupérer ses créances, la société lance régulièrement des opérations pour couper l'eau aux mauvais abonnés. La justice reste souvent l'ultime recours de la société pour le recouvrement de ces créances qui progressent d'année en année causant ainsi un grave préjudice à la société.
Le délai moyen pour le recouvrement des impayés est actuellement d'une année. L'abonné est classé «récalcitrant» au-delà de deux factures impayées. Il est destinataire de mises en demeure avant l'intervention de l'huissier de justice. Outre les factures impayées, la société est confrontée à l'épineux problème des déperditions à cause des branchements illicites. Les piquages illicites ont toujours été pratiqués, mais en nombre très réduit et par des habitants de certaines localités non connectées au réseau de distribution. Ce qui n'est malheureusement plus le cas, puisque le phénomène s'est étendu aux habitants des quartiers d'Oran, notamment ceux de la fameuse rue Larbi Ben M'hidi, qui abrite de nombreux commerces de luxe et des familles huppées aux revenus substantiels.
D'autres cas de vols d'eau potable ont été découverts dans les quartiers de l'USTO, de Gambetta, etc., au cours du renouvellement de la conduite vétuste. Les travaux de rénovation et de changement de compteurs d'eau visant l'amélioration de l'alimentation des abonnés, ont eu l'autre avantage qui est celui de la découverte de toutes ces anomalies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.