50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Sider El Hadjar : 14 millions de dinars d'équipements de sécurité disparus    La fin d'une époque    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    LDC (Groupe B). CRB – Sundowns (14h) : Le Chabab vise la première place    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Débrayage des auxiliaires en anesthésie-réanimation de la santé publique : Le syndicat menace de passer à une grève illimitée    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Entrepreneuriat : Signature d'une convention entre la CCI Mezghenna et l'USTHB    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Ce que doit la rue à l'urne    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Qui veut canarder les ambulances ?    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les recommandations du professeur Belhocine    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    Les Etats-Unis accusent le prince hérirter Saoudien    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    155 nouveaux cas et 2 décès    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Alerte au variant britannique    Une obligation, pas un choix    Un vendredi sans heurts    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Les 12 commandements de la phase transitoire    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Neuf militaires tués au Mali    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie a ses propres textes: Le marché du «halal» réglementé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 12 - 2016


  Annoncé et attendu, l'arrêté interministériel du 14 juin 2016 fixant les conditions et les modalités d'apposition de la mention «halal» pour les denrées alimentaires concernées vient d'être publié dans le Journal officiel n°70 du 8 décembre 2016. Si l'article 2 du présent arrêté définit le «halal» comme une marque collective, les caractéristiques de son identification ainsi que les conditions de son octroi sont déterminées par l'organisme national chargé de la normalisation, conformément aux lois en vigueur, après avis du comité national de suivi de la certification et du marquage «halal» des denrées alimentaires concernées. Ce comité a pour mission, notamment, d'examiner et de donner un avis sur les procédures de certification «halal» ainsi qu'à la réglementation applicable en question. Il devra aussi examiner les demandes de reconnaissance des certificats «halal» délivrés par des organismes certificateurs étrangers et également celles de reconnaissance mutuelle avec les organismes certificateurs «halal» étrangers. En clair, l'Algérie exige une réciprocité dans la reconnaissance de ces organismes. «Si nous reconnaissons un organisme de certification d'un pays, ce dernier doit également reconnaître son homologue algérien», avait précisé une source du ministère du Commerce, citée par l'APS, en août dernier. L'arrêté prévoit également la mise en place d'un comité national chargé du suivi du processus de certification et surtout de l'apposition de la mention « halal » sur les produits qui seront définis par une liste. Le «halal», n'est de ce fait autorisé que pour les denrées alimentaires répondant aux cahiers de charges fixés par la réglementation en vigueur. Cet étiquetage devra impérativement être justifié par un certificat de conformité délivré par l'organisme national chargé de la normalisation. Si le décret renvoie la liste de ces produits alimentaires concernés par cette apposition aux sites web officiels des ministères chargés de la protection du consommateur et de la répression des fraudes, des affaires religieuses, de l'industrie, de l'agriculture, et de la santé, pour l'instant elles n'y sont pas publiées. Une liste théoriquement disponible aux niveaux du Haut conseil islamique, de l'organisme d'accréditation ou encore de l'Institut national de la propriété industrielle et du Centre du contrôle de la qualité et de l'emballage, entre autres organismes. Par ailleurs, la certification «halal» des produits alimentaires importés doit être délivrée par des organismes habilités dans leurs pays d'origine et reconnue par le comité mentionné ci-dessus. L'Algérie a dû, par le passé, faire face à des incursions de son marché par des produits de consommation non conformes avec ses préceptes religieux. Déjà en 2010, le ministre du Commerce de l'époque n'avait pas caché son appréhension devant des informations rapportées par la presse nationale sur des produits «non halal» vendus sur les marchés. A Oran, des bonbons contenant de la gélatine à base de graisse de porc étaient mis sur le marché. En août dernier, un représentant du ministère du Commerce avait annoncé que le gouvernement était en phase de finaliser un texte réglementaire pour la certification des produits alimentaires estampillés halal et exportables vers l'étranger. A travers ces textes, l'Algérie se place sur le marché du «halal», un véritable business estimé à 670 milliards de dollars dans le monde. L'Algérie se dote ainsi d'un certificat officiel qui devra être reconnu à l'international et satisfaire aux exigences de ses clients étrangers. Si le pays est loin de concurrencer la Malaisie, véritable poids lourd du business halal, il pourra toujours se faire une petite place en direction des pays à forte concentration émigrée comme la France, la Belgique ou le Canada. Outre les produits alimentaires «halal», dont les viandes et les produits dérivés, les produits de la pêche, les boissons non alcoolisées, le marché halal comprend également le tourisme, l'artisanat et même les produits cosmétiques et pharmaceutiques. Un marché mondial de plusieurs milliards de dollars et qui pèse plus de 5,5 milliards d'euros en France qui peut constituer une réelle aubaine pour les produits algériens certifiés «halal» dans la mesure où il peut jouer sur les doutes qui entourent ces produits et leurs origines en Hexagone et en Europe. En août 2011, le marché du halal était au centre d'un scandale divulgué après la diffusion d'un reportage de la chaîne cryptée française «Canal+ ». Réalisé par Feurat Alani et Florent Chevollau, ce reportage de 52 minutes sur le business du halal et sa face cachée avait provoqué la réaction de la communauté musulmane en France et huit élus locaux musulmans avaient alors demandé la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire sur ce marché pour faire toute la lumière sur certaines pratiques commerciales qui «peuvent s'apparenter à de l'escroquerie publique, faute d'une législation claire et précise». Ainsi, les musulmans français découvriront avec stupéfaction et indignation un véritable scandale lié au marché halal qui, de l'avis du réalisateur, engage la responsabilité de certains organismes de certification et à la malveillance, volontaire ou accidentelle, de certains industriels qui se sont lancés dans le halal. «A vrai dire, il y a une véritable impunité dans le milieu du halal», assènera-t-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.