203 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Plus de 45 exposants à la 4ème édition du Phramex prévue en Novembre à Oran    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les partis privés de subventions de l'Etat    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    Tebboune installe une commission pour l'amender    Liberté de dire. Toujours !    Ce que prévoit la note du MJS    Plus de 50 milliards de dinars de perte    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Où est l'Algérie ?    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al-Hoceima, le tombeau de la royauté ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 05 - 2017

Le Maroc va-t-il rejoindre la liste des pays balayés par le Printemps arabe ? Le Hirak, ce mouvement de contestation populaire né après la mort du vendeur de poisson broyé par une benne à ordures, à Al-Hoceima en octobre 2016, a connu ses premiers débordements violents entre manifestants et forces de l'ordre dépêchées par Rabat pour arrêter la figure emblématique de la contestation rifaine. La région du Rif vit toujours au rythme du souvenir de la mort de Mohcine Fikri qui avait fait descendre des dizaines de milliers de Marocains dans les rues de plusieurs grandes villes du Maroc, protester contre la mal-vie, le chômage, le désespoir et le népotisme ambiant.
Cette étincelle a donné naissance au Hirak Rif conduit par Nasser Zafzafi, devenu le porte-parole de toute une région laissée en bordure du développement national. Depuis octobre dernier, le mouvement a été adopté par tous les Rifains, trouvant une extension légitime en Europe, et son caractère pacifique avait fait de lui un redoutable adversaire du Makhzen. Ce qui s'est passé ce vendredi avec la tentative d'arrestation de Zafzafi, accusé d'avoir interrompu le prêche d'un imam d'une mosquée locale, et la riposte des jeunes manifestants qui se sont opposés aux forces anti-émeutes, risque de mettre le feu aux poudres. Le danger d'un scénario semblable à celui de la Syrie est à écarter du fait même de la nature du régime marocain au pouvoir, la monarchie étant appuyée par les Palais du Golfe, l'UE et Washington.
Mohamed VI n'est pas Bachar Al-Assad et il est peu probable qu'Al-Hoceima devienne un jour Derra la syrienne ou Benghazi la libyenne mais il est fort à parier que Fikri est l'alter ego de Bouazizi qui avait enflammé la Tunisie et précipité la chute de Ben Ali. Si la hogra a chassé du pouvoir la famille régente de Tunisie, que sera-t-il du roi maintenant que la contestation a pris acte avec l'histoire ? Le scénario probable est que ces manifestations empruntent un faux air de la protesta de février 2011, réprimée sauvagement par le Makhzen, et l'arrestation attendue de Zafzafi devra faire basculer la région dans des turbulences dont personne ne peut augurer des suites.
Mohamed VI qui règne d'une main de fer sur ses sujets est constamment critiqué sur sa gestion des affaires internes et son appétit insatiable dans la prédation des richesses de son pays. Sa meilleure parade, relayée par les différents gouvernements de vassalité, est de crier au loup en montrant du doigt l'Algérie. Une politique qui ne résistera pas à l'implacabilité des revendications populaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.