Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Route maritime Algérie-Sardaigne: Un député italien dénonce «l'invasion» de harraga algériens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 11 - 2017

Mauro Pili, député et fondateur d'Unidos, le mouvement de libération du peuple sarde, est revenu derechef sur «l'invasion» de Sulcis, un territoire de la Sardaigne, par les harraga algériens, sujet qui lui tient apparemment à cœur. Dans une nouvelle déclaration reprise par la presse transalpine, il n'a pas hésité à qualifier le couloir maritime reliant l'Algérie à la Sardaigne de porte d'entrée de délinquants algériens. «La route algérienne-Sulcis est de plus en plus la porte d'entrée des délinquants algériens et pas seulement», dira-t-il, en soumettant, dimanche matin, un nouvel interrogatoire au ministère de l'Intérieur sur ce qu'il appelle «le nouveau débarquement criminel sur les côtes de Sulcis». Pili évoque, à titre d'exemple, la nuit de samedi lorsque un clandestin algérien, débarqué à Calasetta, une commune située dans la province du Sud-Sardaigne, sur l'île de Sant'Antioco, a été identifié comme étant un fugitif, recherché selon des accords internationaux. Le député précisera qu'il s'agit de L. Ali, condamné à 12 ans de réclusion criminelle par un tribunal français pour vol aggravé et tentative d'homicide. L'homme a été transféré à la prison d'Uta où il est mis à la disposition de la justice. «Ce trafic de criminels doit cesser», a notamment déclaré Pili qui indique qu'après avoir déjà dénoncé, ces dernières semaines, «le débarquement des terroristes», il «confirme» qu'il y a un plan pour noyer la Sardaigne de «criminel de toutes sortes». Rendant hommage au travail des forces de l'ordre, il appelle Rome à agir «sans perdre plus de temps.». Début septembre 2016, Mauro Pili avait dénoncé une véritable invasion de Sulcis après la mise à l'eau de 70 embarcations, à partir des côtes de Annaba, transportant quelque 350 à 400 clandestins algériens en route vers Teulada, une commune côtière de la province de Cagliari dans la région de la Sardaigne. Pour lui, cette «invasion» a été organisée en détail suivant un calendrier basé sur quelques uns des moyens les plus sophistiqués pour les prévisions météo. Il affirme que ces vagues d'immigration clandestine sont orchestrées par une organisation criminelle qui gère le passage de ces hommes. Il s'interroge sur le rôle des hommes politiques italiens et balaye d'un revers de la main l'hypothèse qui veut que la route entre l'Algérie et la Sardaigne soit occasionnelle et autogérée. En décembre de la même année, 158 harraga ont débarqué sur la côte italienne de Sardaigne, un débarquement massif qualifié par la police de bien organisé et révélant une nouvelle route de migration entre l'Algérie et l'Italie. Elle qui était habitué à faire face à des arrivées de migrants Nord-africains par des groupes ne dépassant pas les 20 personnes, note que c'est le premier débarquement de masse dans une nuit, depuis le début de l'année. Cet épisode consacre un peu plus la thèse d'une nouvelle voie maritime tracée par les trafiquants qui se concentrent sur la route entre l'Algérie et la Sardaigne.
Le fait même que les harraga aient rejoint la côte à bord de petits bateaux en fibre de verre serait la preuve pour les enquêteurs d'un trafic bien organisé par des réseaux de passeurs et que les migrants sont arrivés près de l'île à bord de plus gros bateaux, comme un bateau de pêche ou même un navire, puis répartis sur de plus petites embarcation pour faire le reste du voyage. Une thèse difficilement envisageable à partir de l'Algérie alors que la piste d'une organisation criminelle activant à partir du pays reste à étudier sérieusement. «Ce qui s'est passé aujourd'hui nous fait comprendre que derrière ce phénomène il y a une organisation énorme, ce qui suggère que ces arrivées de migrants, aujourd'hui, ne se sont pas produites par hasard», a commenté le secrétaire du syndicat de police de Cagliari Sap, Luca Agati. En 2009 déjà, Giampaolo Cantini, l'ambassadeur italien en Algérie, avait reconnu l'implication de réseaux criminels dans ce trafic humain des temps modernes. Il n'a pas hésité à lier le phénomène des harraga à des réseaux criminels de blanchiment d'argent et de recyclage illégal de fonds, qui exploitent la détresse humaine à des fins strictement financières.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.