Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Harraga algériens en Italie: Alger et Rome se concertent
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 12 - 2017

Les harraga algériens sont toujours d'actualité et, d'Espagne à l'Italie, le sujet devient tellement sensible qu'il est actuellement traité au plus haut niveau. Ainsi, et dans cette optique, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a rencontré, hier, son homologue italien, Angelino Alfano en marge de sa participation à la troisième édition de la Conférence internationale Rome- «Mediterranean dialogues», qui se déroule dans la capitale transalpine. Les deux hommes ont mis en évidence «l'impératif» d'une concertation «régulière» entre les deux pays en vue de juguler le fléau de la migration qui «continue de mettre en péril la vie de milliers de personnes». Les grandes lignes de cette entrevue ont été données à travers un communiqué du ministère des Affaires étrangères qui indique que les deux ministres ont évoqué la situation dans la région méditerranéenne.
Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 114.000 migrants ont débarqué en Italie. D'après les données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), les Algériens ont représenté 6% de l'ensemble des migrants qui ont rejoint l'Europe à travers mer entre juillet et septembre derniers, ce qui place l'Algérie au cinquième rang du classement des nationalités de migrants marins derrière la Syrie (15%), le Maroc (9%), le Nigéria (7%) et l'Irak (7%). Alors que le ministre espagnol de l'Intérieur Juan Ignacio Zoido s'est avoué débordé par cet afflux sans précédent de harraga ; en Italie la question est devenue politique avec l'implication de Mauro Pili, député et fondateur d'Unidos, le mouvement de libération du peuple sarde qui avait interpellé le ministère de l'Intérieur sur ce qu'il appelle «le nouveau débarquement criminel sur les côtes de Sulcis». «La route algérienne-Sulcis est de plus en plus la porte d'entrée des délinquants algériens et pas seulement», en qualifiant le couloir maritime reliant l'Algérie à la Sardaigne. Pili évoquait, à titre d'exemple, l'arrestation d'un clandestin algérien, débarqué à Calasetta, une commune située dans la province du Sud-Sardaigne, sur l'île de Sant'Antioco, identifié comme étant un fugitif, recherché selon des accords internationaux. «Ce trafic de criminels doit cesser», a notamment déclaré Pili qui indique qu'après avoir déjà dénoncé, ces dernières semaines, «le débarquement des terroristes», il confirme qu'il y a un plan pour noyer la Sardaigne de «criminel de toutes sortes». Rendant hommage au travail des forces de l'ordre, il avait appelé Rome à agir «sans perdre plus de temps».
Pili affirmait que ces vagues d'immigration clandestine sont orchestrées par une organisation criminelle qui gère le passage de ces hommes. Il s'interrogeait alors sur le rôle des hommes politiques italiens en balayant d'un revers de la main l'hypothèse qui veut que la route entre l'Algérie et la Sardaigne soit occasionnelle et autogérée. Les arrivées massives des clandestins algériens consacrent un peu plus la thèse d'une nouvelle voie maritime tracée par les trafiquants qui se concentrent sur la route entre l'Algérie et la Sardaigne. Le fait même que les harraga rejoignent la côte à bord de petits bateaux en fibre de verre serait la preuve pour les enquêteurs d'un trafic bien organisé par des réseaux de passeurs et que les migrants arrivent près de l'île à bord de plus gros bateaux, comme un bateau de pêche ou même un navire, puis sont répartis sur de plus petites embarcations pour faire le reste du voyage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.