"Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    Le débit Internet 2 Mbs passe à 4 Mbs    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    Sanhadji soutient le maintien des frontières fermées    Le M.A.R.W. appelle à accomplir Salat El Istisqa samedi prochain    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    10.000 logements à la clé    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Beldjoud préside l'installation du wali de Timimoune    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Mahious passera sur le billard    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'issue d'une visite du wali d'Oran: Une vingtaine d'extensions illicites démolies à Aïn El Turck
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 07 - 2018

Une vingtaine d'extensions illicites a été démolie, avant-hier, au niveau de la partie haute de la localité de Bouiseville, sise dans la municipalité d'Aïn El Turck, par les services de l'APC. Il s'agit en fait d'extensions ceinturant partiellement des habitations, longeant partiellement la double voie menant aux Andalouses, qui ont été érigées par leurs propriétaires et ce, dans le but évident de s'accaparer d'une parcelle de terrain destinée à un jardin. Lors de sa visite effectuée avant-hier dans la contrée d'Aïn El Turck, le wali d'Oran a exhorté les responsables locaux à procéder à une opération de démolition visant à éradiquer ces extensions illicites.
L'opération, qui est actuellement en cours se poursuivra jusqu'au démantèlement de toutes sortes d'extensions illicites répertoriées dans cette zone à forte concentration de la population, indiquent des sources proches de l'APC. Il importe de noter que le phénomène des extensions et constructions illicites se pose avec acuité dans la municipalité d'Aïn El Turck au même que les trois autres communes de cette daira vers laquelle convergent des millions de vacanciers chaque été. Cette transgression a défiguré les paysages des prestigieuses plages du chef-lieu où la bidonvilisation a grignoté des superficies de sable dans plusieurs localités côtières. En effet, selon le constat établi sur le terrain par Le Quotidien d'Oran, le phénomène de la bidonvilisation des plages de la contrée d'Aïn El Turck, héritage des précédentes APC, a pris une ampleur presque incontrôlable et, comble de l'ironie, ne semble à priori plus émouvoir quiconque. Ce déplorable état de fait a allègrement contribué, au fil des jours, à la disparition quasi-totale de grandes superficies de sable. Notons, que quelques mois auparavant, une opération de démolition de masures érigées sur les plages, a été menée par les services de l'APC d'Aïn El Turck, mais d'autres baraques, faisant office d'habitation, proposées à la location ou à la vente, et/ou de local commercial, ont été construites illicitement depuis. « Nous sommes disposés à apporter aide et assistance si le wali désigne une commission de la wilaya d'Oran pour un constat des lieux, qui sera suivi de mesures répressives contre les auteurs de cette infraction afin de donner l'exemple et de décourager tout éventuel contrevenant » ont fait remarquer des riverains de la localité de St Germain. Il importe de noter que l'ironie du sort veut que se soit la zone d'extension touristique, ZET, englobant le village de Cap Falcon, la localité de la Madrague et le lieudit Pain de Sucre, qui est la plus touchée par la bidonvilisation et ce, avec l'installation de plusieurs regroupements de masures hideuses, qui enlaidissent le paysage. Ce ne sont plus les fameux prétendus garages à bateau, qui ont fait leur temps, mais des constructions illicites avec des terrasses et vue imprenable sur mer, équipées de compteurs d'énergie électrique et qui se négocient à partir de 100 millions de centimes, sans aucun document administratif afférent.
Dans les prestigieuses localités de Paradis plage et de Claire fontaine, qui sont considérablement loin de refléter l'image du nom pour lequel elles ont été baptisées, les baraques érigées en parpaing et de la tôle ondulée, constituant un immense bidonville, ont entamé insidieusement le grignotement du sable. A Beau Séjour s'est carrément un alignement d'une dizaine de masures répugnantes, qui trônent hideusement depuis des années sur le sable à proximité du rivage. Ce déplorable constat, qui suscite l'ire et la consternation des riverains, s'est imposé au fil des jours dans les paysages de cette côte à la faveur d'un cumul d'incurie, additionné à l'incivisme,. Notons dans cette optique que, les éléments des brigades de la police de la protection de l'Urbanise et de l'environnement, PUPE, au même titre que ceux de la gendarmerie nationale, ont opéré chacun dans sa compétence territoriale et à maintes reprises ces dernières années, des interventions sur pratiquement toutes les plages et ce, pour annihiler des tentatives de constructions ou d'extensions illicites en interpellant les auteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.