14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

Alors que le dossier de l'immigration devient un enjeu politique qui fragilise la Chancelière allemande, Berlin veut passer à la vitesse supérieure, concernant les renvois de demandeurs d'asile originaires d'Algérie, du Maroc et de la Tunisie, en les inscrivant, avec la Géorgie, dans la liste des «pays sûrs». La démarche n'est pas nouvelle, puisqu'elle a déjà été proposée et rejetée, l'an dernier, et revient à la faveur d'une loi adoptée, hier, au Conseil des ministres du gouvernement allemand. Rappelons que pour mettre le droit de son côté, Berlin avait placé l'Algérie, tout comme ses deux voisins, le Maroc et la Tunisie, sur la liste des pays «sûrs». En inscrivant les trois capitales maghrébines sur cette liste, Merkel voulait une caution politique et surtout humanitaire pour renvoyer ces contingents de ‘harraga' chez eux, sans même avoir à motiver le refus d'accorder l'asile.
Pourtant, la Chambre haute du Parlement allemand a rejeté le projet de loi, visant à débouter, plus facilement, les demandeurs d'asile algériens, marocains et tunisiens. Adopté, l'an dernier, par les députés de la Chambre basse, le Bundestag, cette décision est perçue comme un revers pour la Chancelière Angela Merkel, en difficulté sur ce dossier. L'opposition du Bundesrat était prévisible, dans la mesure où les ‘Verts' et la gauche radicale, ‘Die Linke', avaient déjà signifié leur veto, à ce texte controversé. Le gouvernement cherche à inscrire ces pays sur cette liste comme c'est déjà le cas pour les pays des Balkans, non membres de l'Union européenne, ce qui permettrait aux services de l'immigration de rejeter de façon quasi-automatique les demandes d'asile de leurs ressortissants, sans même avoir à motiver ces refus. Berlin justifie cette décision, par le fait que les demandes d'asile, en provenance de ces pays sont déjà quasiment toutes rejetées, à plus de 99% pour la Géorgie et l'Algérie. Seuls 2,7% des demandes d'asile de Tunisiens et 4,1% des requêtes de Marocains, ont reçu une réponse positive des autorités allemandes, en 2017. Pourtant, les Associations de défense des droits de l'Homme s'opposent à cette action, en raison notamment, des discriminations visant les homosexuels, les atteintes à la liberté d'expression et les cas de torture qui y sont recensés. Concernant l'Algérie, le sujet des sans-papiers algériens, présents en Allemagne, a été l'un des dossiers brûlants entre les deux pays, discuté au plus haut niveau de responsabilité. Le cas a été, notamment, abordé lors de la visite, en janvier 2016, du Premier ministre de l'époque en Allemagne où la Chancelière Merkel, durement confrontée aux événements de la Saint Sylvestre de Cologne, avait clairement demandé à Sellal de s'occuper, sérieusement, des immigrés clandestins algériens, en Allemagne.
Steffen Seibert, porte-parole de la Chancellerie, était revenu sur cette question indiquant qu'il existe «un accord de rapatriement» mais que «dans la pratique, il reste des cas problématiques», rappelant les discussions bilatérales avec l'Algérie qui doit étudier quelque 2.300 dossiers puisque Sellal, tout en condamnant les violences de Cologne, a fait savoir qu'avant tout renvoi en Algérie, «il faut naturellement s'assurer qu'il s'agit bien d'Algériens». En mai de la même année, l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, avait confirmé la coopération de son institution avec son homologue allemande. «La police algérienne est disposée à coopérer avec la police allemande afin de trouver une solution au problème des Algériens installés clandestinement en Allemagne», avait-il indiqué, à l'issue de l'audience accordée au directeur général de la police fédérale allemande, Dieter Romann, précisant la nature «technique» de cette solution. Il a évoqué la «réadmission» des clandestins algériens établis en Allemagne, rappelant les accords en vigueur «à respecter».
La Chancelière allemande avait plaidé l'accélération du renvoi vers leur pays des ressortissants algériens déboutés du droit d'asile en Allemagne, mais le problème qui se pose est de les détecter. Une fois arrivés en Allemagne par les filières turques et grecques, les Algériens se débarrassent de leurs papiers essayant de se faire passer pour des Syriens ou des Irakiens pour bénéficier du droit d'asile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.