Réunion du CNRA du Caire (1957) : 1er Coup d'Etat au sein de la Révolution imposant la primauté du militaire sur le politique.    Premier League : Chelsea s'impose sur le fil face à Arsenal    Nouveau poste frontalier algéro-mauritanien : "apport qualitatif" dans les relations de coopération bilatérale    Distribution de 138.000 logements durant les trois derniers mois, 185.000 autres attendent l'aménagement extérieur    Illizi : plus de 2,6 mds de dinars pour améliorer le cadre de vie de la population locale    Coupe de la Confédération africaine (5e J/ Gr. D) : l'USMA pour s'approcher des quarts    Belmadi dévoile les membres de son staff technique    Le Président Bouteflika félicite son homologue malien à l'occasion de sa réélection    6 orpailleurs arrêtés à Bordj Badji Mokhtar    150 000 DA en faux billets récupérés à Sétif    ONU : quatre propositions pour protéger les Palestiniens    Décès de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan    DH El JADIDA - MCA / Casoni : « On vise la victoire avant le match décisif contre Sétif »    Pénurie de médicaments: Le ministère de la Santé rencontre les pharmaciens après l'Aïd    Un nouveau guide pour la ville d'Oran    Inscription en 1ère année primaire: Les précisions du ministère de l'Education    CR Belouizdad: Dans quel état d'esprit face au PAC ?    Arrêté pour corruption: Un sénateur exclu «définitivement» du RND    Mali: une victoire qui n'a rien de triomphal    Paranoïa    Mers El Kébir et Aïn El Turck: L'alimentation en eau potable fait encore parler d'elle !    Aïn Defla: Drame lors d'un cortège nuptial, quatre morts et huit blessés    Mostaganem: Un enfant de 4 ans meurt noyé    A moins d'une semaine de l'Aïd El Adha: Les prix du poulet restent élevés    Non, l'Emir Abdelkader n'est pas ce traître    Conceiçao refuse de vendre Brahimi    BeIN Sports et les ligues européennes dénoncent le piratage saoudien et Arabsat    Toni Kroos critique Özil    La France et la Turquie veulent mettre le "turbo"    Ghannouchi temporise    Moscou soutient Horst Köhler    Guerre interne au FFS    La fuite des cerveaux touche...les pétroliers    Nâama, Tlemcen et Sidi Bel Abbès concernées    Bouira prépare sa rentrée    Gros problème de poussière généré par la mine El Ouenza    Bachir Mustapha Sayed, ministre sahraoui des Territoires occupés :    "Djibouha ya l'oueled" chantée en choeur    Aretha Franklin tire sa révérence    "Thérapie au tango" dans les montagnes du Monténégro    Les assurances du ministère de l'Agriculture    Un sénateur radié du RND    Deux chefs de régions militaires limogés    300 nouveaux postes d'enseignants en tamazight    Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov décoré par la France    Des trésors de quatre époqueshistoriques    «Notre consensus est populaire sain et sincère, et non d'appareil !»    RND: Le sénateur élu à Tipasa radié pour corruption    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

Alors que le dossier de l'immigration devient un enjeu politique qui fragilise la Chancelière allemande, Berlin veut passer à la vitesse supérieure, concernant les renvois de demandeurs d'asile originaires d'Algérie, du Maroc et de la Tunisie, en les inscrivant, avec la Géorgie, dans la liste des «pays sûrs». La démarche n'est pas nouvelle, puisqu'elle a déjà été proposée et rejetée, l'an dernier, et revient à la faveur d'une loi adoptée, hier, au Conseil des ministres du gouvernement allemand. Rappelons que pour mettre le droit de son côté, Berlin avait placé l'Algérie, tout comme ses deux voisins, le Maroc et la Tunisie, sur la liste des pays «sûrs». En inscrivant les trois capitales maghrébines sur cette liste, Merkel voulait une caution politique et surtout humanitaire pour renvoyer ces contingents de ‘harraga' chez eux, sans même avoir à motiver le refus d'accorder l'asile.
Pourtant, la Chambre haute du Parlement allemand a rejeté le projet de loi, visant à débouter, plus facilement, les demandeurs d'asile algériens, marocains et tunisiens. Adopté, l'an dernier, par les députés de la Chambre basse, le Bundestag, cette décision est perçue comme un revers pour la Chancelière Angela Merkel, en difficulté sur ce dossier. L'opposition du Bundesrat était prévisible, dans la mesure où les ‘Verts' et la gauche radicale, ‘Die Linke', avaient déjà signifié leur veto, à ce texte controversé. Le gouvernement cherche à inscrire ces pays sur cette liste comme c'est déjà le cas pour les pays des Balkans, non membres de l'Union européenne, ce qui permettrait aux services de l'immigration de rejeter de façon quasi-automatique les demandes d'asile de leurs ressortissants, sans même avoir à motiver ces refus. Berlin justifie cette décision, par le fait que les demandes d'asile, en provenance de ces pays sont déjà quasiment toutes rejetées, à plus de 99% pour la Géorgie et l'Algérie. Seuls 2,7% des demandes d'asile de Tunisiens et 4,1% des requêtes de Marocains, ont reçu une réponse positive des autorités allemandes, en 2017. Pourtant, les Associations de défense des droits de l'Homme s'opposent à cette action, en raison notamment, des discriminations visant les homosexuels, les atteintes à la liberté d'expression et les cas de torture qui y sont recensés. Concernant l'Algérie, le sujet des sans-papiers algériens, présents en Allemagne, a été l'un des dossiers brûlants entre les deux pays, discuté au plus haut niveau de responsabilité. Le cas a été, notamment, abordé lors de la visite, en janvier 2016, du Premier ministre de l'époque en Allemagne où la Chancelière Merkel, durement confrontée aux événements de la Saint Sylvestre de Cologne, avait clairement demandé à Sellal de s'occuper, sérieusement, des immigrés clandestins algériens, en Allemagne.
Steffen Seibert, porte-parole de la Chancellerie, était revenu sur cette question indiquant qu'il existe «un accord de rapatriement» mais que «dans la pratique, il reste des cas problématiques», rappelant les discussions bilatérales avec l'Algérie qui doit étudier quelque 2.300 dossiers puisque Sellal, tout en condamnant les violences de Cologne, a fait savoir qu'avant tout renvoi en Algérie, «il faut naturellement s'assurer qu'il s'agit bien d'Algériens». En mai de la même année, l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, avait confirmé la coopération de son institution avec son homologue allemande. «La police algérienne est disposée à coopérer avec la police allemande afin de trouver une solution au problème des Algériens installés clandestinement en Allemagne», avait-il indiqué, à l'issue de l'audience accordée au directeur général de la police fédérale allemande, Dieter Romann, précisant la nature «technique» de cette solution. Il a évoqué la «réadmission» des clandestins algériens établis en Allemagne, rappelant les accords en vigueur «à respecter».
La Chancelière allemande avait plaidé l'accélération du renvoi vers leur pays des ressortissants algériens déboutés du droit d'asile en Allemagne, mais le problème qui se pose est de les détecter. Une fois arrivés en Allemagne par les filières turques et grecques, les Algériens se débarrassent de leurs papiers essayant de se faire passer pour des Syriens ou des Irakiens pour bénéficier du droit d'asile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.