Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boomerang
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018


L'Algérie, tout comme les pays de la rive sud de la Méditerranée, est depuis quelque temps pilonnée par la diplomatie européenne sur le délicat dossier de l'immigration clandestine. L'UE comme ses pays membres sont revenus à la charge pour demander crûment aux pays d'origine de reprendre leurs ressortissants en situation illégale dans l'espace européen. La chancelière allemande Angela Merkel s'est chargée de l'exprimer les yeux dans les yeux aux responsables algériens. Auparavant, c'était le président français de faire la même requête de rapatriement des ressortissants algériens en situation illégale dans l'Hexagone. Le rush de milliers de réfugiés syriens, irakiens, afghans et ressortissants d'Asie mineure, dans le sillage de l'embrasement du conflit en Syrie et les massacres ethniques en Irak, avait provoqué une grande panique dans les milieux xénophobes et racistes au sein de l'ensemble européen. Une Europe terrorisée d'être, à son tour, la proie du terrorisme, que ces milliers de réfugiés et de clandestins venus également d'Afrique sont accusés de faire peser sur la sécurité au sein d'un ensemble pas tellement solidaire face aux grandes mutations régionales. Les démarches actuelles de plusieurs capitales européennes, dont l'Italie, pour que le phénomène migratoire en provenance du Maghreb et d'Afrique soit maîtrisé, contenu, sont pathétiques. L'UE envisage même de «rétribuer» les bons collaborateurs de sa politique de «containment» de l'immigration clandestine et, dans la foulée, demande même l'assistance des pays de la rive sud concernés par les mesures de reconduites aux frontières de leurs ressortissants. Dans la foulée, l'UE est en train de se blinder contre les vagues migratoires, de pratiquement construire un mur de défense contre les tentatives d'incursion de ces milliers de postulants à l'eldorado européen. Après les mesures de lutte contre l'immigration clandestine des années 2000 - 2010, les systèmes de défense en mer et sur terre avec le dispositif Frontex, l'UE en est venue à demander l'installation de camps de rétention dans les pays de transit. Mais, dans toutes les capitales européennes, qui veulent se prémunir dorénavant contre l'immigration clandestine, l'objectif tracé au milieu des années 2000, qui consistait à aider les pays émetteurs à mieux assurer leur développement économique, a été oublié en cours de route. Maintenant, il est trop tard pour lutter contre un phénomène devenu planétaire, comme il est hypocrite d'occulter la panique qui s'est emparée des politiques européens, au sein de ceux qui ont soutenu depuis le début l'opposition syrienne, dont des franchises terroristes actuellement en pleine débâcle. Et qui va fatalement tenter de trouver refuge en Europe. Car, l'Europe a peur des retombées, catastrophiques pour sa sécurité, de la reprise en main des autorités syriennes de la situation dans le pays. La trop grande implication de plusieurs pays européens dans le conflit syrien est une donnée non pas aléatoire mais réelle dans cette crise, qui dure depuis 2011 et qui a, elle aussi, provoqué des vagues de réfugiés qui n'ont de pareilles que ce qui s'est passé en 1994 au Rwanda. Ce qui explique en grande partie cette peur soudaine des Européens qui veulent se défaire des étrangers «illégaux». Leur crainte est que le mélange entre les ressortissants de plusieurs pays, dont ceux venus de Syrie, et notamment d'anciens membres de franchises terroristes que l'UE avait fourni en armes, provoque la naissance de foyers durables de terroristes potentiels en Europe.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.