Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Le débat est ailleurs    Transfert illicite de capitaux: Les douanes cibleront les passagers à risque dès 2019    Chlef: Ténès se souvient    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Coupe d'Algérie - 32es de finale: Le MCO, le PAC et le CABBA passent, la JSK au tapis    MC Saïda: Un avenir très incertain    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    MCA-Al Merreikh (Soudan) en quarts de finale    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    150 demandes de brevet d'invention déposées depuis début 2018    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Sahara occidental : Notre bataille au niveau de la justice européenne a changé le cours du conflit    Transport & logistique : Les principales contraintes aux exportations    Grève des travailleurs en CTA du Complexe sidérurgique d'El Hadjar : Le dialogue et la concertation priment pour dénouer la situation    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Des produits aux substances dangereuses    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Coupe d'Algérie de football (32es de finale) : MB Bazer Sakhra, première surprise des 32es de finale    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    Journée arabe de la police: Une centaine de policiers promus à Sidi Bel Abbès    Constantine: Des bénéficiaires du LPL réclament l'accélération de la remise des clés    «The Algiers Singers» en concert: Ambiance festive à Notre Dame d'Afrique    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Les dangereuses nouvelles filières    Décès du vice-président de l'APW    Ahl El Andalous et leurs invités, ce soir, à l'Opéra d'Alger    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boomerang
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018


L'Algérie, tout comme les pays de la rive sud de la Méditerranée, est depuis quelque temps pilonnée par la diplomatie européenne sur le délicat dossier de l'immigration clandestine. L'UE comme ses pays membres sont revenus à la charge pour demander crûment aux pays d'origine de reprendre leurs ressortissants en situation illégale dans l'espace européen. La chancelière allemande Angela Merkel s'est chargée de l'exprimer les yeux dans les yeux aux responsables algériens. Auparavant, c'était le président français de faire la même requête de rapatriement des ressortissants algériens en situation illégale dans l'Hexagone. Le rush de milliers de réfugiés syriens, irakiens, afghans et ressortissants d'Asie mineure, dans le sillage de l'embrasement du conflit en Syrie et les massacres ethniques en Irak, avait provoqué une grande panique dans les milieux xénophobes et racistes au sein de l'ensemble européen. Une Europe terrorisée d'être, à son tour, la proie du terrorisme, que ces milliers de réfugiés et de clandestins venus également d'Afrique sont accusés de faire peser sur la sécurité au sein d'un ensemble pas tellement solidaire face aux grandes mutations régionales. Les démarches actuelles de plusieurs capitales européennes, dont l'Italie, pour que le phénomène migratoire en provenance du Maghreb et d'Afrique soit maîtrisé, contenu, sont pathétiques. L'UE envisage même de «rétribuer» les bons collaborateurs de sa politique de «containment» de l'immigration clandestine et, dans la foulée, demande même l'assistance des pays de la rive sud concernés par les mesures de reconduites aux frontières de leurs ressortissants. Dans la foulée, l'UE est en train de se blinder contre les vagues migratoires, de pratiquement construire un mur de défense contre les tentatives d'incursion de ces milliers de postulants à l'eldorado européen. Après les mesures de lutte contre l'immigration clandestine des années 2000 - 2010, les systèmes de défense en mer et sur terre avec le dispositif Frontex, l'UE en est venue à demander l'installation de camps de rétention dans les pays de transit. Mais, dans toutes les capitales européennes, qui veulent se prémunir dorénavant contre l'immigration clandestine, l'objectif tracé au milieu des années 2000, qui consistait à aider les pays émetteurs à mieux assurer leur développement économique, a été oublié en cours de route. Maintenant, il est trop tard pour lutter contre un phénomène devenu planétaire, comme il est hypocrite d'occulter la panique qui s'est emparée des politiques européens, au sein de ceux qui ont soutenu depuis le début l'opposition syrienne, dont des franchises terroristes actuellement en pleine débâcle. Et qui va fatalement tenter de trouver refuge en Europe. Car, l'Europe a peur des retombées, catastrophiques pour sa sécurité, de la reprise en main des autorités syriennes de la situation dans le pays. La trop grande implication de plusieurs pays européens dans le conflit syrien est une donnée non pas aléatoire mais réelle dans cette crise, qui dure depuis 2011 et qui a, elle aussi, provoqué des vagues de réfugiés qui n'ont de pareilles que ce qui s'est passé en 1994 au Rwanda. Ce qui explique en grande partie cette peur soudaine des Européens qui veulent se défaire des étrangers «illégaux». Leur crainte est que le mélange entre les ressortissants de plusieurs pays, dont ceux venus de Syrie, et notamment d'anciens membres de franchises terroristes que l'UE avait fourni en armes, provoque la naissance de foyers durables de terroristes potentiels en Europe.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.