Jamal Khashoggi : son dernier article au Washington post avant d'être décapitée par les saoudiens    Hakim Saheb. Avocat et enseignant à la faculté de droit à Tizi Ouzou : C'est une situation alégale et un coup de force prolongé !    Afripol – AN 1 Quelques accomplis et beaucoup de résolutions    Installation de la Commission nationale chargée de l'organisation des manifestations économiques à l'étranger    Tipasa : Une opacité qui produit de l'anarchie    L'amélioration du processus électoral en Algérie est une mission nationale    Le Canada légalise le cannabis    Pour ou contre : Le niqab interdit dans les lieux de travail    El Tarf : Saisie de psychotropes au poste frontalier d'Oum Tboul    En bref…    Visite guidée à Azemour Oumeriem… élu pour sa propreté    Youcef Aouchiche. Président de l'APW : Nos efforts se poursuivront pour élargir davantage la participation    Nadir Dendoune : Un journaliste pas comme les autres    Amina Kara Mecheti. Directrice associée de International Talents Network et présidente du club DiasporAfrica : La diaspora algérienne joue un rôle fondamental, je dirai même vital dans le développement de l'Afrique    L'Agex de la Fédération algérienne de boxe contestée    J'estime faire simplement mon devoir de citoyen en relatant mon vécu    La Mostra de Valencia… El gran retorno    14 promoteurs immobiliers défaillants sur liste noire    Des proches du prince héritier Mohamed Ben Salmane parmi les suspects    Les carences logistiques à l'origine du gaspillage alimentaire    Une enveloppe supplémentaire de 300 milliards de centimes pour l'aménagement extérieur    Le feuilleton Badou Zaki connaît son épilogue    Enième report du coup d'envoi du championnat    Le GS Pétroliers à la reconquête de l'Afrique    L'après-Bouhadja à l'APN: Le compte à rebours a commencé    Macron en toute petite forme    Aéroport international d'Alger: Saisie de plus de 250.000 euros    Handball - Division Excellence: En l'absence des trois leaders    APN : ils ont touché le fond et ils continuent de creuser!    Lettre ouverte à ceux qui détiennent le pouvoir    El-Bayadh: Une série d'infrastructures inaugurées    Chlef: 260 logements attribués le 1er novembre    L'incivisme politique    Saisie de 18 kg de Kif traité    Arrestation d'un élément de soutien aux groupes terroristes à Batna    Un statut d'observateur au sein du Groupe des 77    «L'utilisation du GPL devra atteindre 500 000 véhicules d'ici 2020»    Appel à mettre fin aux situations coloniales subsistantes    Eviter le doute, après la victoire de Blida    Qualifications CAN-2019 (4e J - Gr. D)    Le fichier national du logement écarte 5.712 candidats des listes    Commémoration du 17 octobre 1961 à Paris    Non à la culture de l'oubli    Mise à niveau des activités économiques    La promesse du nouveau consul général à Oran    Coup de force contre Bouhadja    Ali Haddad en route pour un deuxième mandat    Les co-leaders en déplacement périlleux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Depuis le début du conflit syrien, Israël ne cesse d'entreprendre des frappes aériennes et même des incursions militaires terrestres en territoire syrien avec pour justification permanente à ses agressions qu'elles ont pour cibles des sites et infrastructures abritant une présence militaire iranienne ou recelant des arsenaux d'armement létaux sophistiqués destinés par Téhéran au Hezbollah libanais. Pour des considérations qui lui sont propres, Moscou, dont les forces armées interviennent aux côtés de celles du régime syrien, n'a pas remis en cause ce «droit» d'intervention que l'Etat sioniste s'est arrogé au prétexte de la menace que représente pour sa sécurité nationale la présence militaire iranienne en Syrie et le renforcement par le Hezbollah de son potentiel militaire. Mais Vladimir Poutine a convenu avec le Premier ministre de l'Etat sioniste, Benjamin Netanyahu, de l'instauration d'un canal de communication et de contact au but d'éviter que les interventions israéliennes ne provoquent une situation conflictuelle entre leur deux pays en ciblant pour quelque raison que ce soit des positions d'aéronefs ou des infrastructures russes en Syrie.
Le crash d'avant-hier au large de la Syrie d'un avion russe et la mort de ses quinze passagers militaires a démontré que ce canal de prévention convenu entre Moscou et Tel-Aviv n'a pas fonctionné pour une raison que les autorités israéliennes ne sont pas prêtes à dévoiler. C'est un secret de Polichinelle qu'avant de lancer des attaques en territoire syrien les militaires israéliens en avisent leurs homologues Russes afin de s'assurer qu'il n'en résulterait pas d'incidents fâcheux entre leur deux armées.
En faisant commettre à leur aviation l'attaque aérienne d'avant-hier au-dessus de la province de Lattaquié les responsables politiques et militaires israéliens n'ont pas pleinement respecté les stipulations de l'accord entre Moscou et Tel-Aviv que quelques instant avant le crash de l'avion russe qui aurait pu être évité par son détournement de la zone où a opéré l'aviation israélienne si l'avertissement avait été plus précoce. Certes, les investigations russes ont déterminé que c'est la défense aérienne syrienne qui a abattu l'avion. Mais elles ont également établi que c'est la partie israélienne qui a été cause de l'enchaînement qui a provoqué son crash. Pour des considérations dont il est seul à en connaître, Vladimir Poutine s'est gardé de jeter de l'huile sur le feu de la tension que l'incident a provoqué entre Moscou et Tel-Aviv. Mais le président russe n'est pas réputé laisser son pays être humilié sans réagir. Il n'y a aucun doute qu'Israël l'apprendra à ses dépens en Syrie à un moment où à un autre en constatant que le ciel syrien va devenir de plus en plus dangereux à violer pour son aviation et ses missiles.
Aveuglé par le sentiment qu'il peut agresser et provoquer qui il veut en toute impunité, l'Etat sioniste n'est pas à l'abri de commettre la faute de récidiver un incident impliquant les militaires russes en Syrie. Poutine, qui, au fond, ne lui pardonne pas celui qui a eu lieu avant-hier, se chargera de lui démontrer qu'il a tort de narguer l'ours russe même en bénéficiant de la protection américaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.