Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Depuis le début du conflit syrien, Israël ne cesse d'entreprendre des frappes aériennes et même des incursions militaires terrestres en territoire syrien avec pour justification permanente à ses agressions qu'elles ont pour cibles des sites et infrastructures abritant une présence militaire iranienne ou recelant des arsenaux d'armement létaux sophistiqués destinés par Téhéran au Hezbollah libanais. Pour des considérations qui lui sont propres, Moscou, dont les forces armées interviennent aux côtés de celles du régime syrien, n'a pas remis en cause ce «droit» d'intervention que l'Etat sioniste s'est arrogé au prétexte de la menace que représente pour sa sécurité nationale la présence militaire iranienne en Syrie et le renforcement par le Hezbollah de son potentiel militaire. Mais Vladimir Poutine a convenu avec le Premier ministre de l'Etat sioniste, Benjamin Netanyahu, de l'instauration d'un canal de communication et de contact au but d'éviter que les interventions israéliennes ne provoquent une situation conflictuelle entre leur deux pays en ciblant pour quelque raison que ce soit des positions d'aéronefs ou des infrastructures russes en Syrie.
Le crash d'avant-hier au large de la Syrie d'un avion russe et la mort de ses quinze passagers militaires a démontré que ce canal de prévention convenu entre Moscou et Tel-Aviv n'a pas fonctionné pour une raison que les autorités israéliennes ne sont pas prêtes à dévoiler. C'est un secret de Polichinelle qu'avant de lancer des attaques en territoire syrien les militaires israéliens en avisent leurs homologues Russes afin de s'assurer qu'il n'en résulterait pas d'incidents fâcheux entre leur deux armées.
En faisant commettre à leur aviation l'attaque aérienne d'avant-hier au-dessus de la province de Lattaquié les responsables politiques et militaires israéliens n'ont pas pleinement respecté les stipulations de l'accord entre Moscou et Tel-Aviv que quelques instant avant le crash de l'avion russe qui aurait pu être évité par son détournement de la zone où a opéré l'aviation israélienne si l'avertissement avait été plus précoce. Certes, les investigations russes ont déterminé que c'est la défense aérienne syrienne qui a abattu l'avion. Mais elles ont également établi que c'est la partie israélienne qui a été cause de l'enchaînement qui a provoqué son crash. Pour des considérations dont il est seul à en connaître, Vladimir Poutine s'est gardé de jeter de l'huile sur le feu de la tension que l'incident a provoqué entre Moscou et Tel-Aviv. Mais le président russe n'est pas réputé laisser son pays être humilié sans réagir. Il n'y a aucun doute qu'Israël l'apprendra à ses dépens en Syrie à un moment où à un autre en constatant que le ciel syrien va devenir de plus en plus dangereux à violer pour son aviation et ses missiles.
Aveuglé par le sentiment qu'il peut agresser et provoquer qui il veut en toute impunité, l'Etat sioniste n'est pas à l'abri de commettre la faute de récidiver un incident impliquant les militaires russes en Syrie. Poutine, qui, au fond, ne lui pardonne pas celui qui a eu lieu avant-hier, se chargera de lui démontrer qu'il a tort de narguer l'ours russe même en bénéficiant de la protection américaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.