« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Depuis le début du conflit syrien, Israël ne cesse d'entreprendre des frappes aériennes et même des incursions militaires terrestres en territoire syrien avec pour justification permanente à ses agressions qu'elles ont pour cibles des sites et infrastructures abritant une présence militaire iranienne ou recelant des arsenaux d'armement létaux sophistiqués destinés par Téhéran au Hezbollah libanais. Pour des considérations qui lui sont propres, Moscou, dont les forces armées interviennent aux côtés de celles du régime syrien, n'a pas remis en cause ce «droit» d'intervention que l'Etat sioniste s'est arrogé au prétexte de la menace que représente pour sa sécurité nationale la présence militaire iranienne en Syrie et le renforcement par le Hezbollah de son potentiel militaire. Mais Vladimir Poutine a convenu avec le Premier ministre de l'Etat sioniste, Benjamin Netanyahu, de l'instauration d'un canal de communication et de contact au but d'éviter que les interventions israéliennes ne provoquent une situation conflictuelle entre leur deux pays en ciblant pour quelque raison que ce soit des positions d'aéronefs ou des infrastructures russes en Syrie.
Le crash d'avant-hier au large de la Syrie d'un avion russe et la mort de ses quinze passagers militaires a démontré que ce canal de prévention convenu entre Moscou et Tel-Aviv n'a pas fonctionné pour une raison que les autorités israéliennes ne sont pas prêtes à dévoiler. C'est un secret de Polichinelle qu'avant de lancer des attaques en territoire syrien les militaires israéliens en avisent leurs homologues Russes afin de s'assurer qu'il n'en résulterait pas d'incidents fâcheux entre leur deux armées.
En faisant commettre à leur aviation l'attaque aérienne d'avant-hier au-dessus de la province de Lattaquié les responsables politiques et militaires israéliens n'ont pas pleinement respecté les stipulations de l'accord entre Moscou et Tel-Aviv que quelques instant avant le crash de l'avion russe qui aurait pu être évité par son détournement de la zone où a opéré l'aviation israélienne si l'avertissement avait été plus précoce. Certes, les investigations russes ont déterminé que c'est la défense aérienne syrienne qui a abattu l'avion. Mais elles ont également établi que c'est la partie israélienne qui a été cause de l'enchaînement qui a provoqué son crash. Pour des considérations dont il est seul à en connaître, Vladimir Poutine s'est gardé de jeter de l'huile sur le feu de la tension que l'incident a provoqué entre Moscou et Tel-Aviv. Mais le président russe n'est pas réputé laisser son pays être humilié sans réagir. Il n'y a aucun doute qu'Israël l'apprendra à ses dépens en Syrie à un moment où à un autre en constatant que le ciel syrien va devenir de plus en plus dangereux à violer pour son aviation et ses missiles.
Aveuglé par le sentiment qu'il peut agresser et provoquer qui il veut en toute impunité, l'Etat sioniste n'est pas à l'abri de commettre la faute de récidiver un incident impliquant les militaires russes en Syrie. Poutine, qui, au fond, ne lui pardonne pas celui qui a eu lieu avant-hier, se chargera de lui démontrer qu'il a tort de narguer l'ours russe même en bénéficiant de la protection américaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.