«Khat el Assil» tient son 2ème Congrès à Béjaïa    Le Premier ministre de la République de Corée, en visite officielle à Alger    Rencontre la semaine prochaine pour finaliser les procédures    Un programme d'aménagement de plus de 150 km de pistes agricoles    Oussama Sahnoune éliminé    Festival culturel national de théâtre d'expression amazighe    Complexe sidérurgique Sider El Hadjar (Annaba): Des protestataires bloquent la chaîne de production    Réunion sur la réforme du Conseil de sécurité: L'Algérie défend la place de l'Afrique à l'ONU    «Les gilets jaunes imités»: Protestations en Hollande, Croatie et Israël    Report de la présidentielle 2019: Le RND dit «non» à Makri    Lutte contre le trafic de drogue: Saisie de 132 kg de kif    Illoula Oumalou: Journée d'information sur l'emploi    AIN EL TURCK (ORAN) : Une bagarre rangée entre élus de l'APC    CENTRE NATIONAL DU PERMIS DE CONDUIRE : Les auto-écoles soumises à un nouveau cahier des charges    MEILLEUR FILM DE SENSIBILISATION CONTRE LA DROGUE : La DGSN remporte le premier prix    UNIVERSITE DE MOSTAGANEM : Un Forum sur les activités artistiques dans le primaire    Hocine AIT AHMED / 15 Décembre ou la fin d'un exil    Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    Riyad Mahrez dans la short-list    Giresse vise la demi-finale de la CAN-2019    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Rencontre SAA-opérateurs économiques de la région    Le calendrier fixé    La mémoire, madame, la mémoire !    Le satisfecit d'Alger    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Comme dans la vie    En bref    Accidents de travail : 26 décès depuis le début de l'année    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Une femme découverte pendue dans sa maison    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Le Stade Malien en quête de revanche    Entame de l'édition 2018 à Oran    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    La CAF face aux retraits de dernières minutes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers l'éradication du site de stockage de «la jumenterie»: Plus de 100 tonnes de déchets hospitaliers du CHUO traitées
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Considérés comme des produits toxiques nuisibles tant à la santé publique qu'à l'environnement, les déchets spéciaux générés par les actes médicaux et chirurgicaux ne sont pas toujours éliminés selon les normes. Pour mettre fin à une situation qui fait couler beaucoup d'ancre, la direction du Centre hospitalo-universitaire d'Oran (CHUO) a pris toutes les mesures nécessaires pour éradiquer le dépotoir constitué de plusieurs tonnes de déchets hospitaliers qui s'accumulent depuis une dizaine d'années au niveau du site dit « la jumenterie ». Ainsi et après quelques mois depuis le lancement de cette opération d'assainissement, plus de 100 tonnes de déchets de soins et autres ont pu être ramassées, soit les deux tiers des déchets entassés au niveau de ce site depuis plusieurs années, selon des sources de cet hôpital. Cette initiative a été saluée par les malades et le personnel de l'hôpital, surtout que des tonnes de déchets hospitaliers, résultant des activités de soins du CHUO, placés dans des sacs en plastique, s'accumulaient au niveau de ce site depuis une dizaine d'année. La même source a tenu a souligner que la quantité restante sera ramassée incessamment, pour assainir ce site une fois pour toutes et clore ce dossier. S'agissant des conditions de stockage de la quantité qui reste, la même source a estimé qu'il n'y a pas de risques de contamination, soulignant que les déchets sont déposés dans un endroit clôturé et éloigné des services de l'hôpital.
Fin 2017, la direction du CHU Benzerdjeb d'Oran a entrepris des démarches pour confier le traitement de ses déchets à une entreprise privée. il s'agit de l'entreprise Eco Est, une entreprise nationale spécialisée dans ce domaine. Depuis, l'entreprise choisie prend en charge le stock des déchets de soins cumulés au niveau de la jumenterie au fur à mesure, et se charge également des déchets générés quotidiennement par les différents services de soins et de chirurgie de l'hôpital. Selon la même source, à ce jour, l'entreprise en question a pu prendre en charge près de 315 tonnes de déchets spéciaux, dont plus de 100 tonnes qui étaient entassées à la jumenterie. Le reste représente les déchets quotidiens par l'activité de soins et de chirurgie des différents services avec une moyenne de quelque 400 kilos par jour. Notre source ajoute que cette entreprise est dotée d'un banaliseur. Ce dernier permet un traitement des déchets avec une réduction du volume et une diminution de la masse. Les banaliseurs sont dotés de systèmes intégrés (groupe vapeur, compresseur d'air, adoucisseur d'eau, évacuation des broyats), ce qui assure une sérialisation (les déchets sont brassés durant tout le cycle de traitement). La cumulation des déchets du CHUO a été justifiée par l'arrêt du banaliseur (appareil pour l'incinération des déchets de soins) de l'établissement, soulignant l'inexistence à Oran d'entreprise spécialisée dans ce créneau... Sachant qu'un lit d'hôpital produit un kilogramme de déchets par jour, l'élimination de ces déchets d'activités de soins n'est ni organisée, ni structurée, ni sécurisée dans de nombreux établissements hospitaliers et en particulier dans les clinques privées. Pour faire face à cette situation, la direction de la Santé et les services de l'environnement organisent régulièrement des opérations de contrôle et d'inspection. A Oran quelque 230 établissements de santé génèrent annuellement prés de 5.500 tonnes de déchets spéciaux dont 25% sont constitués de déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI). Pour les différencier et les traiter à part, il faut au préalable un tri des déchets hospitaliers, ce qui n'est pas évident dans la majorité des lieux où ils sont produits, c'est-à-dire les hôpitaux, les cliniques, mais aussi les laboratoires et tous les autres établissements où se pratiquent les soins en rapport avec la santé, jusqu'aux banques de sang.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.