Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

Quand tout est vertical et rien horizontal, ceux qui se trouvent au sommet de la pyramide des privilèges soit par la force des choses, soit par accident de l'histoire, sont pratiquement tous atteints du mal des hauteurs. Grisés par l'altitude, ils se voient les maîtres de la plèbe qui leur renvoie les mirages d'un pouvoir éternel. Le vertige les saoule jusqu'à ce qu'ils soient touchés de myopie incorrigible qui les rend aveugles à leur propre passé récent. D'autres s'enferment dans leur tour d'ivoire pour se blinder contre les phobies de la réalité qui les dépasse. Ils se transforment en petits tyrans actionneurs d'arbitraire et de peines. Leur arrogance est plus grande que le talent qui leur manque.
L'indécence et le narcissisme sont des marques de fabrique. Ils en abusent jusqu'à la lie. Ils se bourrent jusqu'au petit matin. Les caméras de télévision ne les contentent plus du fait de la théâtralisation au goût de navet qui ne fait plus de l'audimat. La presse est trop élitiste à leurs yeux, elle les intéresse peu dans la mesure où elle ne ratisse pas dans le périmètre de leur dessein. Tout ce monde est là par le fait d'un système « élitiste» qui a rendu le citoyen dépendant et assisté, bridé et étouffé. « L'Etat est là pour lui ». Mais qu'est-ce que c'est qu'un Etat sans tous ses enfants d'ici ou d'ailleurs, ceux qui sont partis ou ceux qui cherchent à partir, pensant que les opportunités d'une meilleure vie sont hors de ce pays qui sème en eux à chaque rendez-vous raté les peurs et les drames cycliques ?
Bémol !
Heureusement que le monde est fait d'un peu de tout. Il y a aussi la droiture et l'intégrité, le talent et les compétences, le dévouement pour les faibles et les causes justes… Quoique les personnes portant en elles ces valeurs soient une denrée rare au milieu d'une jungle, leur présence protège des vents les petites flammes d'espoir pour qu'elles ne s'éteignent pas.
Ainsi, certains responsables « empathiques » essayent non sans difficulté de quitter leurs habits protocolaires de commis de l'Etat pour aller tout droit à la rencontre de personnalités de la société civile dans le but d'ouvrir des canaux d'échanges et des soupapes de sécurité en ces temps de confusion et de bouillonnement social dû au mépris ressenti. En tendant ces passerelles horizontales, ils tentent de court-circuiter les relais traditionnels, souffrant d'illégitimité et de carence… et briser la verticalité écrasante pour que la confiance ne déserte pas le bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.