Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

Quand tout est vertical et rien horizontal, ceux qui se trouvent au sommet de la pyramide des privilèges soit par la force des choses, soit par accident de l'histoire, sont pratiquement tous atteints du mal des hauteurs. Grisés par l'altitude, ils se voient les maîtres de la plèbe qui leur renvoie les mirages d'un pouvoir éternel. Le vertige les saoule jusqu'à ce qu'ils soient touchés de myopie incorrigible qui les rend aveugles à leur propre passé récent. D'autres s'enferment dans leur tour d'ivoire pour se blinder contre les phobies de la réalité qui les dépasse. Ils se transforment en petits tyrans actionneurs d'arbitraire et de peines. Leur arrogance est plus grande que le talent qui leur manque.
L'indécence et le narcissisme sont des marques de fabrique. Ils en abusent jusqu'à la lie. Ils se bourrent jusqu'au petit matin. Les caméras de télévision ne les contentent plus du fait de la théâtralisation au goût de navet qui ne fait plus de l'audimat. La presse est trop élitiste à leurs yeux, elle les intéresse peu dans la mesure où elle ne ratisse pas dans le périmètre de leur dessein. Tout ce monde est là par le fait d'un système « élitiste» qui a rendu le citoyen dépendant et assisté, bridé et étouffé. « L'Etat est là pour lui ». Mais qu'est-ce que c'est qu'un Etat sans tous ses enfants d'ici ou d'ailleurs, ceux qui sont partis ou ceux qui cherchent à partir, pensant que les opportunités d'une meilleure vie sont hors de ce pays qui sème en eux à chaque rendez-vous raté les peurs et les drames cycliques ?
Bémol !
Heureusement que le monde est fait d'un peu de tout. Il y a aussi la droiture et l'intégrité, le talent et les compétences, le dévouement pour les faibles et les causes justes… Quoique les personnes portant en elles ces valeurs soient une denrée rare au milieu d'une jungle, leur présence protège des vents les petites flammes d'espoir pour qu'elles ne s'éteignent pas.
Ainsi, certains responsables « empathiques » essayent non sans difficulté de quitter leurs habits protocolaires de commis de l'Etat pour aller tout droit à la rencontre de personnalités de la société civile dans le but d'ouvrir des canaux d'échanges et des soupapes de sécurité en ces temps de confusion et de bouillonnement social dû au mépris ressenti. En tendant ces passerelles horizontales, ils tentent de court-circuiter les relais traditionnels, souffrant d'illégitimité et de carence… et briser la verticalité écrasante pour que la confiance ne déserte pas le bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.