Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018


Dimanche 11 novembre 2018 :
Des éditeurs de la presse en ligne ont exprimé mercredi 7, à Alger, leur solidarité et leur refus de la «persécution et de l'emprisonnement des journalistes». Le syndicat algérien des éditeurs de la presse électronique (SAEPE) a donc organisé une conférence de presse en solidarité avec les confrères emprisonnés ; l'occasion d'évoquer «les dépassements» qui ont caractérisé ces affaires. On a détaillé des «vices de forme» lors des arrestations des journalistes. «Ceci est illégal», a-t-il affirmé, ajoutant que Adlane Mellah (animateur d'un site) a également été empêché de voir son avocat avant d'être présenté devant le procureur, ce qui est aussi non-conforme au code des procédures pénales.
Autre problème soulevé : «Cette persécution a été rendue possible par «un déni qui se poursuit» de la part des autorités de la reconnaissance de la presse en ligne comme médias à part entière».
Côté ministère de la Communication, c'est le silence radio. Pas concerné ? «Nous attendons plus que jamais du ministre de la Communication des mesures concrètes pour lever l'embargo institutionnel dont est victime la presse électronique», indiquent ces éditeurs en rappelant avoir proposé au ministère un projet de pacte d'avenir pour l'émergence des médias en ligne en Algérie.
Le syndicat, qui compte désormais plus de 40 éditeurs de presse en ligne, s'est également dressé «contre les comportements de certains confrères devenus procureurs et ennemis de la presse», a déclaré le directeur de Maghreb Emergent et membre du syndicat.
La couverture des arrestations faite par la télévision privée «Ennahar TV», a été largement critiquée pour «atteinte à la présomption d'innocence». Ladite télévision avait diffusé en boucle des images des accusés à leur arrivée au tribunal pour comparaître devant le juge d'instruction. La chaîne a aussi avancé des accusations de «chantage et d'extorsion» démenties par l'avocat d'Abdou Semmar.
«Une campagne de criminalisation du web-journalisme a été déclenchée dans certaines télévisions privées alors qu'une d'entre elles, «Ennahar TV», est devenue le procureur général à charge contre notre corporation, piétinant toute règle de protection des droits du citoyen face à la justice», a indiqué le syndicat dans un communiqué.
Le syndicat rejette également la campagne de «stigmatisation» de la presse en ligne. «Nous ne sommes pas des relais de la cyber-dissidence». Seront-ils entendus ? Pas sûr tant que les textes d'application de la loi relative à l'information ne sont pas encore produits. On continuera donc à nager dans le marécage de l'informel et dans la «persécution».
Lundi 12 novembre 2018 :
Le roi du Maroc a lancé un «appel» pour l'ouverture d'un «dialogue franc et direct» sans a priori avec l'Algérie. Il propose un «mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation», oubliant l'existence de l'Uma. Mais l'Algérie ne répond pas au discours de Mohammed VI. Car, l'appel ne respecte pas les usages diplomatiques qui consisteraient à emprunter pour ce faire les voies habituelles des représentations. Il est d'usage en diplomatie que les demandes de ce genre se négocient via des canaux et dans la discrétion. Une «manœuvre destinée à la consommation médiatique» surtout aux opinions publiques étrangères... toujours incomplètement informées des tenants et aboutissants des «crises» arabes ?
Mardi 13 novembre 2018 :
Il était temps. On apprend ainsi que l'ambassade d'Algérie à Washington a signé un contrat d'une année avec la firme-conseil américaine, Keene Consulting, destiné à promouvoir l'image et les centres d'intérêt de l'Algérie aux Etats-Unis. Le contrat, paraphé le 1er novembre dernier avec David Keene, qui dirige ce cabinet de consulting, a été rendu nécessaire par le besoin «de bâtir sur le succès de la première semaine de l'Algérie à Washington, pour faire connaître davantage le pays et promouvoir ses centres d'intérêt et les opportunités qu'il peut offrir à la communauté d'affaires américaine», explique-t-on. Ancien président de la National Rifle Association (NRA), le lobby des armes aux Etats-Unis (un C.V. pas reluisant, il est vrai ! mais business is business comme pourrait dire Ould Kaddour), David Keene «devrait apporter une contribution de qualité à la promotion de l'image de l'Algérie tant au niveau de l'exécutif américain que du Congrès et du monde des affaires», précise-t-on. L'Algérie s'est déjà offert les services du cabinet Foley Hoag, basé à Boston, pour renforcer les relations de coopération avec les Etats-Unis, en particulier dans le domaine de l'énergie. Homme politique connu à Washington pour ses positions modérées au sein de la NRA comparées à ses successeurs, David Keene a passé trente ans à la tête de l'American Conservative Union. Figure active dans les campagnes présidentielles de Ronald Reagan et de George Bush, le consultant a également présidé le comité national républicain. Keene connaît(rait) très bien l'Algérie et possède(rait) un background étendu des questions régionales et internationales. Croisons les doigts ! D'autant que pour ma part, il aurait été préférable de ne pas trop faire de «pub» aux contrats de consulting de ce genre, un minimum de «secret» étant habituellement recommandé afin d'éviter les contre- offensives.
Mercredi 14 novembre 2018 :
Encore une polémique puérile déclenchée par des médias, notamment arabophones (comme d'habitude) visant le Premierm ministre parce qu'il a parlé, lors de son discours prononcé à Paris devant le «Forum de la paix dans le monde», à l'occasion de la célébration du centenaire de l'Armistice (Paris), de 1, 5 million de «morts» au lieu de 1,5 millions de «Martyrs». «Révisionnisme», «Lapsus révélateur» disent-ils ! What else ? Une chaîne privée de télévision se serait même livrée à une manipulation par montage des propos. Tous ont oublié que l'usage du vocable «morts» quand il a évoqué le million et demi de victimes au lieu de «martyrs» est seulement lié au souci de se faire comprendre par ses interlocuteurs qui ne comprennent pas les concepts de la «révolution» et de «chouhada». D'une part, le monde et les publics ont changé depuis 62. D'autre part, Ahmed Ouyahia est (assez ou trop) connu pour son «pragmatisme» dans le choix des mots dans ses discours, d'où des discours «à la carte», c'est-à-dire «travaillés» pour avoir l'impact le plus positif possible.
Jeudi 15 novembre 2018 :
Nouvelle de l'étranger : Le nouveau monitoring des médias suisses est un site interactif présenté mardi par l'Office fédéral de la communication (OFCOM). Cet outil permet d'analyser l'influence des différents médias du pays sur la formation de l'opinion et fournit ainsi une base pour évaluer le paysage médiatique suisse.
Ce sont ainsi 170 marques médiatiques qui ont été passées au crible l'an dernier par l'entreprise Publicom, sur mandat de l'OFCOM. Les données d'utilisation générale de l'information par les consommateurs, issus d'un sondage ainsi que de deux études, ont été analysées. Une récente enquête... sur le paysage médiatique suisse vient de montrer que c'est la télévision qui a la plus grande influence sur la formation de l'opinion, et ce dans les trois régions linguistiques du pays. 32% des sondés placent la TV en tête, devançant la radio (26%), la presse écrite (25%) et les médias en ligne (16%).
Autre enseignement du monitoring entrepris... concernant le fait que la concentration des médias fait souvent craindre un appauvrissement de la diversité des opinions... Pour l'instant, il n'en est rien.
Concernant les groupes de médias, la télévision publique est l'entreprise de médias la plus influente.
Si les plus jeunes se basent sur la lecture de 20 minutes pour se forger leur opinion, les personnes plus âgées privilégient les programmes de télévision et de radio du service public.
Le monitoring relève enfin qu'une petite poignée de programmes TV étrangers sont capables d'exercer une influence sur l'opinion notable même en dehors de leur zone de diffusion principale.
Un monitoring venu d'ailleurs, mais qui peut servir ! En attendant le nôtre.
Vendredi 16 novembre 2018 :
Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale, Djamel Ould Abbès, «victime d'une crise cardiaque» jeudi très tôt dans la matinée ! Il prend donc un congé de maladie de longue durée,.. Et ce n'est donc pas une «démission». Qu'on se le dise !
Mais, les «mauvaises langues» avancent que Djamel Ould Abbès a été écarté de son poste à cause de ses dernières sorties. En effet, il avait contredit son collègue du parti, Tayeb Louh, qui avait «attaqué», lors de son passage à Oran, (in) directement Ahmed Ouyahia. Ould Abbès avait déclaré que «les déclarations de Louh n'engagent que lui». Il avait aussi promis de faire des «révélations prochainement».
Ould Abbès s'apprêtait aussi à se réunir ce lundi avec les partis de la majorité pour donner le coup d'envoi de la campagne électorale du président Abdelaziz Bouteflika. On est donc tenté de considérer qu'il est devenu encombrant par ses déclarations et ses sorties médiatiques spectaculaires.
Sur le plan réglementaire, Ould Abbès est remplacé provisoirement (?) par le (nouveau) président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mouaad Bouchareb qui dirigera l'instance collégiale, mise en place en attendant l'élection d'un nouveau secrétaire général du parti.
Les statuts du FLN prévoient que le plus âgé des membres du Comité central (Said Bouhadja ?) présidera la session extraordinaire de cette instance qui se tiendra dans un délai de 30 jours pour élire un nouveau SG du parti pour un mandat de cinq ans.
Samedi 17 novembre 2018 :
C'est l'ancien ministre français de l'Economie, Arnaud Montebourg, qui a des origines algériennes, qui succède à Jean-Pierre Chevènement à la présidence de l'Association France - Algérie (AFA).
L'Association France - Algérie a été fondée le 20 juin 1963, à l'initiative de l'ethnologue française Germaine Tillon et avec le soutien du général De Gaulle, par des personnalités françaises qui voulaient contribuer à l'établissement d'une ère nouvelle des relations entre la France et l'Algérie, qui venait d'accéder à l'indépendance.
La cérémonie d'installation s'est déroulée mardi 13 à Paris en présence de Jean-Pierre Chevènement, d'Edith Cresson, ancien Premier ministre et d'autres personnalités.
«Par ma famille, mais aussi par mon action en faveur de la coopération industrielle franco-algérienne quand j'étais ministre de l'Economie, des liens multiples m'attachent à l'Algérie», a déclaré d'emblée le nouveau président, soulignant qu'il veut maintenir les liens de coopération entre la France et l'Algérie.
«Au moment où les deux rives de la Méditerranée paraissent s'écarter l'une de l'autre, devant les périls du fondamentalisme au Sud, ceux de la xénophobie au Nord, nous voulons maintenir les liens de coopération entre nos deux sociétés», a-t-il expliqué, notant qu'entre les deux pays «il y a tant à faire».
«Notre Association le poursuivra, continuera à éviter toute ingérence dans les questions politiques, que ce soit en Algérie ou en France», a-t-il ajouté. Jean-Pierre Chevènement a été désigné à la présidence de cette association en 2011, rappelle-t-on.
L'AFA favorise, depuis 2005, la création de filiales locales dans toute la France. Elles sont aujourd'hui au nombre de 6. Elle soutient, en liaison avec les instances algériennes, les projets de toute nature, économiques, culturels et humains qui renforcent la connaissance réciproque des sociétés civiles française et algérienne.
Un association qui mérite une médaille (algérienne) du mérite.
Dimanche 18 novembre 2018 :
Témoignage émouvant inédit lors d'une émission diffusée jeudi 15 novembre 2018 par la télévision privée «El Hayat TV». Récit précieux. Pendant près d'une 1 H 30, Abdou Semmar et Merouane Boudiab, les deux journalistes du site électronique d'informations «Algériepart» ont raconté leur «arrestation» suivie d'auditions, leur transfert et leur emprisonnement à la prison d'El-Harrach, les conditions de vie, leurs rencontres avec des détenus célèbres ou non, leur comparution devant un tribunal, la très large «solidarité» des avocats (plus d'une cinquantaine de toutes les régions du pays). Une «affaire» qui fera date dans l'histoire du journalisme algérien et qui va avoir très certainement bien des conséquences sur la relation presse-institutions (dans un climat politique assez perturbé) et des effets sur l'exercice d'un métier déjà assez pénible. Tout cela va, peut-être pousser les journalistes des médias classiques et des nouveaux médias, à s'organiser pour faire face aux mille et un défis qui commencent, d'ailleurs, à pointer du nez ; certains, venant surtout des groupes de presse aux volontés dominatrices... et dominés par les «affaires» et l'argent... et venant aussi d'une partie de la communication électronique, avec des blogs et sites jonglant avec les «fake news» et la provocation sociale. Il est vrai que les vides réglementaires existants facilitent toutes les dérives... difficilement contenues par les «cyber-chasseurs». Car, il n'est plus question de faire face à de simples vagues mais à un véritable tsunami... On se souvient de la première génération de tsunami communicationnel, dans les années 80 et 90, constitué par les télés satellitaires.
Lundi 19 novembre 2018 :
L'offre de «réconciliation» entre l'Algérie et le Maroc, faite le 6 novembre par le roi Mohammed VI, lors de son discours célébrant la «marche verte» marquant la colonisation effective du Sahara occidental, vient de recevoir, enfin, la réponse tant attendue ou souhaitée. Le président Abdelaziz Bouteflika a ,en effet, adressé au roi un message de félicitations à l'occasion du 63ème anniversaire de l'indépendance de son pays, dans lequel il lui a réaffirmé sa «ferme détermination à œuvrer à la consolidation des liens de fraternité et de solidarité qui lient les deux peuples» pour «l'ancrage de relations bilatérales basées sur le respect mutuel».
«Je salue, en cette heureuse occasion, les grands sacrifices consentis par le peuple marocain, sous la direction de votre grand-père Mohammed V que Dieu ait son âme, couronnés par la proclamation de l'indépendance et le recouvrement du peuple marocain de sa souveraineté», a ajouté le président Bouteflika.
Plus protocolaire que ça, il n'y a pas mieux ! Bref, le minimum requis pour sauver les formes.
Les médias marocains attendaient «impatiemment» la réponse officielle d'Alger sur une proposition royale qualifiée «d'historique»... y compris par certains médias français. Il y a eu des réactions «en off» de responsables algériens qui pointaient notamment les arrière-pensées du roi qui voulaient désigner l'Algérie à la vindicte de la communauté internationale et, partant, court-circuiter la reprise des négociations bilatérales avec le Front Polisario début décembre à Genève.
Pour Alger, les bons sentiments de Mohammed VI cachent mal une manœuvre visant à créer une diversion. Curieusement, les responsables et les médias marocains se sont abstenus de commenter ces réactions «non officielles» des plus hautes autorités algériennes... préférant attendre, croyant que la réponse était en train de mijoter sur le feu... avec l'espoir que le président Bouteflika ouvre ses bras à Mohmamed VI et rouvre la frontière fermée depuis 1994... et envoyer «au feu» les partis politiques, le PJD par exemple, ayant projeté de se rendre, avec d'autres partis, en Algérie pour rencontrer la classe politique algérienne pour discussions sur le sujet . Celle-ci a refusé unanimement.
C'était compter sans la stratégie de communication de l'Algérie qui n'a pas jugé utile de répondre à une demande exprimée dans un discours royal destiné à ses sujets.
Il semble bien que le roi Mohammed VI a préféré faire dans la Com' pour, surtout, soigner son image et celle de son royaume et, si possible, ternir celle de son voisin à qui il tendait soi-disant la main. Alger qui a vite saisi le message subliminal, a répondu par le... silence. La proposition de Mohammed VI définitivement dans le tiroir des non- événements ! Quelle sera la prochaine «sortie» royale ?
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.