Quand l'acte de candidature tourne à la comédie !    Facebook impose des règles plus strictes de publicité politique dans les pays qui organisent des élections    Ouverture de la quatrième édition du Salon international de l'agriculture    La vigilance toujours de mise    Duels au sommet et au bas du tableau    Votre week-end sportif    Brèves de sétif...    Distribution de 379 logements à Ahmer-el-Aïn    3 000 postes de formation pédagogique offerts à Mostaganem    Ces «harragas» qui vous empêchent de dormir !    La fabrique à pluralisme !    Je ne suis pas candidat !    Akerrou : Yennayer fêté à Lakrar    Ligue 1: Trois chauds et importants duels    Ligue 2: Chocs explosifs à Blida et Saïda    Caisse nationale de retraite: Près de 610 milliards de DA de déficit prévu en 2019    Un candidat à la candidature, c'est sérieux !    Macias au Maroc: un ballon-sonde sur la voie de la normalisation israélo-marocaine    Chlef: Des projets et des retards importants    Plusieurs wilayas concernées: Rafales de vent, pluie et neige    Présidentielle d'avril 2019: Début de la révision exceptionnelle des listes électorales    Gaïd Salah appelle à la vigilance    Relizane: Les promesses de Mohamed Hattab    De la frontière    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    La Juventus au petit trot, l'AC Milan quatrième    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La symbolique plus forte que le syndicat
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 12 - 2018

Les dernières tensions au niveau du clergé sont sur le point d'être apaisées. C'est du moins ce qui apparaît des premières lectures des communiqués croisés entre les deux parties en conflit : le syndicat des imams et leur tutelle, le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs.
Alors que la position de Mohamed Aïssa avait tout d'un dogme concernant les revendications salariales des imams et que le syndicat, de son côté, campait dans ses tranchées, demandant l'ouverture d'un dialogue sans plafond exigé, les choses semblent rentrer dans l'ordre. En cause : la menace du syndicat d'exporter le conflit dans la rue à «une date qui sera annoncée ultérieurement», suffisant pour que le gouvernement décrypte et comprenne la portée du message.
Si dans un premier temps, le ministre avait répondu en menaçant de recourir à la force de répression légitime, réflexe pavlovien des représentants du gouvernement devenu à force une norme dans la gestion des conflits sociaux, la crainte de l'après-confrontation a amené Mohamed Aïssa à adopter un ton plus conciliant. En effet, même si ce n'est pas une première dans le paysage contestataire national de sortir dans la rue, les pouvoirs publics sont confrontés, cette fois, aux représentants religieux d'un islam à l'algérienne longtemps présenté comme exemple d'une digue contre la radicalisation.
La symbolique est toute forte et les conséquences d'un mouvement, qui se durcit et qui dure dans le temps, sont à craindre sur la pérennité du dialogue socio-politique actuel.
Pourtant, s'il est difficile de croire que le ministère va fléchir directement sur la question des salaires, il est à parier que d'importantes concessions indirectes, à même de revaloriser les fiches de paie, ne manqueront pas d'être faites. Les enjeux de l'heure imposent la présence d'un vecteur de transmission de la politique générale du pays à propos des sujets d'actualité, à l'image de la violence, ou de la harga, entre autres dossiers sensibles. Des messages relayés par la mosquée qui est sortie, depuis longtemps, de son rôle purement théologique pour être au service de son employeur.
L'Etat, dans sa logique populiste, ne peut se permettre d'avoir sur le dos des imams fonctionnaires qui se sont déjà positionnés pour un cinquième mandat. Les risques de dérapage sont grands pour ouvrir la porte à une contestation aussi profane soit-elle dans un milieu religieux qui risque de prendre ombrage du peu d'intérêt qu'on lui accorde. La riposte peut entraîner des cas de figure que le gouvernement ne veut même pas imaginer, lui qui a été intransigeant lors des conflits sociaux qui ont émaillé presque tous les secteurs d'activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.