Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Hasna El Becharia en concert à Alger    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    De nombreux anciens ministres et walis concernés    La production agricole compromise à Relizane    L'Université d'Oran 1 signe plusieurs conventions    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Serport annonce ses grands projets    Sur fond de tension    Le Targui    À tout jamais…    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    Masques de beauté naturels    Tarte aux poires    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    En bref…    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Tiaret: Sit-in des travailleurs de l'usine de montage Hyundai    Union africaine-Sahara Occidental: Alger rappelle son ambassadeur en Côte d'Ivoire    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Conflit LFP - Clubs de Ligue 2: Encore une mascarade !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle de 2019: Bouteflika pourrait annoncer des décisions importantes ce mercredi
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 12 - 2018

Le président Bouteflika «pourrait annoncer des décisions importantes mercredi 26 décembre», a annoncé hier samedi la porte-parole du Parti des Travailleurs Louisa Hanoune.
Elle a expliqué dans une conférence de presse sanctionnant les travaux du 7e congrès de son parti que «probablement, ce 26 décembre il y aura de nouveaux développements. Il se peut que ce soit la signature de la loi de finances 2019. Il se peut aussi que le président annoncera des décisions», a-t-elle dit.
En fait, tous les partis politiques comme l'opinion publique sont suspendus aux résultats du conclave tenu mercredi dernier à la résidence d'Etat de Zeralda entre les quatre partis de la majorité. Au menu, très certainement, l'organisation de la prochaine élection présidentielle d'avril 2019, un moment affirmée avec force par les partis de la majorité, avec même la désignation de leur candidat, mais qui a pris ces derniers jours une tournure tout à fait imprévue, sinon inattendue. Un des partis de la majorité présidentielle a lancé un appel à une conférence nationale du consensus, qui doit se tenir avant l'élection présidentielle.
L'initiative avancée par Amar Ghoul, le président de TAJ, avait été cependant lancée, sous une autre forme, par le président de Hamas, Abderrezak Makri, qui, lui, propose tout simplement un report de cette échéance électorale. Une proposition, cependant, qui semble de plus en plus prise au sérieux par les observateurs, après la réunion mercredi dernier à la résidence d'Etat de Zeralda, tenue secrète, des partis du FLN, du RND, de TAJ et du MPA, qui devait plancher plus particulièrement sur cette initiative de report de la présidentielle avec la tenue d'une conférence nationale, qui déboucherait sur une légère refonte de la Constitution et, bien entendu, le report de l'élection présidentielle.
Un scénario qui fait son chemin au sein de l'opposition et la majorité, même si, officiellement, aucune annonce n'est venue jusqu'à présent démentir ou confirmer cette alternative. Mais, le fait est que les quatre partis de l'alliance présidentielle ont subitement gelé leurs appels au 5e mandat et, surtout, plus parlé du prochain rendez-vous électoral. Ce qui confirme qu'une réflexion est engagée au plus haut niveau de l'Etat avec les partis de la majorité sur la prochaine échéance électorale. Mais, rien n'est moins sûr sur la tenue de cette prochaine présidentielle.
Une situation qui a amené le parti de Abderrezak Makri, qui a mal accepté que son rival de TAJ s'empare de sa proposition de report de la présidentielle, à poser ses conditions pour cette alternative. Selon un communiqué du MSP rendu public vendredi, le report des élections ne peut être envisagé sans un certain nombre de conditions: d'abord, «le report devrait être accepté et approuvé par l'ensemble des institutions de l'Etat après discussion entre différentes parties au sein du pouvoir et dans l'opposition». Il faut donc «parvenir à un consensus national sur la question du report entre le pouvoir et l'opposition dans le cadre d'un effort sérieux de dialogue supervisé par les institutions officielles(…)». En outre, le report «devrait comprendre un accord politique public stipulant de profondes réformes politiques garantissant l'équilibre des pouvoirs et la possibilité d'une concurrence électorale transparente dans un avenir proche (…)», et, surtout, que le report ne «devienne pas un nouveau mandat sans élections». Un délai d'une année «est suffisant, selon le MSP, pour jeter les bases juridiques des réformes politiques et économiques (…)». Pour autant, le MSP avertit, dans le cas de l'annonce d'une candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat, «la tendance générale au sein du mouvement reste de boycotter» les élections.
Ali Benflis: Qui a parlé de report ?
«En cas de prolongation de mandat sans consensus, ni réformes, la position du mouvement sera le rejet et la poursuite de la résistance politique», explique le MSP pour qui «en cas d'ouverture de candidatures sur la base des règles de compétition traditionnelles, le Mouvement consultera les composantes essentielles et sérieuses de l'opposition qui ont une présence réelle sur le terrain pour élaborer une position, une vision ou une coopération communes.» Là, le MSP n'écarte pas une participation à cette élection.
Ce n'est pas le point de vue du parti des Travailleurs, Louisa Hannoune dénonçant avec une rare virulence l'idée d'un report de cette échéance électorale et notamment l'idée d'une conférence nationale du consensus, lancée par TAJ. A l'ouverture vendredi du 7e congrès du PT, elle s'est interrogée sur cette conférence nationale qui serait le prélude au report de la présidentielle: «Quels sont les objectifs de cette conférence ?
Qui va la convoquer ? Qui y participera ?». Elle poursuit que «si la conférence est chargée de la mission de révision de la Constitution, en se fiant aux explications des promoteurs de ces initiatives, sauvegardera-t-on les acquis de la révolution et de l'indépendance, la nature sociale et républicaine de l'Etat ? Les acquis démocratiques comme tamazight ou le droit à la grève seront-ils préservés ? La démocratie sera-t-elle libérée de toutes les barrières ? Le peuple algérien aura-t-il son mot à dire?». Elle s'est également interrogée sur «le flou qui caractérise la scène politique à quatre mois de la présidentielle d'avril 2019», avant de suggérer, comme solution à la crise actuelle, «le départ du système qui a produit toutes ces dérives. Un système qui a dénié au peuple sa souveraineté, généralisé la corruption et la prédation, qui pousse une partie de la jeunesse au désespoir.» Louisa Hanoune a précisé que la position de son parti à l'égard de cette initiative sera prise en fonction des réponses à ces questions. Le président de Talaiou El Houriyet, l'ex-candidat aux présidentielles de 2004 et 2014, Ali Benflis, reste quant à lui prudent par rapport à l'initiative du MSP de report de la présidentielle, tout comme l'appel de TAJ pour une conférence nationale avant cette élection présidentielle. Il a expliqué vendredi alors qu'il assistait aux travaux du 7e congrès du PT que «j'aurais à m'exprimer quand les autorités auront à annoncer quelque chose d'officiel.» Il s'est interrogé sur «qui a parlé de report» de l'élection présidentielle. Selon Ali Benflis, «le pouvoir n'a rien annoncé et je ne traite qu'avec les annonces officielles.» Quant à la proposition du MSP, il a estimé que sont parti, «par principe, ne s'immisce pas dans les affaires des autres partis». Sur la question d'un éventuel report de l'élection présidentielle «Talaiou El Houriyet est respectueux de la Constitution et des lois de la République.» Début novembre dernier, Ahmed Adhimi, porte-parole de Talaie El Hourriyet, avait affirmé qu'Ali Benflis ne se portera pas candidat «s'il y a un cinquième mandat». «Benflis ne prendra pas part à ce scrutin», et «ne sera le rival d'aucun candidat parrainé par le pouvoir, parce que ce dernier n'a pas de candidat intègre et parce que le jeu démocratique ne sera pas respecté.» «Si, par contre, nous remarquons que le système prend enfin conscience des dangers qui guettent le pays, de la gravité de ces choix ; si nous constatons une volonté de sa part de faire un pas vers la construction d'un Etat démocratique, Talaie El Hourriyet convoquera une réunion extraordinaire de son Comité central pour examiner l'éventualité de prendre part à la prochaine présidentielle», ajoute le porte-parole du parti d'Ali Benflis. Au RND, par contre, on affirme qu'il y aura bel et bien des élections. «Au RND, nous ne voyons pas d'éléments qui imposeraient le report», avait estimé la semaine dernière dans un entretien à El Watan, Seddik Chihab, porte-parole du RND. Pour lui, un tel report «sous-entend qu'il existe une situation exceptionnelle». «Ce n'est pas le cas». «Nous sommes tenus par des échéances. Ce qui fait le sérieux de l'Algérie est qu'elle a toujours respecté ses échéances. Et c'est en respectant ces échéances qu'on arrive à construire des institutions pérennes», a-t-il ajouté. Seule la position du MPA reste pour le moment vague, Amara Benyounes ne s'étant pas franchement prononcé sur cette élection présidentielle de 2019, ni sur un 5e mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.