Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «hommes» du Président
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 01 - 2019


Je n'aurais en aucun cas voulu débuter l'année en chroniquant sur une veulerie, une cachotterie ou une fausseté. C'est aussi simple. Sur twitter, croyant innover dans la virtualité journalistique, à défaut d'un sondage direct, j'ai posté ceci : « Vive Bouteflika... on va voir les réactions ». Sachant bien que sur ce réseau bien d'hommes, de femmes, de corporations, de partis, de comités y narrent leurs activités, leurs passions et leur palmarès. La communication institutionnelle, s'est instaurée telle une mode, à la limite d'un impératif de modernité ou d'un besoin de popularité. Elle est là et s'exerce comme une administration forte et pérenne. Elle se fait parfois par ceux-là mêmes qui, responsables, ministres, walis, ambassadeurs, institutions publiques prétendent gérer par eux-mêmes le flux et le reflux de com's. Pour d'autres, on le sent, elle reste dévolue à un secrétariat. Le ministère en chef de la com ne se manifeste que lors de reprise d'une dépêche d'agence. Certains plus ou moins, activent en solo et réagissent régulièrement en termes de culture ou de sport. D'autres sont totalement hors champ. Leur communication serait une préhistoire, s'il n'y avait pas de télévisions. Mon dit poste, à mon malheur, n'a eu aucun « j'aime », si, un seul, pendant que sa gestion personnelle m'indiquait qu'au cours d'une heure, il a été vu une centaine de fois. Alors que mon intuition me bouscule pour me dire où sont passés ces annonciateurs, ces activistes, ces abonnés et fervents du net ? Elle me murmure également que chez ces gens-là, les amours ne se pratiquent ni directement ni publiquement. Elles ne se font que par image. Sans aveu personnel, elles ne sont qu'un amour professionnel, de métier. Se prendre en photo au-dessous du portrait du Président serait suffisant pour une déclaration d'amour estimeraient-ils. Non Monsieur le Président, ne croyez plus en leurs fantaisies ni en leurs variables inclinaisons. Certains de ces hommes qui vous entourent ne sembleraient pas vous « aimer » à ne pas en périr. J'ai cru comprendre avec toutefois une grande marge dans la probabilité d'erreur qu'un amour faux et tronqué pourrait aussi se déclamer par un discours du bout des lèvres élogieux fut-il ou dans des lignes graphiques superbement arrangées. Et là ça sent le roussi. L'étouffement ou le « Allah ghaleb ». Un simple p'tit clic sur un cœur, aurait suffi au citoyen twitteur pour le prendre comme un acquiescement à son tweet de vivats. Mais là, le lire et passer son chemin, écarquillant ses iris et peut-être y voir un pari redoutable, n'est-il pas une mesure de sûreté, un mode de prudence, une façon de se conserver pour des jours que l'on ne sait à qui vont-ils donner le pouvoir ? Ils font agiter le verbe et l'action dans les tubes cathodiques, car il n'y a pas d'interaction sur terrain. Ils produisent ce qu'ils veulent vendre, car il n'y a pas l'avis du consommateur sur le produit. Mais de là, à se trouver dans un face-à-face, presque un p'tit jeu de direct et se taire, se terrer ; n'est-ce pas là un regard aveugle, déloyal et fallacieux envers votre personne ? C'est aussi simple Monsieur le Président, faites-vous lire les tweets et les retweets. C'est une grosse boîte de gémissement populaire, une véritable urne, un libre élément d'évaluation. Vous y verrez l'artifice et la parade, le cri des uns et le silence des autres, l'esbroufe et la grosse menterie, la complaisance et la prise du bâton par le milieu. Ils cajolent certes votre pouvoir et craignent vos verdicts mais ne crient pas à votre vivat. Bonne année tout de même à eux, à ceux qui inspirent mes écrits, les lorgnent ou s'en délectent...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.