Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    VFS Global reprend le traitement des demandes    Promesses d'une révolution décomplexée    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «hommes» du Président
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 01 - 2019


Je n'aurais en aucun cas voulu débuter l'année en chroniquant sur une veulerie, une cachotterie ou une fausseté. C'est aussi simple. Sur twitter, croyant innover dans la virtualité journalistique, à défaut d'un sondage direct, j'ai posté ceci : « Vive Bouteflika... on va voir les réactions ». Sachant bien que sur ce réseau bien d'hommes, de femmes, de corporations, de partis, de comités y narrent leurs activités, leurs passions et leur palmarès. La communication institutionnelle, s'est instaurée telle une mode, à la limite d'un impératif de modernité ou d'un besoin de popularité. Elle est là et s'exerce comme une administration forte et pérenne. Elle se fait parfois par ceux-là mêmes qui, responsables, ministres, walis, ambassadeurs, institutions publiques prétendent gérer par eux-mêmes le flux et le reflux de com's. Pour d'autres, on le sent, elle reste dévolue à un secrétariat. Le ministère en chef de la com ne se manifeste que lors de reprise d'une dépêche d'agence. Certains plus ou moins, activent en solo et réagissent régulièrement en termes de culture ou de sport. D'autres sont totalement hors champ. Leur communication serait une préhistoire, s'il n'y avait pas de télévisions. Mon dit poste, à mon malheur, n'a eu aucun « j'aime », si, un seul, pendant que sa gestion personnelle m'indiquait qu'au cours d'une heure, il a été vu une centaine de fois. Alors que mon intuition me bouscule pour me dire où sont passés ces annonciateurs, ces activistes, ces abonnés et fervents du net ? Elle me murmure également que chez ces gens-là, les amours ne se pratiquent ni directement ni publiquement. Elles ne se font que par image. Sans aveu personnel, elles ne sont qu'un amour professionnel, de métier. Se prendre en photo au-dessous du portrait du Président serait suffisant pour une déclaration d'amour estimeraient-ils. Non Monsieur le Président, ne croyez plus en leurs fantaisies ni en leurs variables inclinaisons. Certains de ces hommes qui vous entourent ne sembleraient pas vous « aimer » à ne pas en périr. J'ai cru comprendre avec toutefois une grande marge dans la probabilité d'erreur qu'un amour faux et tronqué pourrait aussi se déclamer par un discours du bout des lèvres élogieux fut-il ou dans des lignes graphiques superbement arrangées. Et là ça sent le roussi. L'étouffement ou le « Allah ghaleb ». Un simple p'tit clic sur un cœur, aurait suffi au citoyen twitteur pour le prendre comme un acquiescement à son tweet de vivats. Mais là, le lire et passer son chemin, écarquillant ses iris et peut-être y voir un pari redoutable, n'est-il pas une mesure de sûreté, un mode de prudence, une façon de se conserver pour des jours que l'on ne sait à qui vont-ils donner le pouvoir ? Ils font agiter le verbe et l'action dans les tubes cathodiques, car il n'y a pas d'interaction sur terrain. Ils produisent ce qu'ils veulent vendre, car il n'y a pas l'avis du consommateur sur le produit. Mais de là, à se trouver dans un face-à-face, presque un p'tit jeu de direct et se taire, se terrer ; n'est-ce pas là un regard aveugle, déloyal et fallacieux envers votre personne ? C'est aussi simple Monsieur le Président, faites-vous lire les tweets et les retweets. C'est une grosse boîte de gémissement populaire, une véritable urne, un libre élément d'évaluation. Vous y verrez l'artifice et la parade, le cri des uns et le silence des autres, l'esbroufe et la grosse menterie, la complaisance et la prise du bâton par le milieu. Ils cajolent certes votre pouvoir et craignent vos verdicts mais ne crient pas à votre vivat. Bonne année tout de même à eux, à ceux qui inspirent mes écrits, les lorgnent ou s'en délectent...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.