La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amar Ghoul: «Le report de la présidentielle, plus à l'ordre du jour»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 01 - 2019

Nouvelle affirmation, hier, quant à la tenue de la prochaine élection présidentielle d'avril prochain, après la fausse annonce de la semaine dernière du FLN.
Hier mardi, au cours d'une conférence de presse en prélude au congrès du parti, le président de TAJ Amar Ghoul a affirmé que cette élection présidentielle « se tiendra, comme prévu, au mois d'avril prochain. » « Les choses sont simples », a-t-il dit, expliquant que selon la loi, le corps électoral pourra être convoqué, dans le cas de la tenue de cette élection soit le 11 janvier, soit le 18 ou le 25 janvier. Amar Ghoul a démenti, lors de cette intervention avoir appelé à « un report de cette échéance électorale. »
Après avoir lancé l'idée d'un possible report de l'élection présidentielle d'avril prochain, le président de TAJ, un des quatre partis de la majorité, a souligné que « le report de cette présidentielle n'est plus à l'ordre du jour et qu'elle se tiendra à la date prévue. » « TAJ renouvelle son appel au président de la République Abdelaziz Bouteflika pour poursuivre sa mission à la tête de l'Etat », a indiqué Amar Ghoul selon lequel « TAJ va saluer, soutenir, et renforcer toute décision que prendra le Président Bouteflika. »
Sur sa proposition de la tenue d'une conférence nationale du consensus, en prélude à l'élection présidentielle, il a affirmé d'autre part, qu'elle est « toujours d'actualité». «Nous y tenons », a-t-il dit, avant de préciser qu'elle (la conférence) n'est pas liée à des échéances » dont celle relative à la présidentielle. Amar Ghoul a dit qu'il a proposé la tenue de cette conférence nationale de consensus pour « faire face aux défis qui menacent l'Algérie sur les plans économique et sécuritaire ».
La proposition du président de TAJ a été précédée par une autre, celle de son rival du MSP Abderezak Makri, qui, lui, a tout simplement proposé un report de cette élection, mais sous certaines conditions. « Le report devrait être accepté et approuvé par l'ensemble des institutions de l'Etat, après discussion entre les différentes parties, au sein du pouvoir et dans l'opposition ». Il faut donc « parvenir à un consensus national sur la question du report entre le pouvoir et l'opposition dans le cadre d'un effort sérieux de dialogue supervisé par les institutions officielles (…) ». Mais, les déclarations de Amar Ghoul, qui a maintenu sa proposition d'une conférence nationale du consensus, avant la tenue effective de l'élection présidentielle d'avril 2019, ont fait voler en éclats la proposition du MSP, qui a particulièrement irrité les leaders de l'opposition, dont le président de Talaie El Hourriet, Ali Benflis.
Le président de TAJ, en annonçant que la présidentielle de 2019 n'est pas compromise au profit d'un plan «B», et qu'il attend la décision que prendra le Président Bouteflika, semble sûr de ses propos. D'autant qu'il a soutenu le dernier communiqué du ministère de la Défense nationale appelant les officiers en retraite à rester en dehors de tout activisme politique qui nuirait à la réputation de l'Armée. Il a souligné à ce propos que « le dernier communiqué de l'ANP a mis les points sur les «i». L'intervention du président de TAJ sur la présidentielle intervient moins de 48 heures après les déclarations du coordinateur du FLN, Mouad Bouchareb, qui a déclaré dimanche, après les résultats des sénatoriales, qu'il est disposé « à travailler avec toutes les parties pour l'intérêt du pays. » « Le FLN tendra toujours la main à tous les partis politiques sans exception, pour travailler de concert pour le seul intérêt de l'Algérie. Je réaffirme que nous travaillerons avec tout le monde, chaque fois que l'intérêt du pays est en jeu. La conjoncture impose à tous de s'unir autour de l'intérêt du pays qui est au-dessus de toutes considérations », a-t-il précisé. Mais, il y a la condition, selon lui, à l'action commune avec les autres partis politiques, qui est de soutenir le programme du Président Bouteflika, qu'il est prêt à mener à terme si le président le désire », c'est-à-dire dans le cas d'une nouvelle candidature de ce dernier à la prochaine présidentielle. Mouad Bouchareb a poursuivi, que « la prochaine étape, c'est la présidentielle, nous n'avons pas autre chose. Vous connaissez bien le Président Bouteflika. Il décidera quand il le voudra », avant de souligner que « nous ne faisons pas dans la surenchère et vous connaissez la position du FLN vis-à-vis du président du parti : il n'y a aucune voix au-dessus de celle du président de la République. Il se peut que certains demandent au président de se porter candidat ou que d'autres aient des ambitions différentes, mais le FLN est et restera avec le Président Bouteflika. » Le n°1 du FLN a, par ailleurs, laissé entendre que le corps électoral sera convoqué dans 25 jours au plus tard. « Une fois que le président convoque le corps électoral, les choses vont se clarifier », explique-t-il encore, avant de rappeler que le « FLN n'envisage pas une autre candidature que celle du Président Bouteflika. » Le chef du RND Ahmed Ouyahia avait, également, affirmé, samedi devant ses militants, que la présidentielle se tiendra, avant de souligner que le parti attend la décision du Président Bouteflika par rapport à cette échéance. Par contre, le président du MSP Abderazak Makri a estimé dimanche que « l'ère du Bouteflikisme est terminée. Quelles qu'en soient les options, elle vit ses derniers temps ». Les déclarations de Makri interviennent après la publication des résultats des sénatoriales, le MSP, avec 17 candidats, n'a obtenu aucun siège.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.