Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délivrance de titres de séjour en France: Les Algériens premiers en région parisienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019

11.613 titres de séjour ont été accordés aux Algériens en Ile-de-France en 2017. Selon les chiffres publiés par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU) de la région parisienne, les Algériens arrivent en tête suivis par les Marocains (8.012), les Chinois (7.290), les Tunisiens (6.604) et les Maliens (3.383). Ils représentent ainsi 12 % de la totalité des bénéficiaires de titres de séjour délivrés sur les 96.000 accordés. Les cinq pays représentent 40 % des bénéficiaires d'un séjour légal en France alors que les Maghrébins représentent à eux seuls 28 % de cette liste. Rappelons qu'en France, un titre de séjour est un document délivré par les préfectures qui autorise un étranger à résider sur le territoire français sans le couvert d'un visa.
Par ailleurs, le visa de long séjour valant titre de séjour (VLS - TS) permet à certaines catégories d'étrangers d'entrer en France et d'y séjourner de 4 mois à 1 an sans avoir à demander tout de suite un titre de séjour. Une fois en France, il faut accomplir des formalités auprès de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) pour valider le visa. La carte de séjour temporaire, quant à elle, est valable pour une durée maximale d'un an renouvelable (sauf exceptions). Paris se singularise également par sa place prépondérante dans l'accueil des étudiants (plus de quatre sur dix y résident), et dans ce contexte les étudiants algériens sont parmi les plus nombreux à étudier en France avec un effectif de 30.521 contre 26.116 en 2017, selon les dernières données de Campus France.
En 2017, l'Algérie occupait le troisième rang après le Maroc et la Chine avec +10 % en évolution des effectifs de 2011 à 2016. Pourtant, la tendance risque de s'inverser avec l'augmentation notable des frais d'inscription pour les étudiants étrangers, Africains en premier, pour des études supérieures avec une licence qui vaut désormais 2.770 euros et un master ou un doctorat 3.770 euros. Les étudiants algériens, déjà handicapés par rapport à d'autres nationalités, devront davantage galérer pour pouvoir s'inscrire dans les universités françaises.
La même source indique que plus de la moitié des titres franciliens sont accordés à des Africains (54 %) dont la plupart sont francophones, soulignant que l'immigration familiale est composée à 68 % d'Africains essentiellement issus du Maghreb et des pays francophones. Pourtant, cette proportion n'est pas aussi importante dans la capitale que dans d'autres régions de la France puisque le regroupement familial ne compte que pour 35 % des titres de séjour délivrés à Paris alors qu'elle représente six titres sur dix en Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne, et plus de la moitié en Essonne et dans le Val-d'Oise.
Par ailleurs, plus de quatre migrants économiques sur dix proviennent du Maroc, de Tunisie, de l'Inde, du Bangladesh et des Etats-Unis, selon l'IAU qui souligne que la France reste en Europe un pays modéré en matière d'immigration.
On indique également que l'Ile-de-France représente à elle seule 39 % des titres de séjour délivrés en France, alors que sa part était proche de 45 % en 2000. Parmi cette part, 30 % sont accordés pour suivre des études, second motif après la famille (36 %).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.