Le général Chentouf a fui via l'aéroport d'Oran    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Al-Sadd.. Bounedjah frappe encore    Fédération algérienne de cyclisme.. Barbari seul candidat à la présidence    Effondrement d'une bâtisse à la Casbah.. Les bouquinistes rendent hommage aux victimes    Msila.. Psychotropes saisis    Grève à l'Université de Sidi Bel Abbès.. Les étudiants passent au vote    Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EL KERMA (ORAN) : Sit-in des élus devant le siège de l'APC    ORAN : 2 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Fausses statistiques, vraies subventions    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Décès d'un supporter    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    …sortir…sortir…sortir…    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délivrance de titres de séjour en France: Les Algériens premiers en région parisienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019

11.613 titres de séjour ont été accordés aux Algériens en Ile-de-France en 2017. Selon les chiffres publiés par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU) de la région parisienne, les Algériens arrivent en tête suivis par les Marocains (8.012), les Chinois (7.290), les Tunisiens (6.604) et les Maliens (3.383). Ils représentent ainsi 12 % de la totalité des bénéficiaires de titres de séjour délivrés sur les 96.000 accordés. Les cinq pays représentent 40 % des bénéficiaires d'un séjour légal en France alors que les Maghrébins représentent à eux seuls 28 % de cette liste. Rappelons qu'en France, un titre de séjour est un document délivré par les préfectures qui autorise un étranger à résider sur le territoire français sans le couvert d'un visa.
Par ailleurs, le visa de long séjour valant titre de séjour (VLS - TS) permet à certaines catégories d'étrangers d'entrer en France et d'y séjourner de 4 mois à 1 an sans avoir à demander tout de suite un titre de séjour. Une fois en France, il faut accomplir des formalités auprès de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) pour valider le visa. La carte de séjour temporaire, quant à elle, est valable pour une durée maximale d'un an renouvelable (sauf exceptions). Paris se singularise également par sa place prépondérante dans l'accueil des étudiants (plus de quatre sur dix y résident), et dans ce contexte les étudiants algériens sont parmi les plus nombreux à étudier en France avec un effectif de 30.521 contre 26.116 en 2017, selon les dernières données de Campus France.
En 2017, l'Algérie occupait le troisième rang après le Maroc et la Chine avec +10 % en évolution des effectifs de 2011 à 2016. Pourtant, la tendance risque de s'inverser avec l'augmentation notable des frais d'inscription pour les étudiants étrangers, Africains en premier, pour des études supérieures avec une licence qui vaut désormais 2.770 euros et un master ou un doctorat 3.770 euros. Les étudiants algériens, déjà handicapés par rapport à d'autres nationalités, devront davantage galérer pour pouvoir s'inscrire dans les universités françaises.
La même source indique que plus de la moitié des titres franciliens sont accordés à des Africains (54 %) dont la plupart sont francophones, soulignant que l'immigration familiale est composée à 68 % d'Africains essentiellement issus du Maghreb et des pays francophones. Pourtant, cette proportion n'est pas aussi importante dans la capitale que dans d'autres régions de la France puisque le regroupement familial ne compte que pour 35 % des titres de séjour délivrés à Paris alors qu'elle représente six titres sur dix en Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne, et plus de la moitié en Essonne et dans le Val-d'Oise.
Par ailleurs, plus de quatre migrants économiques sur dix proviennent du Maroc, de Tunisie, de l'Inde, du Bangladesh et des Etats-Unis, selon l'IAU qui souligne que la France reste en Europe un pays modéré en matière d'immigration.
On indique également que l'Ile-de-France représente à elle seule 39 % des titres de séjour délivrés en France, alors que sa part était proche de 45 % en 2000. Parmi cette part, 30 % sont accordés pour suivre des études, second motif après la famille (36 %).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.