PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    Bouregaa refuse de répondre au juge !    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Rabehi met en garde contre les "fake news"    Tottenham: Pochettino réagit aux critiques    FC Barcelone: Umtiti se blesse à l'entraînement    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    Les étudiants soutiennent les détenus d'opinion    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Les messages émouvants des étudiants aux détenus d'opinion    Gica lance la production à Aïn El-Kebira    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Choc de mal classés à Mohammadia    Maya    La trêve turco-américaine expire ce soir    Plus de 2 300 interventions chirurgicales effectuées    Election des nouveaux représentants    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    "Dans mon film, je partage les émotions vécues avec les migrants"    Les nouveautés au Sila    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Saâdani nargue le gouvernement    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier face-à-face sur fond de tensions
MERKEL VS TRUMP
Publié dans L'Expression le 13 - 03 - 2017

Une première rencontre qui s'annonce tendue entre la leader européenne, Angela Merkel et le bouillant président américain, Donald Trump
La puissante mais prudente chancelière Angela Merkel face au bouillonnant Donald Trump: ces deux dirigeants que presque tout oppose se retrouvent demain à Wahington pour un premier face-à-face sur fond de tensions transatlantiques.
Le gouvernement allemand est resté vague quant aux thèmes des discussions: «Il s'agira d'un échange sur divers thèmes bilatéraux et internationaux et sur l'alliance transatlantique». Mme Merkel, qui était très proche de Barack Obama, a également refusé de «s'avancer» sur le contenu de l'entretien. Elle a néanmoins admis aller aussi à Washington en tant que représente de l'Union européenne, que Donald Trump a par le passé dénigré, souhaitant même que le Brexit fasse des émules. «Je vais bien sûr souligner que notre pays et son adhésion à l'Union européenne sont les deux faces d'une même médaille», a indiqué M. Merkel, en marge du sommet de l'UE à Bruxelles.
La rencontre est d'autant plus attendue que l'Europe se demande toujours si Donald Trump compte se tenir au message rassurant porté en février par le vice-président Mike Pence sur le caractère inébranlable de la relation transatlantique. Selon le magazine Der Spiegel, la chancelière sera accompagnée des patrons des géants Siemens et BMW pour «aider à créer une bonne atmosphère de discussions» et «mettre en avant combien d'emplois (américains) ont été créés» grâce à des investissements allemand. Donald Trump avait menacé des entreprises, BMW en tête, de lourdes sanctions douanières sur leur production fabriquée au Mexique et vendue aux Etats-Unis. «Si jamais le gouvernement américain est sérieux avec sa nouvelle taxe, la chancellerie a d'ores et déjà préparé une série de mesures de rétorsion», croit savoir le Spiegel. De son côté, la Maison-Blanche n'a guère fait plus la lumière sur les entretiens Trump-Merkel, un responsable indiquant qu'ils seraient «cordiaux» et se «focaliseront sur les domaines dans lesquels on peut coopérer». Le président insistera une fois de plus sur la nécessité d'une hausse des dépenses militaires de ses partenaires au sein de l'Otan. Selon le responsable américain, le milliardaire veut aussi sonder la chancelière sur son «expérience» avec le président russe Vladimir Poutine, alors que les intentions américaines vis-à-vis de Moscou restent floues. Jusqu'ici les contacts entre Trump et Merkel ont été très limités: un coup de téléphone très protocolaire peu après l'investiture du milliardaire. Le contraste n'en est que plus saisissant. Dans la forme, là où Donald Trump se lance dans des tirades improvisées et controversées sur Twitter, la chancelière allemande reste sur la réserve jusqu'à l'ennui en usant d'éléments de langages toujours très calibrés. Sur le fond, elle est une atlantiste libre-échangiste convaincue, quand lui prône «L'Amérique d'abord» avec de forts accents protectionnistes. Juste avant sa prise de fonction, M.Trump avait aussi lancé une violente charge contre Mme Merkel et son «erreur catastrophique» de 2015 d'ouvrir son pays à des centaines de milliers de réfugiés. Il a aussi accusé Berlin d'avoir transformé l'Union européenne en «instrument pour l'Allemagne». Et fin janvier, l'un de ses proches, Peter Navarro a estimé que Berlin «exploite le reste» de ses partenaires en garantissant son excédent commercial record par un euro «largement sous-évalué». Adepte du multilatéralisme, la chancelière devrait aussi présenter au président américain les priorités de sa présidence du G20 en vue du sommet de Hambourg en juillet. Ici, la chancelière veut mettre l'accent sur la coopération internationale et l'aide au développement, des thèmes loin d'être prioritaires pour Donald Trump. Sera-t-il aussi question du respect des valeurs démocratiques? La porte-parole de Mme Merkel a refusé de se prononcer, alors que la chancelière avait rappelé à Donald Trump, dès le lendemain de son élection, l'importance de «la démocratie» et «de la dignité de l'homme indépendamment de sa couleur de peau, de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de ses convictions politiques».
Cette sortie inhabituellement combative et sa rencontre quelques jours plus tard avec Barack Obama avaient été très remarquées, nombre de commentateurs voyant la chancelière revêtir alors l'habit de «leader du monde libre».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.