APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier face-à-face sur fond de tensions
MERKEL VS TRUMP
Publié dans L'Expression le 13 - 03 - 2017

Une première rencontre qui s'annonce tendue entre la leader européenne, Angela Merkel et le bouillant président américain, Donald Trump
La puissante mais prudente chancelière Angela Merkel face au bouillonnant Donald Trump: ces deux dirigeants que presque tout oppose se retrouvent demain à Wahington pour un premier face-à-face sur fond de tensions transatlantiques.
Le gouvernement allemand est resté vague quant aux thèmes des discussions: «Il s'agira d'un échange sur divers thèmes bilatéraux et internationaux et sur l'alliance transatlantique». Mme Merkel, qui était très proche de Barack Obama, a également refusé de «s'avancer» sur le contenu de l'entretien. Elle a néanmoins admis aller aussi à Washington en tant que représente de l'Union européenne, que Donald Trump a par le passé dénigré, souhaitant même que le Brexit fasse des émules. «Je vais bien sûr souligner que notre pays et son adhésion à l'Union européenne sont les deux faces d'une même médaille», a indiqué M. Merkel, en marge du sommet de l'UE à Bruxelles.
La rencontre est d'autant plus attendue que l'Europe se demande toujours si Donald Trump compte se tenir au message rassurant porté en février par le vice-président Mike Pence sur le caractère inébranlable de la relation transatlantique. Selon le magazine Der Spiegel, la chancelière sera accompagnée des patrons des géants Siemens et BMW pour «aider à créer une bonne atmosphère de discussions» et «mettre en avant combien d'emplois (américains) ont été créés» grâce à des investissements allemand. Donald Trump avait menacé des entreprises, BMW en tête, de lourdes sanctions douanières sur leur production fabriquée au Mexique et vendue aux Etats-Unis. «Si jamais le gouvernement américain est sérieux avec sa nouvelle taxe, la chancellerie a d'ores et déjà préparé une série de mesures de rétorsion», croit savoir le Spiegel. De son côté, la Maison-Blanche n'a guère fait plus la lumière sur les entretiens Trump-Merkel, un responsable indiquant qu'ils seraient «cordiaux» et se «focaliseront sur les domaines dans lesquels on peut coopérer». Le président insistera une fois de plus sur la nécessité d'une hausse des dépenses militaires de ses partenaires au sein de l'Otan. Selon le responsable américain, le milliardaire veut aussi sonder la chancelière sur son «expérience» avec le président russe Vladimir Poutine, alors que les intentions américaines vis-à-vis de Moscou restent floues. Jusqu'ici les contacts entre Trump et Merkel ont été très limités: un coup de téléphone très protocolaire peu après l'investiture du milliardaire. Le contraste n'en est que plus saisissant. Dans la forme, là où Donald Trump se lance dans des tirades improvisées et controversées sur Twitter, la chancelière allemande reste sur la réserve jusqu'à l'ennui en usant d'éléments de langages toujours très calibrés. Sur le fond, elle est une atlantiste libre-échangiste convaincue, quand lui prône «L'Amérique d'abord» avec de forts accents protectionnistes. Juste avant sa prise de fonction, M.Trump avait aussi lancé une violente charge contre Mme Merkel et son «erreur catastrophique» de 2015 d'ouvrir son pays à des centaines de milliers de réfugiés. Il a aussi accusé Berlin d'avoir transformé l'Union européenne en «instrument pour l'Allemagne». Et fin janvier, l'un de ses proches, Peter Navarro a estimé que Berlin «exploite le reste» de ses partenaires en garantissant son excédent commercial record par un euro «largement sous-évalué». Adepte du multilatéralisme, la chancelière devrait aussi présenter au président américain les priorités de sa présidence du G20 en vue du sommet de Hambourg en juillet. Ici, la chancelière veut mettre l'accent sur la coopération internationale et l'aide au développement, des thèmes loin d'être prioritaires pour Donald Trump. Sera-t-il aussi question du respect des valeurs démocratiques? La porte-parole de Mme Merkel a refusé de se prononcer, alors que la chancelière avait rappelé à Donald Trump, dès le lendemain de son élection, l'importance de «la démocratie» et «de la dignité de l'homme indépendamment de sa couleur de peau, de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de ses convictions politiques».
Cette sortie inhabituellement combative et sa rencontre quelques jours plus tard avec Barack Obama avaient été très remarquées, nombre de commentateurs voyant la chancelière revêtir alors l'habit de «leader du monde libre».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.